Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Le lobby gay veut tous les droits

Un rapport de la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe

"réaffirme le droit des LGBT de jouir des mêmes droits fondamentaux que toute autre personne d’un Etat membre du Conseil de l’Europe".

Et si vous n’êtes pas d’accord, ce même rapport a tout prévu en affirmant

"la nécessité de promouvoir la tolérance et la lutte contre la discrimination".

On trouve quelques objections du côté de la Roumanie et de l’Azerbaïdjan. Le reste des pays doit être déjà lobotomisé.

Michel Janva

Partager cet article

10 commentaires

  1. Je ne savais pas que l’Azerbaïdjan faisait partie du Conseil de l’Europe … mais pourquoi pas puisque l’Europe n’est pas géographique mais “idéelle”

  2. Je revendique la tolérance et la non discrimination à l’égard de cette race en voie de disparition apparente que représente le catholicisme.

  3. J’ai du mal à comprendre…
    Est-ce que ne pas dicriminer un individu en raison de son orientation sexuelle, et lui accorder les mêmes droits que les autres, c’est être lobotomisé ?
    Nous devons avoir des notions très distinctes de ce qu’est la tolérance…
    [Qu’est-ce que la tolérance ? Si c’est refuser aux enfants le droit d’avoir un père et une mère au nom de la non-discrimination, alors je ne suis pas tolérant. La réalité, c’est que la revendication gay est une discrimination à l’égard des enfants et une destruction de la société, dont a cellule fondamentale est la famille. MJ]

  4. [Les enquêtes que vous citez sont truquées. Les enquêtes citées, en général américaines, sur lesquelles se fondent les revendications d’ho­moparentalité révèlent en fait bien des surprises : l’échantillonnage est extrêmement restreint, quel­ques dizaines de personnes, le plus souvent membres d’associations gays militantes ; dans la plupart des cas, seuls les parents sont in­terrogés et parlent au nom de leurs enfants ; quand des comparaisons sont faites, c’est le plus souvent avec des familles monoparen­tales, soit d’origine, soit issues d’un divorce ; les questionnaires sont standardisés, exclusivement comportementalistes et fonction­nalistes, sans mise en perspective de l’évolution de l’enfant jusqu’à l’âge adulte ; les notions clés de «père», «mère», «parent», «con­ception» et «engendrement» y sont délibérément laissées dans le flou. Tout se passe comme si les enfants vivant au sein de couples homosexuels étaient chargés de valider les comportements des adultes en “allant bien”, alors que l’on y découvre que plus de 40% d’entre eux bénéficient d’un suivi psychologique…
    Pour plus d’information, je vous invite à vous renseigner ici :
    http://www.protection-enfance.fr/arguments/
    MJ]

  5. S’il y a bien un mot que j’ai en horreur, c’est celui de “tolérance” ! Sous son couvert, on doit accepter tout et n’importe quoi, et dès que l’on emet une opinion contraire aux lobbies du moment, on est intolérant et là les chiens d la discrimination sont lâchés !
    Où sont le “bon sens”,le “respect de l’Homme et de la Femme”, de la “Famille”, du simple droit “naturel” ?? Les gay et cie sont différents et veulent le rester, alors qu’ils assument cette différence ! Je ne vois pas pourquoi on devrait leur donner les mêmes droits qu’aux couples Homme et Femme ? l’Enfant d’ailleurs n’est pas un droit !!! C’est un DON, qui procède de celui d’un Homme et d’une Femme, pas des fantasmes d’individus “indéterminés”. Pour sortir de là, il faudrait commencer par vouloir reconnaitre que cette “sexualité différente” n’est ni “saine” ni épanouissante pour ceux qui la pratiquent.
    Refuser cela, c’est, à terme, reconnaitre le “bien fondé” de la pédophilie…

  6. [C’est quoi une société homophobe ? Une société qui défend ses enfants ?
    Ces études n’ont rien de scientifique, ni même de sérieux.
    • Les échantillons sont restreints : de 11 à 38 questionnaires par enquête.
    • Presque toutes les études portent sur des enfants pré pubères.
    • Seul les parents sont interrogés.
    • Dans l’étude française, ces parents sont tous des militants gays.
    • La comparaison des comportements n’est faite qu’avec des enfants ayant soit des mères homosexuelles, soit des mères hétérosexuelles séparées ou divorcées.
    • Les études comparent les enfants de pères homosexuels avec ceux de pères hétérosexuels divorcés. Une de ces études cite le chiffre de 24 pères gays et « non gays », choisis pour ces derniers dans des clubs de rencontre.
    On ne peut pas déduire les mêmes conclusions selon que l’on étudie :
    – les enfants nés d’une précédente union hétérosexuelle,
    – ou adoptés par le couple homosexuel avant l’âge de 4 ans,
    – ou encore adoptés après 4 ans,
    car la construction de l’identité sexuelle se fait précisément à cet âge charnière.
    De même :
    un enfant ne peut pas s’identifier pareillement
    – selon qu’il est sans père autre que génétique et qu’il ne connaît pas,
    – ou selon qu’il est né d’un couple hétérosexuel et qu’il est gardé à temps partiel par son père génétique.
    De plus, les enfants sur lesquels portent ces études n’ont pas, pour la quasi totalité, encore atteint l’âge adulte. Il est donc encore trop tôt pour en tirer des conclusions définitives.
    Un rapport sur le développement de l’enfant au sein des couples de même sexe intitulé « Ce n’est pas pareil » a été réalisé en mai 2005. Il constate notamment que : les problèmes psychologiques sont plus fréquents et, en particulier : faible estime de soi, stress, insécurité quant à leur future vie de couple et quant à avoir de enfants.
    En janvier 2006 une mission d’information parlementaire sur la famille et les droits de l’enfant a rendu un rapport en défaveur de l’homoparentalité.
    Invoquant le « principe de précaution », il refusait de « remettre en cause les principes fondamentaux du droit de la filiation fondés sur le triptyque un père, une mère, un enfant. »
    Pour plus d’information :
    http://www.protection-enfance.fr/default/
    MJ]

  7. AML a tout à fait raison. Mais le problème reste que les lobbies (associés à certaines loges) cherchent à mettre mains basses sur tous les piliers fondamentaux de la société afin de les pervertir. En ce qui concerne “l’enfant”, ce n’est plus une personne (même un don) mais un outil de consommation.

  8. Les lobby gay sont financés et soutenus par les euro-mondialistes. Il faut s’en souvenir. Leur propagande repose sur des chiffres truqués et des enquêtes-bidons; mais ça marche !
    Seul l’individu et son plaisir narcissique compte. L’intérêt de l’enfant passe au dernier plan…

  9. Tout ce qui ne vient pas de Dieu se desintegrera dans la douleur.
    Prions Notre Seigneur que cette desintegration arrive au plus vite et que soit sauvé nos frères abusés par le lion qui rode encore pour un temps à la recherche de ses proies.
    Dieu bénisse ceux qui defendent l’enfant sans defense .

  10. Il me semble qu’ils ont dèja les mèmes droits que nous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]