Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le fonctionnement interne d’un parti est une vitrine de crédibilité

Alors que Nicolas Sarkozy va nommer Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, sans demander l'avis des adhérents de son parti, Bruno Gollnisch a proposé samedi une réforme du FN, s'il en devenait président, parmi lesquelles :

  • G améliorer la concertation entre nos structures départementales et notre siège national dans un sens tendant à renforcer les moyens matériels des premières. Ce qui commande de réaliser un audit approfondi des fédérations départementales, avant la nomination de nouveaux secrétaires départementaux.
  • tout mettre en oeuvre pour que, dans la limite de la nécessaire discipline propre à tout mouvement politique, le FN fonctionne sur un mode plus collégial, où chacun puisse trouver sa place et où l’expression d’une divergence ne soit pas perçue comme une trahison.
  • relancer les cercles nationaux s’occupant d’action sociale, culturelle, familiale, éducative, caritative
  • renforcer l’armature intellectuelle du Front National, notamment en créant une école des cadres assurant aux militants une solide formation doctrinale.

Il aurait été intéressant de proposer aussi l'organisation de primaires internes, pour les élections européennes et législatives (entre autres).

Partager cet article

6 commentaires

  1. Gollnisch est clairement celui qu’il faut pour faire du FN une grande force nationale:
    Adhérez au FN avant le 10 décembre pour pouvoir voter pour lui!!!

  2. en espérant que les adhérants ne se trompent pas le jour où il faudra voter…

  3. Que du bon!
    On attend ça depuis longtemps, voilà des propositions de nature à faire revenir au bercail ceux qui l’ont quitté pour ces motifs…
    Les ingrédients du rassemblement de toute la droite nationale sont là… reste à faire prendre la mayonnaise 🙂

  4. Les primaires aux élections européennes ou légilsatives sont à proscrires; le FN doit consacrer ses forces à combattre l’ennemi, pas à être en campagne interne en permanence.
    Sur la proposition de formation des cadres, elle existe déjà; un institut de formation des cadres appelé IFOREL en a la charge.
    L’IFOREL tourne cependant au ralenti depuis que son repsonsable, M. Philippe Bernard, s’est vu retiré cettte fonction suite à sa mise en examen pour escroquerie en bande organisée en 2007.
    Surtout, cela demande des moyens financiers qui, actuellement, font défaut au Front National.
    Mais la remise en fonction de l’IFOREL, comme d’autres services du Front, seront à l’ordre du jour dès que le FN retrouvera son financement public et aura réglé ses dettes dues aux législatives de 2007..
    [Les primaires c’est pour tout les partis, pas uniquement pour le FN. Cela permet aux adhérents d’avoir voix au chapitre dans la désignation des candidats, de limiter ainsi les parachutages intempestifs, et de privilégier l’être sur le paraître.
    MJ]

  5. La remarque concernant les “primaires” aux élections législatives peut éventuellement s’adressrr aux grands partis, comme l’UMP ou le PS qui dispose de 2 ou 300 000 adhérents.
    Le FN, petit parti de 30 à 50 000 adhérents, ne peut pas se le permettre.
    Encore que ce système n’existe pas à l’UMP, c’est toujours la direction du parti qui désigne les candidats à ma connaissance!
    Ce type de fonctionnement n’existe pour l’instant qu’aux Etats-Unis, au sein des partis omnipotents (républicains et démocrates), et encore, pour seulement l’élection des gouverneurs et sénateurs.
    Ce modèle anglo-saxon n’est pas le nôtre, désolé.
    [Et moi qui croyait que le FN était un grand parti… Je crois au contraire qu’il pourrait donner l’exemple aux autres, et montrer, par son fonctionnement interne, son respect de la démocratie…
    MJ]

  6. @ Michel JANVA
    Quand on voit comment la compétition actuelle interne du FN est ”arbitrée” de l’extérieur […] on peut effectivement se demander si des campagnes internes quasiment annuelles et éclatées dans chaque fédération sont souhaitables : cela tournera à la foire d’empoigne perpétuelle et à des campagnes de ”révélations” sur les personnes, selon les méthodes de manipulation de ces derniers mois. De plus cela consiste à créer de fait des courants internes, mais sans qu’ils soient officiels et déclarés et dont les animateurs seront extérieurs au FN : en terme de management des hommes, c’est aboutir à reconnaître des droits à des réseaux d’influence réelle, mais irresponsables devant tous. Ce qui est l’exact contraire de la collégialité, présentée comme un moyen d’apaiser les tensions. La collégialité, si cela ne s’accompagne pas de propositions de mise en oeuvre complète, demeurera un beau mot, très ”freundlich kamaradschaft”, mais qui ne recouvre aucune réalité de fonctionnement. Soit il y a des courants officialisés, comme au PS, soit il y a des lieux de débats, avec des procédures et des votes de motions. Ou les deux. Mais où et comment ? Ainsi présentée, sans précisions, cette collégialité séduit sur une apparence superficielle, mais non par du concret.
    Par contre faire des audits des fédérations est une bonne idée, dans un schéma clair et précis : il y a eu des tentatives, en général étouffées dans l’oeuf car les grands féodaux du FN étaient favorables aux audits, mais ailleurs que dans leurs régions…. Et B. GOLLNISCH, qui a été secrétaire général du FN à une époque, avant Carl LANG, n’a pas mis en oeuvre cette pratique, car il en constata la complexité, sans doute. Ce n’est donc pas simple si ce n’est pas inscrit dans le règlement interne.
    Pour ce qui est de l’école des cadres, de la relance des cercles thématiques, et des moyens supplémentaires aux fédés, la saisie des subventions de fonctionnement du FN par F. LE RACHINEL, le ”dissident qui fait battre les listes FN mais qui reviendra car c’est un grand ami”, rend ces propositions irréalisables actuellement : chaque proposition de développement doit être accompagnée d’un budget, sous peine de devenir l’équivalent des propositions sociales actuelles du PS.
    [Les courants internes existent bien et les campagnes internes sont là pour les laisser s’exprimer, c’est tout l’intérêt. En tout cas, c’est mieux qu’une décision prise à Paris ou à St-Cloud, en dehors des réalités locales. Si l’on veut que les Français (dont la moitié ne votent pas je vous le rappelle) se réapproprient la politique, alors il faut relocaliser celle-ci. Ce que des partis centralisateurs, du PC au FN, en passant par le PS et l’UMP, empêchent par leur jacobinisme (que vous dénoncez régulièrement…).
    Les réseaux d’influence existent déjà, mais ils agissent dans les couloirs, avec des promotions surprises, des flatteries et des coteries. Ces réseaux doivent apparaître au grand jour.
    Quant à la campagne interne du FN, sa virulence toute mesurée n’est, selon moi, que la manifestation d’une frustration d’un certains nombre de cadres qui n’ont pas eu le loisir de s’exprimer depuis trop longtemps. Certains font mine de s’étonner de la violence de l’explosion. Mais que n’ont-il veillé sur le feu qui couvait ?
    MJ]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]