Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le genre assure enfin le progrès de la parité !

Le genre assure enfin le progrès de la parité !

« Eureka ! » s’est exclamée ce matin la Présidence : « Nous avons enfin trouvé le moyen de faire respecter les critères d’une parité généralisée ». Avouons-le, il était temps, en cette période de pandémie, de recentrer l’action du gouvernement sur les priorités réellement essentielles de son programme. Et comme souvent, les fidèles lecteurs du Salon Beige seront parmi les premiers à accueillir cette avancée culturelle décisive !

Il est vrai que le message présidentiel du 26 janvier dernier nous laissait un peu sur notre faim.

Certes, chacun avait bien compris qu’il n’était désormais plus question « d’exiger d’être un mâle pour être un père »…

Mais pouvait-on s’arrêter en si bon chemin ? Lorsqu’avait été réglementée la parité entre les hommes et les femmes, n’en était-on pas resté à quelques critères un peu passéistes ?

Ce temps est révolu ! Il ne sera désormais plus nécessaire d’être née « femelle » pour revendiquer une place de femme !

Voilà l’existentialisme enfin accompli dans le domaine si délicat de la féminitude !

Si hommes et femmes désirent s’interchanger, qui oserait en effet faire obstacle à cette liberté existentielle ?

N’est-ce pas leur choix ? Pourquoi-donc persisterait-on à discriminer ainsi les humains ?

Plagiant la célèbre formule d’un prédécesseur, le porte-parole de nos autorités se serait parait-il exclamé : Cessons-donc « d’emmerder les Français » avec des concepts réactionnaires !

Voilà, tout est dit et bien dit ! Et comme nous vivons dans un monde pressé, on nous annonce dès cette semaine la première mesure concrète : toute inscription sur une liste paritaire devra dorénavant comporter la déclaration du sexe, masculin, féminin ou neutre, sous lequel le postulant souhaite inscrire son identité.

Afin de prévenir les abus, aucune modification de ce choix ne pourra cependant intervenir avant un délai de trois années.

Les « Pro choice », malgré leurs réserves sur cette limite de trois ans qu’ils jugent bien timorée, ont exprimé leur satisfaction devant cette nouvelle liberté de progrès.

Quant à la confédération des 51 nuances de LGBTQWZ, déstabilisée par une annonce aussi rapide, et si malheureuse de vivre un si rare confinement, elle prépare sa prochaine conférence de Presse. Nul doute que de nouveaux progrès pourront ainsi nous être proposés !

De notre envoyé spécial pour le S.B. Marc T.

Partager cet article

10 commentaires

  1. Poisson !

  2. Qui sera nommé Ministre des confinés : un homme, une femme ou un neutre ?
    Bon 1er avril à tous !

  3. Ajoutons que les non-genrés (si quelque sait de quoi il s’agit, qu’il nous fasse signe), vont se rouler par terre et taper des pieds, car, et c’est ignoble, ils se voient imposer de choisir un sexe, masculin ou féminin, eux, qui ne se sentent ni l’un ni l’autre ! 🙂

    Et que dire de tous ceux (bon les 4 ou 5), spécistes, qui se disent non pas humain, mais en communion avec le règne animal, dont ils se revendiquent pleinement, et souhaiteraient, que dis je, exigent, un genre grammatical (à inventer) propre aux animaux, voire, propre à chaque race !!

    Avec toute cette ménagerie, on est bien !

  4. Ilest vraiqu’en cette période ces âneries sont d’une urgence extrême, mais d’un côté c’est peut-être positif car la chute s’accélère et le Royaume de Dieu de rapproche. Pauvres guignols

  5. D’ailleurs micron est-il un mâle ou une femelle? à moins qu’il ne soit rien parce que neutre. Je n’aurais jamais pensé quand j’étudiais la grammaire latine et grecque qu’un jour nous aurions des guignols neutres. A moins qu’ils soient comme les mules, c’est vrai que ce sont de vraises mulet sans vouloir insulter ces braves équidés

  6. Donc si on veut une vraie parité, il faut que chaque liste comprenne 33,33% de féminin, 33,33% de neutre et 33,33% de masculin ?

    Je les ai mis dans cet ordre parce que “masculin, féminin, neutre” est un ordre déjà insuportablement discriminationnaire…

  7. En effet, le moment parler de genre et de parité est fort mal choisi, en ces temps de corona virus. Sachant que plus de 75% des victimes ont plus de 75 ans. Que 60 % des femmes compose la population des + de 75 ans et 61% des victimes du corona virus sont des hommes. Cela prouve que les hommes ont trois fois plus de “chance” d’être frappée que les femmes. Et qu’il va plus nous rester beaucoup de papis.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services