Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le dogme de l’égalitarisme mis à mal

La Conférence des grandes écoles désapprouve le quota de 30 % de boursiers que voudrait lui imposer le gouvernement car il pourrait entraîner une baisse de niveau. Yazid Sabeg, Commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances, s’est élevé contre ce refus et rappelle que «l’ouverture sociale» est une des priorités de la politique éducative.

Partager cet article

14 commentaires

  1. Pas à pas la politique des quotas s’installe.

  2. Ils n’ont pas réussi a bousiller les grandes écoles mais si ça continue, elles vont y passer aussi !
    Et il ne restera plus rien de l’enseignement supérieur français !
    Plus personne capable de réfléchir en France, le pays qui devrait être le phare des nations !

  3. Incroyable ! Non seulement je n’ai le droit à aucune aide pour payer leurs études à mes 7 enfants puisque les conditions de bourses sont très restrictives, mais en plus ils vont leur compliquer l’accès aux grandes écoles en diminuant le nombre de places pour les non boursiers.
    Je peux vous dire que mon fils a intégré une école d’ingénieur privée par une voie parallèle, justement parce qu’elle a pris en compte «la personnalité, la valeur, l’intensité du parcours» (selon les mots de Mme Pecresse) de celui-ci et pas du tout son origine sociale, alors qu’aucune école publique ne l’aurait fait.
    Que l’Etat montre plutôt l’exemple en arrêtant de verser un salaire aux étudiants privilégiés de l’ENA, de Polytechnique ou des écoles militaires, en arrêtant de financer des études gratuites à la Fac qui ne mènent à rien et où s’engouffre justement les boursiers trompés, en versant plutôt un chèque éducation à chaque étudiant et en repartissant équitablement ses subventions aux établissements d’enseignement supérieurs.
    Que l’Etat arrête de masquer son incurie en accusant les autres de ses échecs.

  4. Mdr ! 😀
    Ils n’arriveront pas à faire fléchir les grandes écoles. Elles ont résisté à la volonté de les aligner sur la nullité des facs. Elles n’ont même pas pris en compte la chute vertigineuse du niveau des bacheliers, puisque le niveau de leurs concours d’entrée a augmenté d’autant (il suffit de comparer les annales à 20 ans d’intervalle).
    Les grandes écoles se fichent de “l’ouverture sociale” : elles sont en compétition entre elles au niveau national, d’une part, et avec les meilleures facultés du monde pour les plus réputées d’entre elles, d’autre part.
    ‘Peuvent toujours courir pour introduire une seule goutte d’égalitarisme chez ces derniers résistants de la méritocratie ! 😀

  5. Encore une fois, de quoi se mêle l’État?
    De tout ce qui ne le regarde pas.
    L’état ne doit exister que pour assurer la paix intérieure et la sécurité extérieure. La justice, à la rigueur. Et rien d’autre
    Il fait exactement le contraire.

  6. Je trouve profondément injuste qu’il n’y ait pas un quota d’éclopés dans nos sélectionnés pour les jeux olympiques : l’ouverture devrait être une priorité de la politique sportive.

  7. Et 30% ! Ils n’y vont pas de main morte. serait-ce que ces 30% correspondent au chiffre de la “diversité” ? Dans ce cas on a du soucis à se faire.

  8. A quand un quota de blancs dans l’équipe “de France” de foot ?

  9. Si ce projet réussit, je tremble aussi pour mes enfants qui, parce que Français de souche et de type franc salien, aux yeux bleu, cheveux clairs et grands, seront mis à l’écart et remplacés là dans ces grandes écoles, alors je n’aurai pas cessé de payer des impôts divers pour le “public”, alors que mes enfant sont depuis toujours dans le “privé”…
    C’est pas du racisme ça? De l’ethnomasochisme ? Une participation active
    au génocide silencieux qui se déroule sous nos yeux avec cette myopie collective?
    Ils ne nous liquideront pas comme ça!

  10. @ Ethos
    Désolé de vous décevoir, mais démographiquement, sur 30 à 40 ans, ”ils” seront majoritaires, puisque les Français dits de souche ne veulent plus assurer le remplacement des générations.
    S’imaginer qu’on puisse garantir le niveau de vie de nos enfants et leurs droits en théorie légitimes dans une société où ils sont appelés à être minoritaires est une utopie. Un précédent historique : depuis les années 50-60, les Libanais chrétiens ont fait comme nous, hédonisme, perte des valeurs religieuses, matérialisme, dénatalité, accueil d’immigrés palestiniens musulmans, et ainsi ils sont devenus minoritaires et ont perdu le pouvoir politique.
    La France est le futur Liban de l’Europe.

  11. La Democratie est la loi du nombre ou la majorité l’emporte …eh bien nous faisons mieux dans notre “démocrassie” à la française …la minorité visible (et surtout audible) doit l’emporter sur la majorité rendue invisible en raison de l’aveuglement de nos guides qui nous mènent dans un tunnel sans être eux-mêmes des …lumières !

  12. PG,
    je n’ai pas ces aveuglements que feu mon père n’avait pas lui-même après la guerre des départements d’Algérie et votre adresse ne me déçoit pas.
    Je connais le potentiel réel de la démographie sur le politique dont on mesure ici en France l’effet grandissant avec une accélération depuis ces 8 dernières années (cf.les présidentielles de 2002 à 2007)et je n’ignore pas l’histoire de l’effondrement démographique de l’Afrique du nord qui a vu les populations indigènes, vaincues et finalement sumergées, remplacées par des Arabes venus de la péninsule.
    C’est en gros ce que l’on prépare à nos enfants. Je vous le concède. Et je peux vous dire que nous avons déjà une situation libanaise répliquée à des miliers d’endroits (autant que de mosquées) ainsi que des portions du sanctuaire national sous la charia.
    C’est mécanique, puissant comme les plaques tectoniques , irrésistible en somme, les mêmes causes produisant les mêmes effets d’un bout à l’autre de l’incommensurable univers…
    Mais je ne doute pas que nous assistions à un réveil, tôt ou tard et notre travail est de préparer les enfants à faire face à l’avenir, coûte que coûte, pour transmettre la vie et maintenir à notre suite.
    Car, à l’ère de la post-modernité, la loi du nombre ne dit plus grand chose, ne sert plus beaucoup :
    – 40% d’abstention depuis des années, c’est une revolution sans tambour ni pique
    – un référundum à 53% bafoué par Lisbonne.
    C’est la force qui s’imposera.
    Enfin, je ne crois pas que nous soyons promis aux catacombes nous autres catholiques, comme l’annonçait il y a quelques années je ne sais plus quel Monseigneur qui ne porte plus la soutane et la chasuble de son état et de ses fonctions, qu’il se reprenne, à la suite du Pape!
    Et nous autres restons debout!

  13. Le doute n’est plus permit ils vont tout casser…

  14. Point positif : cela peut réveiller les bobos qui, confrontés d’une manière ou d’une autre à la crise, ouvriront “un peu plus” les yeux (oui tout est relatif) !
    Si vous voulez tester la diversité qui attaque la fac et les grandes écoles je vous conseille la bibliothèque Beaubourd entre 18h et 22h. Mettez un casque ou écouteur éteint sur vos oreilles pour faire comme si…..et écoutez les conversations vindicatives très audibles autour de vous….si le visuel ne vous suffit pas !
    Vous n’allez pas être décus.

Publier une réponse