Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le discours de fin d’année d’Emmanuel Macron ne mérite pas analyse mais psychanalyse

Le discours de fin d’année d’Emmanuel Macron ne mérite pas analyse mais psychanalyse

Selon Bernard Antony, qui a écouté les voeux du président (ce que je n’ai pas eu le courage de faire) :

Discours de règlement de compte de faux aristocrate avec ces manants de Français, n’écoutant pas ses leçons qu’il croit magistrales ; mais au fond règlement de compte surtout avec lui-même, petit homme orgueilleux, ulcéré de n’être pas aussi grand que De Gaulle, son modèle, mais se faisant au moins tout aussi vindicatif.

Refoulant certainement avec une grande aigreur, sa vindicte à l’égard de tous ceux ayant contraint au départ son cher Benalla si protecteur.

Petit Macron, méchant comme un Néron, se vautrant dans le mensonge d’amalgames pitoyablement réchauffés ; énervé, ulcéré contre les braves gens au langage populaire révélateur d’une insuffisance d’homophilie, cette grande vertu de la néo-démocratie. Comme si l’homophobie n’était pourtant pas partout réprouvée dans le monde politico-médiatique, de l’extrême gauche à l’extrême droite, de Mélenchon à Marine Le Pen.

Et ensuite, plus misérablement encore, Macron a fulminé contre ce qui est pour lui cette si irritante populace des gilets jaunes, le coup venimeux qu’il pourrait croire décisif, d’imputation d’antisémitisme. Vieille technique spadassine en effet d’assassinat social, mais si usée qu’elle ne prend plus. Même avec la manipulation barbouzarde, par quelque officine de police parallèle, de débiles obsédés vociférateurs, haineusement anti-juifs, groupusculaires imbéciles rêvés, toujours bons à utiliser pour, faute de mieux, les opérations d’intox et les infox d’un régime qui n’est pas celui du bien commun, pas celui de la chose publique, pas celui d’une authentique res publica, cette république que nous aimerions. Il serait intéressant de savoir l’intitulé et le montant des lignes budgétaires affectées à l’instrumentalisation des groupes antisémites et racistes… Mais peut-être cela est-il désormais transféré au niveau eurocratique !

Car, pour ce qui est de son Europe, cette Europe dont je dénonçais jadis à Strasbourg que ses idéologues la voulaient « sans frontière, à l’immigration sans limite, à la concurrence sans frein », Macron persiste et signe. Et lui qui, en quelque occasion prétendait faussement s’être inspiré de notre chère Simone Weil (la philosophe) défendant les bienfaits de l’enracinement, n’a-t-il pas de cesse d’œuvrer pour le grand déracinement universel ? Triste trahison en vérité du bien commun européen.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. M. Macron continue à jeter de l’huile sur le feu par son arrogance, sa suffisance et son mépris.
    Il n’a même pas l’intelligence de fuir à l’étranger…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique