Le dernier cardinal électeur arrive cet après-midi à Rome

Lors du point de
presse, le
Directeur de la Salle de Presse a démenti une agence de
presse annonçant que les cérémoniaires pontificaux auraient
réservé la Basilique vaticane pour lundi après-midi afin d'y
célébrer la messe Pro Eligendo Romano Pontifice, qui précède
l'entrée en conclave des cardinaux électeurs.

A
la cinquième congrégation tenue ce matin ont pris part 152
Cardinaux. Ont prêté serment le Cardinal électeur Kazimiercz Nycz,
Archevêque de Varsovie (Pologne), et le Cardinal non électeur
Giovanni Coppa (Italie). Des électeurs ne manque plus que le
Cardinal Jean-Baptiste Pham Minh Man, Archevêque d'Hôchiminville
(Vietnam), qui arrivera cet après-midi à Rome
. Les cardinaux pourront alors décider d'une date d'entrée en conclave.

Au cours de la
matinée 16 Cardinaux ont pris la parole, ainsi que les responsables
des finances et du patrimoine du siège apostolique. Les autres interventions ont touché à des thèmes ecclésiaux comme la nouvelle
évangélisation, le Saint-Siège et son fonctionnement, le profil du
nouveau Pape, l'oecuménisme ou la mission caritative de l'Eglise. En
plus des interventions, les cardinaux ont comme à l'habitude échangé
leurs opinions.

La sixième congrégation
générale se tiendra entre 17 et 19 h.

3 réflexions au sujet de « Le dernier cardinal électeur arrive cet après-midi à Rome »

  1. Guillaume

    Sans doute suis-je un peu bête ou irrespectueux, mais je ne comprends pas l’arrivée si tardive de certains cardinaux. Que pouvaient-ils avoir de plus urgent à faire que de venir au conclave pour élire le futur Pape?
    [Le dernier est vietnamien et, en effet, il y a de l’actualité en ce moment dans ce pays, qui justifie sans doute ce retard :
    http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2013/03/05/les-eveques-du-vietnam-donnent-de-la-voix.html
    MJ]

  2. clarina

    Dans certains pays, le cardinal a un rôle stratégique pour son Eglise : elle peut être persécutée, dans un pays en guerre, fortement minoritaire avec grands risques dès qu’il est absent, soumise à des tracasseries administratives que seul le cardinal peut déjouer. Lui-même peut être privé de visa, pas sûr de pouvoir rentrer, sans personne pour le remplacer pour un temps indéterminé… que sais-je? Les réalités de l’Eglise sont variées et bien plus rudes parfois que notre petite Europe pasteurisée. Souvenez vous Karol Wojtyla : il n’a jamais eu de visa pour la dernière session du concile

Laisser un commentaire