Le Hezbollah pointé du doigt

La commission d'enquête chargée de faire la lumière sur l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri le 14 février 2005 s'orienterait désormais vers une piste menant au mouvement chiite Hezbollah. Ces investigations dédouanneraient les Syriens. A deux semaines des élections législatives, le Hezbollah a dénoncé des "affabulations".

Une réflexion au sujet de « Le Hezbollah pointé du doigt »

Laisser un commentaire