Bannière Salon Beige

Partager cet article

Science

Le linceul de Turin : un défi pour l’intelligence

Bien que ce soit bientôt la fête de la Nativité, il n'est pas inopportun de se pencher sur le mystère de la Résurrection. Yves Daoudal rapporte la dernière découverte sur le linceul de Turin :

L"Comme l’image du Linceul demeurait scientifiquement inexplicable, certains avaient formulé l’hypothèse du « flash de la Résurrection ». Cela est conforme au fait que l’image s’est formée dans le tombeau (puisqu’elle n’existe pas sous les taches de sang) et au fait que le corps s’est comme dématérialisé, puisque les taches de sang sont intactes et qu’il n’y a donc eu aucun arrachement. L’hypothèse était séduisante sur le plan spirituel, mais dépourvue de toute base scientifique. Or, en Italie, les chercheurs de l’ENEA (agence nationale pour les nouvelles technologies, l’énergie et le développement économique durable) l’ont prise au sérieux, et ont mené une série d’expériences pendant cinq ans. Et ils ont obtenu des résultats partiels qui rendent cette hypothèse plausible. Les résultats font l’objet d’un rapport publié sur le site de l’ENEA. […]

Les chercheurs de l’ENEA ont utilisé quant à eux le rayonnement ultraviolet, qui ne provoque pas de réchauffement du tissu. […] Ils ont alors utilisé un laser à excimère à longueur d’onde de 0,193 micromètre. Le rapport s’étend longuement sur les expériences réalisées. En conclusion :

Nous avons réussi à obtenir une coloration du lin ayant la tonalité et l’épaisseur de coloration qui se rapprochent de celles de l’image du Linceul de Turin. Nous avons également obtenu une couleur latente, qui apparaît après un temps d’irradiation du laser grâce à un double mécanisme synergique de coloration (lumière UV et VUV). Nous avons également montré que la lumière laser UV et VUV produit une fragilité et un stress sur les fibrilles de lin, équivalents à un vieillissement accéléré du tissu. Enfin, nous avons montré que la coloration n’est pas due à un effet thermique. Evidemment, personne ne peut faire l’hypothèse que l’image corporelle du Linceul ait été produite par une série de flashes de lumière VUV émise par un laser. Mais nos résultats montrent que le laser à excimère est un puissant outil d’investigation pour simuler les processus physiques et chimiques qui pourraient avoir causé sa coloration particulière.

A la fin du rapport, les chercheurs précisent que s’ils ont obtenu des résultats probants,

« il convient de souligner que la puissance totale du rayonnement VUV requise pour colorer instantanément la surface d'un drap correspondant à un corps humain de taille moyenne (34 000 milliards de watts) fait qu'il est impossible aujourd'hui de reproduire l'image entière du Suaire en utilisant un laser à excimère unique, car cette puissance ne peut être produite par aucune source de lumière VUV construite à ce jour (les plus puissantes sur le marché arrivent à quelques milliards de watts) […] Nous n'en sommes pas à la conclusion, nous en sommes à composer des pièces d'un puzzle scientifique complexe et fascinant. L’énigme du Linceul de Turin est toujours “un défi à l’intelligence”

La citation est de Jean-Paul II.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Jusqu’à quand l’obscurantisme religieux répandu par des fanatiques fatalement abêtis par un mysticisme suranné va-t-il nous bassiner avec le Saint Suaire?
    L’affaire est tranchée depuis longtemps!
    Le professeur Henri Brock, esprit lumineux, « fondateur » de la zététique, nous a définitivement éclairé sur la question! Ses travaux ont reçu l’approbation et l’appui de sommités scientifiques incontestables – sinon incontestées – comme le prix Nobel à l’usure Georges Scharpack, l’inévitable Albert Jacquard ou même Henri Curien!
    Brock le proclame: « Le saint Suaire de Turin n’est en rien mystérieux et, contrairement à ce qu’étalent complaisamment certains médias déclarant systématiquement qu’il « n’a pu être fait de main d’homme », il est en réalité… assez facile à refaire. Le matériel nécessaire est même fort rudimentaire : un bas-relief, une toile de lin, un chiffon, des pigments ocre rouge et de la colle d’os »…
    http://webs.unice.fr/site/broch/page_film_allemand.html
    Et de nous expliquer dans ses livres qu’on peut venir à Sophia Antipolis voir des saints suaires sècher sur les balcons du campus (sic!)
    La technique est indiscutable puisque reproductible et DONC SCIENTIFIQUE…
    La cause est ainsi entendue…
    Ah, j’oubliais un petit détail, car il faut bien être complet:
    AUCUN des ingrédients de base de la recette de Brock de ne se retrouvent, sous la forme énoncée par Brock, au vu des analyses, sur le Linceul de Turin en dehors évidemment du support: la toile de lin…
    Mais si on s’arrêtait à ce genre de détail maintenant, où irait-on n’est-ce pas?…
    http://www.generationfa8.com/texte.php?nom_page=actualite_fr&id=420

  2. Et bien voilà, le faussaire du moyen âge a utilisé un laser ! La cause est entendue.

  3. Excellent ctimmerman !!!
    La seule page d’accueil de la zététique est un poème. Le nombre de membres « + » aussi. Le discours de ce site fait plus penser à son propre objet d’étude, le paranormal, qu’à une approche scientifique : voir les innombrables sites sur le sujet et le côté bancal des discours de la zététique et de ses propres sujet !
    Le plus grave concerne la bénédiction de l’université de Sophia-Antopolis.

  4. Un des mystères inexplicables est que l’image n’a pu être formée par contact, parce que lorsque l’on déplie un plan que l’on a rendu tangent à un ellipsoïde, il apparaît une importante déformation (exagération des largeurs) qui est absente de l’image du Linceul (de même que sont absents les plis inévitables qui se forment dès que l’on enveloppe autre chose qu’une forme géométrique parfaite.
    Pour obtenir une image aussi impeccable et non déformée, il aurait fallu qu’un rayonnement émanant d’une source lointaine (faisceau parallèle) arrive, après avoir traversé le corps, perpendiculairement sur le linceul préalablement bien tendu parallèlement au corps…Comme pour une radio, mais qui n’enregistrerait que l’image des téguments! Ou encore que ces derniers émettent un rayonnement formé uniquement de faisceaux parallèles verticaux! Mais comme il y a aussi une image du dos, ça complique les choses, etc.
    Toutes nos pauvres explications alambiquées deviennent dérisoires face à cet objet inimaginablement extraordinaire, et devant lequel des théologiens, et scientifiques chrétiens osent tordre le nez !
    Les idées surannées de Brock’hantent le christianisme, bradons les pour ce qu’elles valent: rien !

  5. Le Linceul de Turin fascine les chercheurs, et surtout ses détracteurs jusqu’à l’obsession. On n’a pas fini d’entendre et de lire de colossales âneries sur le sujet !

  6. Si j’ai bien compris ce qu’a dit J.-C. Petitfils, le sang sur le linceul de Turin, sur le suaire d’Oviedo et sur la tunique d’Argenteuil sont du même groupe sanguin, très minoritaire sur notre planète (plus fréquent au Moyen-Orient, sans y être dominant cependant): le faussaire médiéval était vraiment génial, et avait des connaissances en biologie, entre autres, quelque peu en avance sur son temps…

Publier une réponse