Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / L'Eglise : L'Eglise en France

Le Covid-19 a reposé les vieilles questions des rapports entre l’Église et l’État

Le Covid-19 a reposé les vieilles questions des rapports entre l’Église et l’État

Extrait de l’éditorial de Philippe Maxence dans L’Homme nouveau :

[…] La nouvelle qu’il faudra attendre le 2 juin pour voir rouvrir nos églises, accéder aux sacrements, retrouver nos prêtres et recevoir d’eux la manne eucharistique, ne pouvait donc qu’enflammer les esprits. Inquiets, les évêques ont réagi, d’abord en demandant l’autorisation de rouvrir les églises dès le 11 mai, à l’instar des écoles. Puis ils n’ont pu que prendre acte de la décision gouvernementale, certains en la dénonçant avec force. Des juristes sont aussi montés au créneau, comme le professeur de droit constitutionnel Guillaume Drago et l’avocat Geoffroy de Vries qui, dans une tribune commune (Le Figaro, 23 avril 2020), se sont interrogés « sur ce qu’il faut bien appeler une discrimination et une atteinte au principe d’égalité ».

S’ils usent des ressources du droit actuel, il est malgré tout difficile de les suivre quand ils affirment que « les religions ont une fonction de pacification des relations sociales ». D’abord parce que, contraire­ment à la vulgate en cours, toutes les religions ne sont pas des éléments de paix. Et surtout parce que le catholicisme n’a pas pour vocation à devenir la « nounou » de la République en produisant des bonnes mœurs, susceptibles de laisser un système intrinsèquement immoral continuer son action destructrice. Ce retour à la conception utilitaire de la religion, portée par Napoléon, ne correspond pas à la vocation de l’Église.

Retour du match Église/État

Le Covid-19 aura donc involontairement reposé les vieilles questions des rapports entre l’Église et l’État. Après Vatican II, nous avions cru que le sujet était épuisé puisque l’Église avait épousé la demande mondaine de liberté religieuse. En France, le baptême par l’Église de la laïcité à la française, née pourtant de la confrontation violente avec l’État, a été largement entériné. Depuis, la posture consiste toujours à se placer dans ce respect de la laïcité, devenue la valeur absolue qui devrait obliger jusqu’à la conscience des catholiques et qui y oblige d’ailleurs concrètement, par une espèce de réflexe impensé. Au point que même l’archevêque de Poitiers, Mgr Pascal Wintzer, s’interroge dans une tribune publiée par La Croix :

« La laïcité ne permet pas de prendre en compte cette originalité de l’Église catholique (…) le jacobinisme suppose une Église nationale, qui n’existe pas, seules existent les Églises locales, diocésaines. »

Les discussions autour de la réouverture des églises montrent l’urgence qu’il y a pour l’Église, même en dehors de toutes questions liées au Covid-19, de sortir de l’enfermement mental dans le paradigme de la laïcité et de rappeler que, société parfaite, l’Église est seule légitime à pouvoir régler l’accès aux sacrements et, parmi ceux-ci, à la nourriture même de la vie chrétienne.

Le régime de la laïcité nous est un régime imposé et qui constitue, avant même ses effets sur notre existence, une offense à Dieu. Sur le plan pratique, l’Église et les catholiques ne peuvent certainement pas grand-chose (encore que !). Mais nous pouvons au moins et nous devons réaffirmer les droits de l’Église, et la libertas Ecclesiæ.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Bonjour,
    Attention à l’utilisation du mot ÉTAT ! Toutes les définitions de la philosophie moderne de ce mot sont non conciliables avec la doctrine catholique. L’État est un monstre anti-catholique, né du protestantisme et de la Révolution.
    Quelques faits que l’on oublie :
    − il est reproché à Lamennais d’avoir voulu séparer Église et État, mais Grégoire XVI n’emploie jamais le mot État dans son encyclique de condamnation (ce qui n’empêcha pas Lamennais d’avoir lui-même fait diffuser sa traduction française le comportant plusieurs fois… !)
    − le mot État apparaît dans les actes latins du Magistère pontifical… avec le Syllabus de Pie IX, où il apparaît 4 fois, dans des propositions condamnées (ce qui prouve de facto que le mot est connu du latin d’Église)
    − saint Pie X condamne la loi française de décembre 1905 en janvier 1906 à travers l’encyclique Vehementer nos uniquement diffusée en latin dans la Documentation catholique SANS JAMAIS EMPLOYER LE MOT ÉTAT (il mentionne seulement, sous le mode de la citation, le « Conseil d’État », institution de la République française), véritable coup de force loin d’être doctrinalement anodin. À noter qu’une traduction française récemment mise en ligne (il y a quelques mois) sur le site du Vatican met ce mot État partout.
    − le mot État apparaît abondamment dans le magistère ecclésiastique au siècle dernier, dès que le modernisme gagne du terrain.

    Alors attention ! L’État n’a pas à être mis en parallèle sémantique avec l’Église, ce serait déjà une défaite. Pas étonnant qu’ensuite on interprète mal saint Paul ou l’évangile du rendez à César.

  2. A ma connaissance, certes limitée, le mot ETAT était déjà employé par Louis XIV.

  3. ne vous inquiétez pas, les lieux de culte seront autorisés avant la fin du raùmadan

Publier une réponse