Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Liban

Le Liban a préservé sa souveraineté grâce aux chrétiens

De Maroun Charbel dans Présent :

"Le Liban libre et souverain, le Liban qui a bouté dehors les Syriens en avril 2005, le Liban de cette cohorte des martyrs de la nouvelle indépendance, notre Liban, que nous avons cru perdre, a gagné. Le Liban libre et souverain, riche de tous ses peuples, a remporté ces législatives de tous les dangers et notre gratitude va, en un immense élan filial, vers le patriarche Sfeir qui est le véritable vainqueur de ce 7 juin 2009. La veille du scrutin, samedi soir, le patriarche maronite, en un geste exceptionnel, sort de sa réserve et déclare :

S "L’entité du Liban et son identité arabe sont désormais menacées. Il faut faire très attention à ce qui se trame et faire échec aux desseins qui, s’ils réussissaient, changeraient le visage du Liban."

Le cardinal Sfeir a alors appelé à des «prises de positions audacieuses conformes à l’identité du Liban». […] Nous avons voté contre le Liban satellite de l’Iran des ayatollahs, contre le Liban du Hezbollah, contre le Liban du général Aoun. Après une journée comme celle de dimanche, il nous reste des images fortes. Comme le courage de ces Chrétiens des marches du pays, exilés à Beyrouth et qui ont fait plus de 2 heures de voiture pour voter contre le Hezbollah et à l’ombre de ses armes. […] C’est grâce à eux, au vote chrétien que le Liban n’a pas, définitivement et légalement, basculé dans le giron du Hezbollah et au-delà, de l’Iran. Le général Aoun ne peut plus prétendre représenter 70% des Chrétiens du Liban. […]

La première [circonscription chrétienne] de Beyrouth a vu l’écrasante victoire d’une liste emblématique avec pour le siège des Maronites Nadim Bachir Gemayel et pour celui des Grecs-orthodoxes Nayla Gebran Tuéni. Fils et fille de martyr, ils auront été, tout au long de la campagne, la cible privilégiée des attaques les plus ordurières du clan aouniste. Zahlé, la capitale chrétienne de la Békaa, et son casa ont dit non au Liban du Hezbollah et du général Aoun. En 2005 ils leur avaient donné six sièges sur sept. Quatre ans plus tard aucun. A Batroun sur la côte au nord de Beyrouth, les deux sièges à pourvoir, tous deux maronites, sont perdus par le général Aoun.

L Mais le général Aoun semble avoir obtenu suffisamment de députés pour pouvoir prétendre à un groupe parlementaire. […] Comment ? Grâce au vote des étrangers. Ses candidats sont donc vainqueurs dans les circonscriptions chrétiennes qui bénéficient d’un fort pourcentage de vote chiite […]

Mais nous avons tout de suite mis un bémol à l’explosion de notre joie. Le Hezbollah s’est rappelé à notre bon souvenir en nous promettant des lendemains qui chantent si nous obtempérions à ses exigences en matière de participation au prochain gouvernement. Un gouvernement qui ne doit pas toucher aux armes de la «résistance» et comprendre le nombre requis de ministres de l’opposition pour que le Hezbollah et ses alliés jouissent du tiers de blocage."

Voir ici la carte des résultats par circonscription.

Partager cet article

19 commentaires

  1. Deux remarques :
    1) le patriarche prend clairement parti contre le général Aoun. Bien des chrétiens libanais ou français ont néanmoins soutenu cet ancien chef d’état… Le moins que l’on puisse dire, c’est que la voix du patriarche n’est pas celle de tous les maronites.
    2) le patriarche évoque “l’identité arabe du Liban”. C’est une quasi-nouveauté. Cette “identité arabe” figure dans la récente constitution. Mais si on remonte au-delà des dernières décennies, jamais les Libanais n’ont revendiqué une telle “identité”. Bien au contraire, les chrétiens libanais ont toujours voulu se démarquer du “monde arabe” (encore un concept bizarre !), non seulement parce que, ethniquement, ils ne sont pas plus arabes que les Marocains (par exemple), et surtout parce que culturellement ils sont attachés à la culture française et que, religieusement, ils ne veulent pas être une exception dans un contexte musulman.
    La position du patriarche va à l’encontre du sentiment historique libanais.

