19 réflexions au sujet de « Le dernier tweet d'Hugo Chavez »

  1. Jonathan

    “Je reste cramponné au Christ et j’ai confiance en mes médecins et infirmières. Au combat toujours, et jusqu’à la victoire ! Nous allons vivre et vaincre !”
    Si Chavez comptait sur le Christ pour faire triompher sa révolution, il doit être bien déçu maintenant qu’il voit la vérité. Mais est-ce que pouvait aimer le Christ un homme qui fricotait avec l’Iran ? Chavez cherchait plutôt a imiter Bolivar et les autres “libérateurs” sud-américains, autrement dit des démagogues anti-cléricaux. Les républiques latino-américaines ont été créées par des traîtres à des royaumes chrétiens. C’est ce qui fait qu’encore aujourd’hui, le patriotisme y est presque inévitablement lié à l’impiété. Comme en France, d’où sont venues, du reste, les idées anti-monarchiques. A part Garcia Moreno, il n’y a pas eu, en Amérique latine, de chef d’état véritablement catholique. Et l’influence du modernisme dans l’Eglise depuis Vatican II ne favorise certainement pas la re-catholicisation des nations latino-américaines.

  2. Hermani

    je crois surtout que comme tout les hommes politiques dans leurs démocraties (réelle ou imaginaire) de droite ou de gauche, ils se rattachent à la seule et unique personne en qui ils peuvent se confier…Dieu.
    Cela ne fait pas forcement d’eux de meilleurs ou moins bons chrétiens durant leur vie (rappelons quand même les positions de Chavez sur l’Eglise Catholique pas très catholiques justement) mais surement d’excellents convertis sur leur lit de mort!

  3. HB

    Mieux vaut faire confiance à Dieu, plutôt qu’au docteurs!
    Surtout pour ce qui est du cancer qui est une industrie qui nourrit autant d’hommes qu’elle en tue!
    En tout état de cause ce qui est indiscutable c’est que le cancer enrichit astronomiquement les labos!

  4. alm

    @HB Permettez-moi de dire que votre commentaire est ignoble. Tant mieux pour vous si vous ne connaissez personne qui a le cancer.. Quant à nous, nous avons été tous deux frappés et avons moult personnes de la famille ou amis qui sont atteints plus ou moins gravement. Allez donc au pèlerinage Lourdes Cancer Espérance en septembre prochain, vous verrez le courage des malades; Et vous saurez combien les médecins “oncologues” (il ne faut plus dire “cancérologues”, ça fait peur) sont remarquables . Pardon d’être hors sujet, mais il y a des commentaires qui ne passent pas…

  5. perche_no

    ‘Hasta la victoria siempre’ … ,çà ne vous rappelle rien ?
    ‘Vinceremos !’ QUI vaincra ? et QUI doit être vaincu ?
    J’espère que Notre Seigneur saura dans sa grande miséricorde débroussailler ce méli-mélo de communisme, de théologie de la libération et de che-guevarisme meurtrier …

  6. Hélène

    “CE N’EST PAS EN ME DISANT : “SEIGNEUR, SEIGNEUR”, QU’ON ENTRERA DANS LE ROYAUME DES CIEUX, MAIS C’EST EN FAISANT LA VOLONTÉ DE MON PÈRE QUI EST DANS LES CIEUX” (Mt. 7, 21).
    Dans cette parole, tout est dit.

  7. Sylvie

    Le cancer (et il est permis de le dire sur tous les tons)est une saloperie de maladie qui gangrène un individu quel qu’il soit. Le cas d’Hugo Chavez nous montre qu’il est très difficile pour des praticiens, des médecins, des spécialistes de trouver un remède pour vaincre le mal. Le cancer du colon dont M. Chavez a souffert est quelque chose de terrible, et j’en connais la réalité puisque mon père en est mort lui aussi.
    Hugo Chavez était un grand chef d’Etat, chrétien, hostile à l’avortement, à l’euthanasie et au mariage homosexuel. Même s’il était socialiste, cela ne l’empêchait pas d’être croyant.
    Reposez en paix, monsieur le Président, maintenant que vous êtes près du Seigneur demandez-lui d’aider les Français à chasser les thuriféraires de la culture de mort.
    Que Dieu vous ait en sa sainte garde !

  8. Bibou

    Sans beaucoup le connaitre, je maintiens tout de même que Chavez fut un grand patriote. Certe, marxiste et socialiste, mais cela prend un tout autre sens quand on est l’ennemi des tout-puissants mondialistes !
    Il faut absolument prendre du recul sur nos références des années 80. En fait, Chavez était plus proche d’un Jean-Marie Le Pen que d’un Jean-Luc Mélenchon. Il aimait réellement Dieu, son pays, son peuple et son l’armée.
    Voir Mélenchon se revendiquer de Chavez, c’est comme voir Robespierre se revendiquer de Louis XVI. Absurde.

  9. Émule

    Évidemment un dirigeant qui décide d’utiliser les richesses de son pays. Pour lutter contre la pauvreté n’a aucune chance d,être encensé par la presse française qui n’a pas hésite. ( comme France 2 ) à diffuser de faux reportages au moment des dernières élections au Venezuela , ( faux reportage suivi d’excuses très tard dans la nuit ) . Médisez médisez il en reste toujours quelque chose. Preuve les commentaires ci dessus

Laisser un commentaire