Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le Havre : le successeur d’Edouard Philippe démissionne

Le Havre : le successeur d’Edouard Philippe démissionne

Le maire du Havre Luc Lemonnier a démissionné jeudi soir de son poste de maire. Il était accusé par une femme d’avoir envoyé des photos pornographiques le mettant en scène nu. Cette femme assure que ce n’était pas “un jeu de séduction” et affirme l’avoir ressenti “comme un viol”. Lundi, dans le bureau du procureur du Havre, elle a écopé d’un rappel à la loi, pour diffusion de photos à caractère sexuel.

Cette femme a témoigné. Sa rencontre avec le maire remonte à 2017. A l’époque, elle multiplie les démarches et contacts pour tenter de trouver un logement adapté, nécessaire pour son fils malade. Elle rencontre alors le maire, à l’occasion d’un meeting politique. Après le décès de son fils, en novembre 2017, elle entre dans une période de dépression pour laquelle elle est hospitalisée puis reçoit un traitement. De retour chez elle en mai 2018, elle reprend contact avec l’élu pour lui demander de l’aide, toujours pour une demande de logement et ses recherches d’emploi. C’est en juillet 2018 que le maire lui envoie plusieurs photos. Dans les messages, « il m’explique qu’il aime le libertinage et comment il allait me faire l’amour ». Il lui en demande en retour, ce qu’elle refuse. Dans la semaine suivant l’envoi, « j’ai appelé la police pour déposer plainte, mais on m’a dit que ce n’était pas recevable, qu’on ne pouvait rien faire pour moi ». Elle assure avoir ensuite eu des échanges avec le cabinet du maire – « ils étaient parfaitement au courant de la situation » – et avoir même été reçue en rendez-vous à la mairie.

Luc Lemonnier est devenu maire du Havre en mai 2017, suite à la nomination d’Edouard Philippe à Matignon. Il avait été élu  conseiller municipal en 2008, devient adjoint au maire Édouard Philippe en 2011 et avait été réélu lors des élections municipales de 2014 sur la liste d’Édouard Philippe, dont il fut le directeur de campagne, et devient son 1er adjoint.

Le maire du Havre Luc Lemonnier pourra trouver refuge au Refuge, local LGBT. C’est bien normal : il était à l’inauguration le 30 septembre 2017.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Loi du silence, tous les conseillers et membres de la municipalité étaient au courant de ces agissements cf l enquête de France info disponible en podcast….

  2. C’est à se demander si, parmi les élus, il y en a encore qui mènent une vie normale, en couple (marié ou non), qui ne sautent pas sur le premier jupon qui passe, ou qui vont sur Internet sans aller sur les sites pornos…

    Quand est ce que ce pays va comprendre que la “libéralisation sexuelle” si chère à nos 68tards fossilisés n’a pas été autre chose que l’expression outrancière d’une obsession sexuelle devenue incontrôlable ? On est bien loin de la sympathique verdeur du Vert-Galant !

  3. Encore un représentant de “l’élite” pris la main dans le sac (enfin, si l’on peut dire…)!

  4. J’ai vécu plus de 10 ans au Havre, dans les années 80.
    La ville restait marquée par la dernière guerre (occupation allemande dure, graves destructions volontaires commises par les Anglais pendant l’été 44) et les figures de proue de Félix Faure, Pierre Courant et René Coty.
    La mairie était alors tenue par les communistes et leurs alliés de gauche. Je ne les approuvais pas mais ils brillaient par leur sérieux et leur rigueur y compris morale.
    Le chef de l’opposition de droite s’appelait Antoine Rufenacht, grand bourgeois protestant, qui n’était pas dans la gaudriole.
    Prédécesseur et “père politique” d’Edouard Philippe, il a dû sursauter en apprenant le libertinage de son deuxième successeur. Je pense que fort de ses 79 ans il a dû passer un savon au quinquagénaire Luc Lemonnier, autre bourgeois havrais.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services