Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Le fondateur de Solidarité Kosovo désormais interdit de séjour au Kosovo

Le fondateur de Solidarité Kosovo désormais interdit de séjour au Kosovo

Dans le Figaro, Jean-Christophe Buisson dénonce l’interdiction de séjour d’Arnaud Gouillon au Kosovo, alors qu’il a fondé l’ONG Solidarité Kosovo et a permis la scolarisation de centaines d’enfants kosovares :

Il s’appelle Arnaud Gouillon. Il a 33 ans. Il habite depuis longtemps la Serbie mais il est citoyen français. En 2004, il a fondé une ONG baptisée Solidarité Kosovo qui a pour objet de venir en aide aux quelques milliers de Serbes qui vivent dans des enclaves aux allures de bantoustans au sud de la rivière Ibar […]. Avec un budget annuel d’un million d’euros, un fichier de 12 000 donateurs (à plus de 90 % français), Solidarité Kosovo a, sur place, rénové ou bâti 31 écoles, construit des dizaines de fermes, des laiteries et des conserveries, développé un réseau de serres agricoles, aidé à la rénovation des églises et des monastères abîmés par le temps, les guerres ou les exactions des Albanais. Grâce à cette association, plus de 400 tonnes de vivres et de vêtements et de biens nécessaires ont pu être envoyées à ces villages protégés par 4 000 soldats de la KFOR et dont les habitants n’ont accès ni à un travail, ni aux services de santé, ni aux transports locaux en raison de l’hostilité de leurs voisins. Certains monastères sont même entourés de barbelés…

Le dévouement d’Arnaud Gouillon pour ces malheureux qui sont un peu les pieds-noirs serbes a fait de lui un héros national en Serbie. Il a été honoré, décoré, récompensé par les plus hautes institutions et autorités civiles ou religieuses, et ceux qui le reconnaissent dans la rue, le saluent, l’embrassent, l’enlacent. […]

Oui mais voilà: Arnaud Gouillon est aussi un criminel. En tout cas aux yeux de l’Etat du Kosovo qui l’a arrêté et emprisonné brièvement la semaine dernière au poste-frontière de Merdare, alors qu’il était attendu de l’autre côté de la frontière pour inaugurer, en présence de Monseigneur Théodose, évêque de Kosovo-Métochie, une ferme d’élevage de volailles. Son interrogatoire s’est déroulé sans violence physique mais a duré trois heures. On lui a notamment demandé quelles étaient ses relations avec la Russie (il n’en a aucune, bien entendu). On a prétendu qu’il avait «sali» le peuple du Kosovo dans une interview au Figaro Magazine (!) il y a quelques années. On l’a menacé de le «salir» à son tour (sa famille, sa réputation, son honneur). Puis on l’a expulsé en lui signifiant qu’il était interdit de séjour au Kosovo sine die. Motif officiel: aucun. Ou plutôt si: il figure sur le registre de ceux qui doivent être interdits de séjour au Kosovo. Pour une raison précise, on repassera. On se croirait dans une pièce absurde du dramaturge bulgare Stanislas Stratiev ou d’Eugène Ionesco.

[…] Le Grenoblois marié à une Serbe est venu tous les mois depuis sept ans dans la région et pas une seule fois, il n’a été bloqué ou arrêté à la frontière. Pas une fois, on lui a demandé d’ouvrir le coffre de sa voiture! Alors, pourquoi cette fois? Pourquoi cette décision arbitraire à l’encontre d’un non-Serbe dont l’organisation n’a jamais été prise en défaut d’un point de vue éthique, financier ou politique? Sans doute paye-t-il des règlements de compte de politique intérieure kosovare. Gangrenée par la corruption, les scandales et des mafias omniprésentes, la république du Kosovo est un champ de bataille permanent entre clans, factions et partis qui, presque tous, pratiquent la surenchère nationaliste auprès d’une opinion publique guère encline à un processus de réconciliation voire d’apaisement de ses relations avec le voisin serbe honni. […]

En Serbie, l’affaire a fait grand bruit. Tous les sites d’information, tous les journaux – des plus sérieux jusqu’aux tabloïds, de Danas à Press en passant par Politika, Blic, Kurir, 24 Sata ou Informer -, toutes les télévisions – de la publique RTS à la trash Pink TV – s’en sont émus avec plus ou moins de virulence. Le Premier ministre Ana Brnabic et le ministre chargé du Kosovo Marko Djuric (lui-même arrêté et expulsé il y a quelques mois lors d‘une visite au Kosovo!) ont manifesté leur soutien à Gouillon. Et la France? L’ambassadeur de France en Serbie, Frédéric Mondoloni, doit le recevoir ce lundi 17 septembre, preuve que l’affaire est prise au sérieux.”

Partager cet article

3 commentaires

  1. Cui prodest? La question à se poser comme d’habitude.
    Qui a reconnu le Kosovo? Qui a installé une base Otan au Kosovo dès 1999? Et qui n’en a rien à faire des droits de chrétiens devenus minoritaires dans leurs propres pays et en particulier dans une zone qui devrait toucher plus encore les Européens ? A cela s’ajoutent évidemment des intérêts locaux mafieux et d’autres liés à la ré-islamisation intensive. Mais déjà à l’époque du communiste Tito, il ne voyait absolument pas d’un mauvais œil l’arrivée massive de musulmans des pays limitrophes. Maintenant c’est le N.O.M et de ses alliés du moment, quels qu’ils soient.
    Arnaud Gouillon et son équipe, depuis des années, font honneur à la France. Mais là encore il y a le camp du bien et des ONG du camp du bien, et les autres.
    En espérant que cette affaire va permettre de faire un peu mieux voir la réalité à certains et faire avancer les choses dans le bon sens. Et en attendant que cela n’annonce pas de nouvelles représailles plus ou moins incontrôlées et téléguidées contre les enclaves.
    Ce qui se passe au Kosovo, c’est passé ailleurs et pourrait se passer un jour pas forcément très lointain en Europe occidentale…s’il n’y a pas de réactions tant qu’il en est encore temps.

  2. J’ignorais l’existence et le magnifique travail de ce Monsieur Gouillon, qui effectivement fait honneur à notre pays et à la Chrétienté tout entière ! En d’autres temps, je dirais qu’il mérite la légion d’Honneur, mais par les temps qui courrent, c’est plutôt le signe quasi infâmant de la décadence actuelle…

    A mes yeux, seuls les récipiendaires à titre militaire (j’ y inclus les pompiers) du ruban rouge sont dignes de respect ! La “rouge” devrait être décernée à titre exceptionnel (comme la Victoria Cross pour les britanniques), et la “bleue” (l’ordre national du mérite) pour les faits et actes méritoires normaux… Par exemple, un champion olympique ou champion du monde de foot… et encore !

    • eh ben , Solidarité Kossovo est pourtant connue dans nos milieux… on n’a même parlé de cette info il y a plusieurs jours sur COURTOISIE. Faut écouter un peu , hein, si vous voulez rester informer et à la pointe du combat !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]