Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Le lynchage du professeur Isnard brisera-t-il le tabou sur l’avortement ?

Philippe Isnard est interrogé dans Monde & Vie :

F "On nous demande, en éducation civique, juridique et sociale, d’organiser des débats contradictoires sur des sujets de société, notamment sur le droit de la famille. Pourtant, ma hiérarchie tente de m’empêcher depuis des années d’introduire un débat sur l’avortement, en arguant que cette pratique est légale : je dois donc laisser les officines de mort, Planning familial en tête, en assurer la propagande au lycée. Je rappelle qu’aux Etats-Unis – et au Royaume-Uni, me semble-t-il –, les associations pro-vie interviennent parfois dans les établissements scolaires, comme le Planning familial d’ailleurs. En France, le ministère de l’Education nationale distribue des millions de brochures aux lycéens pour faire l’apologie de l’avortement, dogme repris dans les manuels scolaires où cet acte de mort est présenté uniquement comme un droit et un progrès. Je précise que les instructions en ECJS demandent que le débat ait lieu entre les élèves, mais aussi entre le professeur et les élèves. Tous mes élèves ont pu s’exprimer librement. D’ailleurs, je ne leur donne pas de note en ECJS, car cela reviendrait à noter les opinions politiques, religieuses ou philosophiques des élèves, ce qui est la marque d’un Etat totalitaire désireux d’imposer la culture de mort à l’ensemble de la population. […] J’ai été inspecté en ECJS, de façon non réglementaire, car ni mes élèves, ni moi n’avions été prévenus. J’attends ma note avec impatience…

[…] Les élèves ont aussi eu droit aux cours d’éducation sexuelle de l’infirmière, ou encore de la cellule de « soutien psychologique », le tout pour nier la réalité de l’avortement. En effet, une cellule de soutien psychologique a été mise en place pour les élèves. Il a été dit que le film que vous avez diffusé était violent ; qu’en est-il? D’abord, j’ai utilisé aussi d’autres documents : le discours prononcé par Mme Veil à l’époque du vote de la loi légalisant l’avortement, le texte de la loi Veil, deux clips vidéo, SOS maman en détresse et Sois un homme, pris sur dailymotion… et une image d’un foetus de 12 semaines. Concernant No need to argue, ce n’est pas le film qui est violent, mais les avortements qui y sont décrits. Y sont présentées les différentes procédures d’avortement en usage en France et à l’étranger, dont la méthode dite par « aspiration », la plus utilisée dans notre pays.

Je rappelle qu’à 12 semaines, le foetus, qui mesure près de 10 centimètres, a une activité cérébrale, un coeur qui bat, ressent la douleur et des émotions et cherche à échapper au danger. Bref, il est notre prochain, à qui nous devons protection et respect. Il n’est pas étonnant que les élèves aient pu être choqués qu’un État massacre des millions d’innocents, et cela sans anesthésie ; j’en suis, moi aussi, horrifié. Moi aussi, je préférerais ne pas voir ces images, ni les montrer. Mais, puisque les élèves sont considérés comme majeurs sexuellement au lycée – et que les jeunes filles peuvent avorter, sans l’accord des parents-, il est normal qu’ils sachent ce qu’est un avortement. […]

J’ai respecté tous mes élèves, y compris celui dont les deux parents professeurs m’ont dénoncé par haine anti-catholique, intolérance et fanatisme. Ce qui ne les a pas empêchés d’utiliser les services de l’Église pour inscrire leur fils au collège catholique local !… […] Bien sûr, je souhaite rester professeur, mais si mon sacrifice permet de contraindre enfin l’État à venir en aide aux mamans en difficulté au lieu d’imposer à toutes un avortement traumatisant, j’en serai heureux. J’aimerais créer une structure (provie Alpes) pour aider les mamans enceintes en difficulté et lutter ainsi pour la vie. Le premier des droits, inaliénable, de tout être humain, de la conception à la mort naturelle, c’est le droit à la vie. Il faut l’inscrire dans notre Constitution.

Partager cet article

11 commentaires

  1. ….. le premier qui dit la vérité doit etre executé…. (chanson de Guy Béart)

  2. Film violent ?
    Certes, l’action est violente puisqu’il s’agit d’un meurtre en direct… Mais n’est-ce pas la culture de mort qui est violente ?
    Gloire et honneur à ce professeur courageux qui a su prévenir ses élèves contre cette violence d’état !