  2. Génial! C’est sur qu’avec un gouvernement anti-syrien, ils risquent moins de se faire bombarder par Israël. Faut-il se réjouir de cela comme tous les media le font? N’est-ce pas objectivement une victoire atlantiste de plus contre “l’axe du mal”?
    Il semble que le Liban préfère s’aligner et
    collaborer que de risquer des représailles, mais ne ventd-il pas son âme?

  3. M. Maroun Charbel fait un usage immodéré et inapproprié du terme “martyr”, dont il faut rappeler qu’il désigne des gens mort pour la Foi et non pour un projet politique. En cela, il s’exprime comme le Hezbollah ou les salafistes.
    D’aure part, si l’on peut se réjouir que le Liban ait échappé à l’influence des mollahs, il ne faudrait pas oublier que c’est l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe qui dirigent et financent le courant du Futur de M. Hariri, et qu’on se demande ce que les chrétiens font (aussi) dans ce bloc politique.
    [A ceci près que les chrétiens sont majoritaires au sein de la majorité puisqu’ils sont 40 sur les 71 élus. MJ]

  4. Les grands perdants de ces élections sont les chrétiens toutes tendances confondus!
    Bienvenu au Hariristan où l’islamisation du Liban par les pétro dollar avec en cadeau une naturalisation des palestiniens pour faire plaisir au voisin israélien, voilà les enjeux cachés de ces élections! Ca personne chez vous dans vos médias ne le dira! Vous avez diabolisation Aoun disant qu’il faisait le jeu de la Syrie et du Hezbollah, mais vous omettez de dire qu’il est le favori dans la communauté chrétienne [la preuve que non puisqu’il a été battu dans des zones chrétiennes. MJ]; qu’il a un programme pro Libanais voulant éradiquer la corruption à coup de réformes et de changements!
    Un bloc chrétien majoritaire au parlement aurait été du jamais vu dans l’histoire de ce pays! Quel gâchis! Qui a intérêt à éviter ça? Les mafias du pays bien sur à commencer par les hariristes et leurs valets féodaux les jumblatistes, les phalangistes et les forces Libanaises. Ces derniers corrompus jusqu’à la moelle se contentent des miettes avec à la clef leur petit canton où ils peuvent assoir leur minable pouvoir.
    De toute manière ces élections ont connues pas mal d’irrégularités:
    – une 20 aine d’urnes perdues en faveur de l’opposition à Zahlé
    – achat des votes d’électeurs par des cachets de l’Arabie Saoudite entre autres
    – plaintes de beaucoup d’électeurs qui ne pouvaient pas rentrer dans les bureaux électoraux car les forces de sécurité intérieure qui maintenaient l’ordre (inféodées au gouvernement Siniora) ralentissait le flux des électeurs allant à l’urne, donc beaucoup d’électeurs découragés par une attente interminable sont rentrée chez eux.
    – des militants du 14 mars sont rentrés par infraction à coup de cassage de vitre dans des habitations de particuliers pour les forcer à voter pour le camp du 14 mars (la TV a montré en direct ses infractions à Ashrafieh entre autre)
    – la nationalité libanaise à été donné à des milliers sunnites dans la Bekaa afin de pencher le vote en faveur du gouvernent Siniora
    – Il y a des suspicieux sérieuses sur la victoire des 2 élus du Maten pro gouvernement Sami Gemayel et Michel el Murr.
    – je pense qu’on en découvrira d’autres d’irrégularité par la suite, espérons que toutes leurs manigance se verront au grand jour
    Le patriarche ainsi que les autres chrétiens loyalistes ont basé leurs arguments sur une menace du Hezbollah de faire du Liban une république islamique (Wilayat el Faqih). Si le Hezb avait pour intention de faire un tel Etat, beaucoup d’occasions se sont offertes à lui de par le passé mais il n’est pas intéressé, ce qu’il demande c’est juste une participation équitable à l’égale des autres communautés.
    Le camp du 14 mars a pronostiqué que le Hezb allait perturber les élections, intimidé les gens à voté pour l’opposition, contesté les résultats mais il n’en a pas été ainsi, tout s’est très bien déroulé, ils ont fait preuve d’exemplarité et ont admis leur défaite avec sagesse.
    On fait de Aoun un pro syrien mais les leaders du 14 mars ont tous était des valets de la Syrie à un moment ou un autre tel que Hariri Père, Jumblat et Gemayel.
    Aoun souhaite tourner les pages du passer et établir des relations saines dans un respect mutuel d’égal à égal!
    Hariri est dangereux pour le pays même feu Bashir Gemeyel le leader tant adulé par les Forces Libanaises et par d’autres aussi, avait mis en garde les libanais sur les intentions de cette personne assujetti à l’Arabie Saoudite de vouloir acheter le Liban et c’est à quoi Aoun de retour au Liban a voulu mettre un terme. Aoun veut redonner aux chrétiens un pouvoir politique qui leur est du, perdu lors des accords de Taef. En effet, le président actuel est un président fantoche qui ne peut rien faire sans l’aval du premier ministre.
    En tout cas on est reparti pour 4 ans de stagnation, de pillage du budget de l’Etat, de confrontation entre une majorité qui n’en fait qu’a sa tête et snobe les autres composantes de la société.
    Ce n’est pas parce que Hariri porte une cravate qu’il n’est pas pour le moins dangereux… à méditer
    Je dirais même que c’est une victoire de l’axe americaino-israelien allié au capitalisme impitoyable incarné par la dynastie Hariri.

