Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Société

Le dernier mot du colonel Beltrame fut « Assaut ! » Cet ordre s’adresse au pays tout entier

Le 18 avril 2018, Arnaud Beltrame aurait eu 45 ans. Frère Augustin-Marie Aubry, de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, tient à le remercier.

Mon Colonel,

76a6435_10155-qbb33y.3vy4kJe vous écris pour vous remercier : vous remercier d’avoir sauvé Julie, une mère de famille ; vous remercier d’être allé jusqu’au bout de votre mission, défendre et protéger ; vous remercier d’avoir rappelé, par votre action héroïque, que le service oblige et que la mort est parfois le prix de la fidélité.

Vous êtes mort en combattant, non en victime. Vous êtes mort en soldat et en officier, non en proie facile à rançonner. Vous avez estimé que face à un djihadiste, semant la mort et la désirant, il fallait, non une hôtesse de caisse, mais un homme sachant se battre. Un contre un, d’homme à homme, comme un tournoi du passé. Gendarme et chevalier tout à la fois, vous avez marché au feu, au danger, au combat. Il était armé, vous ne l’étiez pas. Pensiez-vous avoir une chance de le maîtriser ? Il fallait saisir l’occasion, vous avez tenté le tout pour le tout. À mains nues, contre un flingue et un poignard. Courage énorme ! Était-ce imprudence de votre part ? Non, car votre métier vous avait appris les situations hors normes, où le chef, tout bien considéré, prend ses responsabilités (sans penser que son acte est le seul ou le meilleur possible). Non, car la vraie prudence ne rend pas pusillanime, elle sait accueillir l’inspiration venue d’en haut, qui porte à des actes qui nous dépassent. Vous avez décidé d’accomplir la mission sans réserve, défendre la patrie et vos compatriotes contre l’agresseur. Entre les Français, que votre métier vous faisait devoir de protéger, et l’ennemi, vous avez fait rempart. Le rempart a pris les coups : coups de feu, coups de couteau. Vous avez porté à son sommet le sens du sacrifice, quand celui-ci implique le don de sa propre vie.

Le 23 mars 2018, le soldat de l’État islamique a perdu. Celui qui voulait répandre la terreur vous a rencontré. Lui voulait faire peur, mais vous, vous n’avez pas eu peur de sa barbe et de son couteau. Vous n’avez pas eu peur de son pistolet et de ses explosifs. Vous n’avez pas eu peur de ses imprécations contre un pays, le nôtre, qui l’a nourri depuis l’enfance. Vous n’avez pas eu peur de ses protestations de fidélité à cet État islamique, qui l’a conduit jusqu’à la mort. Dans le combat au corps à corps, vous avez succombé. Dans le face-à-face, vous l’avez emporté, car un terroriste qui ne fait plus peur, à quoi sert-il ? C’est un pitre grimé, un clown triste… À l’issue de ce duel mortel, recevez, mon colonel, le salaire du courage et du sacrifice !

Votre dernier mot fut un ordre : « Assaut ! » Vous appeliez vos camarades du GIGN pour qu’ils éliminent le terroriste. Mais cet ordre résonne plus loin que le Super U, plus loin que Trèbes. Il s’adresse au pays tout entier, comme pour dire : « Français, j’ai fait ma part du travail, à vous de jouer ! »

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Rien à ajouter; Tout est dit,
    merci mon révérend
    Maintenant à nous d’obeir: tous à l’assaut pour sauver la fille ainée de l’Eglise, notre France

  2. “Le lieutenant-colonel Frédéric sait ce qu’il doit faire. « J’appuie sur la gâchette, raconte-t-il. Dans le cockpit, on sent le départ du missile. Il est lourd, cela allège l’aile. Ça fait comme une petite turbulence. »”
    http://www.leparisien.fr/politique/j-appuie-sur-la-gachette-des-pilotes-racontent-le-raid-des-avions-francais-en-syrie-16-04-2018-7667775.php
    Drôle de vision du chevalier chrétien, en uniforme ennemi.
    “Les bleus sont là le canon gronde”

  3. De tous les hommages qui ont été rendus, je trouve que c’est le plus beau.

  4. Merci Frère Augustin Marie, comme tout cela est bien dit, sans anémosité, les faits seulement; Merci pour cet hommage au Colonel Beltrame.et à l’assaut, réfléchi, inspiré!
    DJ

  5. Très beau, Frère Augustin Marie, merci !
    Pour ménager votre humilité, je dirais que votre Ange-gardien, maintient au top votre communication avec l’Esprit-Saint.

  6. Reste à savoir si les veaux que nous sommes devenus seront aptes à aller à l’assaut.

  7. Et à l’assaut contre qui.
    C’est la question la plus importante.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services