Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Le dimanche du Très précieux Sang

Extrait de l'Angélus de Benoît XVI hier :

P "Dans le passé, le premier dimanche de juillet se caractérisait par une dévotion au Très précieux sang du Christ. […] Le thème du sang, lié à celui de l'Agneau pascal, est de première importance dans l'Ecriture Sainte. L'aspersion avec le sang des animaux sacrifiés représentait et établissait, dans l'Ancien Testament, l'alliance entre Dieu et le peuple, comme on peut le lire dans le livre de l'Exode : «Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit : ‘Ceci est le sang de l'Alliance que Yahvé a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses'» (Ex 24,8).

C'est à cette formule que Jésus se référa explicitement lors de la Dernière Cène, quand, offrant le calice aux disciples il dit :  "Ceci est mon sang, le sang de l'Alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés" (Mt 26,28). Et effectivement, à partir de la flagellation, jusqu'au transpercement du côté après la mort en croix, le Christ a versé tout son sang, celui du véritable Agneau immolé pour la rédemption universelle. La valeur salvifique de son sang est affirmée expressément dans de nombreux passages du Nouveau Testament. Il suffit de citer, en cette année sacerdotale, la belle expression de la Lettre aux hébreux :

«Le Christ… entra une fois pour toutes dans le sanctuaire, non pas avec du sang de boucs et de jeunes taureaux, mais avec son propre sang, nous ayant acquis une rédemption éternelle. Si en effet du sang de boucs et de taureaux et de la cendre de génisse, dont on asperge ceux qui sont souillés, les sanctifient en leur procurant la pureté de la chair, combien plus le sang du Christ, qui par un Esprit éternel s'est offert lui-même sans tâche à Dieu, purifiera-t-il notre conscience des œuvres mortes pour que nous rendions un culte au Dieu vivant» (9,11-14)."

Partager cet article

5 commentaires

  1. Un rectificatif : c’est à partir de son Agonie au Jardin des Oliviers que Notre Seigneur Jésus Christ a commencé à verser son Sang pour nous. La Passion débute à ce moment-là mais pas à la Flagellation comme vous l’indiquez dans le texte.

  2. Exact Gabarel. Mais uniquement relaté dans l’évangile de St Luc (XXII,44)qui dit:
    “En proie à la détresse,Il priait de façon plus insistante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre”
    Bible de Jérusalem 1961
    idem pour la bible Crampon de 1923.

  3. Savez-vous qu’il existe des reliques du Très précieux Sang ?
    (Par exemple, à Neuvy Saint Sépulchre au sud de l’Indre.)

  4. Et à Bruges, avec une énorme procession du Saint Sang le jour de l’Ascension.

  5. Connaissez-vous “l’oeuvre” de Maria Valtorta ?
    http://www.maria-valtorta.org/index.htm
    Maria Valtorta
    Clouée au lit depuis de nombreuses années déjà, Maria Valtorta reçoit, au plus sombre de la 2ème guerre mondiale, la vision complète des scènes de l’Évangile.
    Ce site propose à l’internaute de les découvrir librement, sans interférer dans cette rencontre selon le vœu de Pie XII : “Publiez l’œuvre tel quel. Il n’y a pas lieu de donner une opinion quant à son origine, qu’elle soit extraordinaire ou non. Ceux qui liront comprendront” (26 février 1948)
    Je vous invite humblement à entrer dans cette lecture édifiante et sanctifiante.
    Deo gratias

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]