  3. Honneur à ce professeur!!Merci de son courage, en espérant vivement que cela aidera à réveiller les mentalités endormies par le matraquage totalitaire. Nous ne sommes plus en démocratie mais dans un état totalitaire sur le plan de la pensée .

  4. Pour les pros avortement montrer le meurtre est violent,donc doit être interdit, mais le fait de tuer ne l’est pas: c’est simplement légal donc autoriser.C’est bien ce qui explique que la république est par essence infanticide, ses lois sont au dessus de la Loi Naturelle.L’homme à la place de Dieu

  5. Le plus percutant c’est :
    “Mais, puisque les élèves sont considérés comme majeurs sexuellement au lycée – et que les jeunes filles peuvent avorter, sans l’accord des parents-, il est normal qu’ils sachent ce qu’est un avortement. ”
    Si les ados sont assez murs pour décider sans l’accord de leurs parents, alors ils doivent agir en connaissance de cause.
    Si montrer l’acte qu’ils envisagent de poser est un problème, alors l’acte est à revoir.
    CQFD
    Partout le mur de la culture de mort se lézarde. Le téléthon qui perd sa TV, la marche pour la vie qui grandit, le ministre qui s’implique dans un dossier local… Les évêques qui répondent aux invitations de BXVI… L’action des pro-vies pionniers a été longue et semblait sans résultat. Critiquée dehors comme dedans. Risée… Maintenant le grain sort de terre. Le travail est immense pour le faire grandir. Mais la Vie reprend !
    Merci à ce professeur d’accepter de sacrifier son boulot, sa réputation, son énergie, son temps pour le respect de la Vie.
    Un exemple à suivre!
    Vous imaginez la tempête si 100 profs faisaient la même chose ?
    Idem à tous les niveaux de la société.
    La chappe de plomb se lève : engouffrons-nous !
    Je crois qu’on tient notre catho de l’année !
    Bernie

  6. Merci à tous ceux qui, dans l’exercice de leur métier, apportent leur soutien à Philippe ISNARD !
    Il est VITAL de comprendre que c’est dans l’exercice même du devoir d’état de chacun, que TOUT CATHOLIQUE doit apporter un soutien SANS FAILLE ET SANS AUCUNE RESERVE à ce véritable héros !
    Et aujourd’hui le silence de la Conférence des Evêques de l’Eglise de France nous oblige à poser cette gravissime question !
    Y A-T-IL UN EVEQUE CATHOLIQUE EN FRANCE ?
    SI OUI DANS QUEL DIOCESE, SVP ?

  7. “Ce que vous faites au plus petits d’entre les miens…”

  8. Ca c’est un prof !

  9. Sur le site du diocèse de Fréjus-Toulon : interview de Philippe Isnard.
    http://www.diocese-frejus-toulon.com/Professeur-suspendu-pour-avoir.html

  10. Il n’empeche que sur Radio Notre-Dame, le monsieur du syndicat a quand-meme marque un excellent point ! Le planning familial a demande l’autorisation a l’instance idoine aupres du ministere de l’EN de pouvoir intervenir dans les classes. Or il se trouve que cette instance dont le nom m’echappe peut DONNER CETTE AGREMENTATION a toute autre association QUI EN FERAIT la demande, a sa discretion certes mais n’est-ce pas un barrage normal et citoyen ? Sur RND, question a ete faite a Mr. Tugdual Derville de savoir si l’ADV avait fait cette demarche elle aussi, pas de reponse… Mr. Derville A CHANGE de SUJET, on aimerait des eclaircissements…
    Cordialement
    Alain

  11. Je suppose que son opinion est basé sur sa religion, or les écoles sont laïques, cela n’a donc rien à faire là-bas.
    De plus les élèves doivent se faire leur propre opinion, il ne faut donc pas que le professeur montre la sienne.
    Faire un débat d’accord, mais s’il montre une image négative de l’avortement, il doit en contre partie en montrer une positive, sinon ce n’est pas équitable, il montre son opinion et ne respecte pas les règles de l’école.
    De ce point de vue, les sanctions sont légitimes.
    [Vous êtes bien mal renseignée : le point de vue positif de l’avortement a été montré aux élèves, d’une part par l’étude du discours de Simone Veil, d’autre part par la propagande intensive du Planning familial dans les classes. Planning qui, lui n’est jamais inquiété pour sa propagande à sens unique.
    MJ]

Publier une réponse