  5. Entre l’alliance de Aoun avec le Hezbollah et “l’identité arabe” du Patriarche, les Maronites chavirent.
    Saint-Louis, revenez, ils sont devenus fous…

  6. Les zones chrétiennes sont aquises à Aoun le coeur du Liban chrétien à voté pour Aoun : Keserouan et Matn!
    Regardez la vérité en Face! le Liban ne sera jamais au hariri et leur valets! Nous résisterons
    [C’est faux : Zahlé, la capitale chrétienne de la Békaa, qui avait donné en 2005 six sièges sur sept au Hezbollah et au général Aoun, n’en a donné aucun cette fois ci. A Batroun sur la côte au nord de Beyrouth, les deux sièges à pourvoir, tous deux maronites, ont été perdus par le général Aoun. Et si le général Aoun a obtenu suffisamment de députés pour pouvoir prétendre à un groupe parlementaire, c’est uniquement grâce au vote chiite.
    MJ]

  7. Vous trouverez sur ce site une carte des députés élus et une autre de la répartition confessionnelle des sièges.

  8. à libanais,
    mais les forces libanaises et les kataeb s’opposent totalement à la naturalisation des Palestiniens… je ne vois pas ce que ça vient faire ici! et les chiites aussi, non?
    et les mafias?? tous les partis en sont, non? plus ou moins armés?

