Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Le droit à l’objection de conscience précède la loi

Evoquée très récemment par Benoit XVI à propos de la profession de pharmaciens, l'objection de conscience a été abordée lors du premier Congrès des juristes catholiques, organisé les 18 et 19 septembre sur le thème "Droit et Morale".

Rafael Navarro Valls, professeur de droit ecclésiastique et membre de l'Académie royale de jurisprudence et de législation espagnole y a notamment déclaré :

"Bien qu'aucune loi ne le reconnaisse spécifiquement, n'importe qui peut avoir recours à l'objection de conscience (…) Il a été mis dans la tête de quelqu'un au Tribunal Suprême que pour que l'objection de conscience soit efficace et nécessaire il fallait qu'il y ait une loi qui la reconnaisse expressément (…) Le droit à l'objection de conscience précède la loi."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Oui, et l’objection de conscience est valable aussi dans l’Église, quand un évêque prend une décision inique contre un prêtre, une communauté….

  2. L’objection de conscience est, par définition, une position que l’on prend contre la loi, quand on juge celle-ci immorale. Le problème n’est donc pas de savoir si elle est oui ou non légale, mais si elle est oui ou non exigée par la morale.

  3. En démocratie,c’est le “peuple souverain” qui fait les lois.Pour nos démocraties , il n’existe pas de nature humaine, et donc pas de loi naturelle et encore moins de loi divine, l’homme étant le fruit du “Hasard”.Il n’y a donc rien au-dessus de la loi républicaine.Donc toute personn qui prétend se soutraire à la Loi républicaine est “Hors la Loi” , et donc punissable.”Aux lions les chrétiens…!”

  4. Toute personne qui prétend se soustraire à la loi (républicaine ou pas) est punissable. Sinon, à quoi servirait la loi ? Le possible décalage entre la loi humaine et la loi divine existe aussi dans l’autre sens : un humaniste non chrétien peut juger en conscience que telle ou telle loi que l’Eglise considère comme conforme à la morale est une menace pour la dignité humaine. Dans ce cas, il est logique et même subjectivement MORAL que soit punie une objection de conscience qui semblerait ouvrir la porte, si elle était légalement permise, à des actes injustes et pernicieux pour autrui.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services