  9. Les élections libanaises ont oppose deux camps clairement définis : le 14 mars, affilie aux puissances occidentales championnes de la démocratie universelle, et une coalition de raison, fondée, au moins partiellement, sur la recherche d’une solution pragmatique pour l’avenir du Liban. La victoire du 14 mars symbolise-t-elle vraiment l’avènement de la souveraineté du Liban ? Pas sûr…
    Les réactions internationales aux résultats des élections sont éloquentes. La promesse de l’aide américaine qui avait jusqu’alors été conditionnée par la victoire possible du camp du Hezbollah est désormais renouvelée. L’Arabie saoudite, l’Egypte, l’Union Européenne, ont toutes salué les progrès de la démocratie au Liban. Mais est-ce là tout ce qu’il faut espérer pour le Liban ? On voit quel a été le prix à payer en Irak pour avoir voulu imposer l’idéologie « démocratiste » dans un pays qui n’en avait cure, et remodeler le Moyen-Orient selon des intérêts étrangers. Et ne parlons pas de l’Afghanistan…
    Il est surprenant de constater la contradiction entre la complexité libanaise si bien décrite par Georges Corm et le manichéisme avec lequel les dirigeants des pays occidentaux et leurs alliés locaux ont façonné les opinions publiques au travers des medias dans un contexte d’élections LOCALES. Relayés par un Israël exprimant des menaces à peine voilées en cas de succès du « 8 Mars », ils sont parvenus à établir un camp des biens pensants et un camp des « affidés de l’Iran et de la Syrie ». Manipulations dignes de l’époque soviétique, selon les techniques parfaitement décrites par Vladimir Volkoff. Certes, personne ne peut nier les liens qui unissent le Hezbollah et le Guide Suprême en Iran, ainsi que la tendance naturelle de la Syrie de vouloir prendre les rênes de son « petit Frère ». Mais qui a bien voulu prendre le temps de voir quel est le poids réel des chiites au parlement ? (19 sièges). De plus, les règles électorales ne permettaient en aucun cas une forte victoire de la coalition dirigée par le Gen AOUN, qui de toute façon s’est toujours déclarée en faveur d’un gouvernement d’union nationale. Ce qui n’est pas le cas de Saad Hariri.
    Désormais, la pression internationale se fait sentir pour parvenir à trouver une solution pour les armes du Hezbollah et se trouver en position de force pour négocier à la fois sur la Palestine et sur le nucléaire Iranien. Quelle est la souveraineté du Liban là-dedans ? Ne valait-il pas mieux rechercher un contrepoids aux prétentions irrationnelles du ministre des affaires étrangères israélien ? Mais les urnes ont parlé, et il s’agit maintenant de tenter de construire un Liban dans lequel les chrétiens seront probablement maintenant continuellement perdants face à la culture de mort de la modernité occidentale, à l’image des fêtes animées par des stars du porno qui ont précédé les réunions électorales du Courant du Futur…

  10. Ah.. L’ Orient, et encore plus le Levant, est bien compliqué pour nos apprentis géopoliticiens de France.
    Le Liban est Arabe..
    Ni Perse.. Ni Franc…Ni Juif (les Druzes ?..)et encore moins Kurde…
    Et pourtant. Les Juifs y sont présent depuis plus de 2,000 ans… Les Arabes itou (puisque sémites eux-aussi), les Romains y ont laissé quelques graines. Les Francs aussi. Les Turcs également.
    Alors.. Un pays multiconfessionnel?.. Certes.
    Dans lequel seul un autochtone est capable de prendre la mesure et la dimension de ce pays.
    Mais sachez que chacun de ces segments de population sait se juger ::
    Un vieux dicton des arabes chrétiens (Maronites) :
    Tu peux aller boire chez les Druzes
    Tu peux aller manger chez les Druzes
    Mais tu ne dors pas chez les Druzes..
    Amazing.. Isn’t ?..
    Alors ..Venir aujourd’hui faire un choix entre Aoun et Gémayel (voilà le bon, voilà le méchant) est une bonne couillonnade franchouillarde..

  11. Chris du fer:
    Les Maronites ne sont pas des Arabes chrétiens. Ce sont des arabophones. Et que depuis un siècle. Au 19ème siècle, les Maronites parlaient encore le syriaque. Je vous rapelle que les maronites sont les seuls Chrétiens d’Orient à s’être opposés par les armes à l’invasion arabe au 6ème siècle, même après la compromission de Byzance avec les Arabes. C’est justement pour ne pas se soumettre aux Arabes que les Maronites se sont isolés dans le Mont-Liban. S’ils ont combattu les Arabes à l’arrivée de ces derniers et s’ils se sont isolés pour ne pas se soumettre à eux comment peuvent-ils être Arabes?
    Willync:
    Que certains Européens comme vous, aveuglés par leur antiaméricanisme, trouvent merveilleux les despotes orientaux, ça les regarde. Mais de là à venir reprocher aux Maronites de chercher à résister aux despotes pour préserver leur culture, c’est trop. Vous ne pouvez pas considérer que tous ceux qui s’opposent aux despotes orientaux et islamistes sont forcément pro-américains ou pro-israéliens. Que par frustration des Américains et des Israéliens vous renonciez à votre culture chrétienne en Europe en favorisant l’Islam, ça vous regarde, mais ne demandez pas aux Maronites de vous suivre.

  12. Il est à craindre que cette majorité soit plus américanophile que francophile.
    L’Iran est une moins grande menace que les États Unis, tant politiquement que culturellement. Les missionnaires évangélistes étendent leur ramifications partout, comme au Brésil et dans le nord de la Thaïlande.

  13. Cher Alexandre vous parlez au nom de la majorite’ des chretiens du Liban. je vous admire

  14. Au faux Alexandre :
    Vous écrivez n’importe quoi ! Les Maronites ne parlaient pas syriaque jusqu’au XIX e siècle, c’est une légende. Leur liturgie a conservé quelques traces de Syriaque mais l’arabe était leur langue : ils sont même à l’origine de la Renaissance de la langue et de la culture arabe précisément à la fin du XIXe s!
    Farès Chidiac, Boutros al-Boustani en sont des exemples célèbres.

  15. Au “vrai” Alexandre
    Révisez votre histoire Monsieur. Pourquoi Monseigneur Debs a créé l’école de la Sagesse à la fin du 19ème? La “légende” est celle qui attribue aux Maronites “la renaissance de la langue et de la culture arabe”. Il s’agissait d’une stratégie visant à “arabiser” les Musulmans pour les retourner contre les Ottomans et pour les “laïciser”. Une stratégie qui à l’évidence à échoué avec la résurgence de l’islamisme. Cela ne fait toujours pas des Maronites des “Arabes”. L’Orient n’est pas arabe pas plus que l’Europe n’est “germanique”. Il y a des Maronites, des Juifs, des Turkmènes, des Perses, des Kurdes et j’en passe. Arrêtez de lire des gauchistes comme George Corm.

  16. Eh bien, en tant que chrétienne franco-libanaise, je suis d’abord choqué que le patriarche Sfeir soit sorti de sa réserve au moment ou il était interdit aux candidats de s’exprimer publiquement. Ensuite il me semble que le role premier du patriarche maronite est de garantir l’unité des chrétiens du Liban et non pas de prendre parti. Et surtout il n’a fait que regonfler les divisions entre chrétiens. Depuis samedi, les jeunes de nos quartiers multiplient les incidents entre forces libanaises et aounistes. Merci beaucoup !
    J’ajouterai que vos commentaires sur les maronites arabes ou pas me font bien rire… Nous, Libanais, sommes un grand mélange de bien des origines, de bien des confessions, et c’est pour cela qu’on aime autant notre pays.

  17. Alexandre2 :
    Désolé, mais votre argumentation, bien connue, est malheureusement démentie par l’histoire et la réalité. Vous faites une confusion ethniciste, ce qui vous permet de comparer les maronites (dont ils faut rappeler qu’ils sont les fidèles d’une Eglise orientale catholique, et c’est tout et ne comportent donc pas de majuscule) à d’autres groupes humains, ceux-la ethniques et possèdant en propre une langue, Turkmènes, Perses, et autres Kurdes.
    De toute façon, le terme “arabe” désignait dans mon post une dimension culturelle et civilisationnelle, dont les chrétiens et en particulier les maronites n’ont pas à rougir, pour l’avoir illustrée et continuer de la faire avec brio.

  18. Alexandre:
    Les populations “papistes” d’Antioche étaient des Syriaques. Ils étaient appelés “maronites” par les adeptes des Eglises orientales et par les Byzantins parce qu’elles étaient encadrées par les moines disciples de Saint-Maron. Les “Maronites” qui s’établirent dans le Mont-Liban au 7ème siècle, étaient majoritairement syriaques. Leur langue et leur culture étaient syriaque. 90% des villages du Mont-Liban portent encore aujourd’hui des noms syriaques. L’introduction partielle de l’arabe dans la liturgie maronite ne date que de Vatican II. La première imprimerie du Moyen-Orient introduite par les moines maronites dans le couvent de Kozhaya en 1610 utilisait l’alphabet syriaque. Il ne s’agit pas de rougir ou de jaunir mais de réalités historiques loin des des idéologies gauchisto-arabistes qui considèrent que toute présence culturelle chrétienne non-arabe en Orient est nécessairement une représentation coloniale de l’Occident.
    Deo Gracias

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services