Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le coup d’après : la polygamie

Ce n'est pas une blague, car, comme l'écrit l'abbé de Tanoüarn, les lobbys s'activent déjà :

P"Je vous recommande vivement, comme très significatif de la décadence des moeurs et de la société qu'elle nous prépare, un livre de Catherine Ternaux, publié chez Grasset et intitulé La polygamie, pourquoi pas ? Le point d'interrogation est purement formel. En réalité ce livre est un hymne à la polygamie – polygynie ou polyandrie. La polygamie est présentée le plus sérieusement du monde comme un remède au divorce. Peut-être d'ailleurs est-ce là l'expérience vécue par l'auteur, qui ne s'étend pas sur sa vie personnelle, mais dédicace son livre "à Jean-Paul, mon mari, dans l'amour tout entier de mon coeur". Aimer "entièrement" plusieurs êtres ! Quel idéal ! Il faut en finir, dit Catherine Ternaux, "avec les paresseuses croyances sur nos capacités d'aimer".

"Ne sommes nous pas des handicapés de l'amour dans la mesure où on nous "entraîne à n'aimer qu'une seule personne à la fois et qu'ainsi notre force affective n'est pas exercée. Nous ne savons pas bien ouvrir notre coeur quand bien même nous en avons envie Si dès notre enfance on nous portait à cette habitude d'aimer pluriellement, cela serait différent. Parions que plus on aime de personnes, plus on sait aimer…"

L'amour n'est plus un choix mais une expertise ! En Afrique, au Gabon précisément, j'ai connu le tourisme sexuel totalement décomplexé. Et j'ai pensé (c'était entre 1989 et 1991, mon premier poste comme prêtre) que cette décontraction totale, où il n'y a ni possession ni jalousie, pourrait bien être… l'avenir du monde occidental. Au fond c'est ce qu'écrit Catherine Ternaux en 2012, dix ans après. Qu'est-ce que cela signifie ?

Deux choses avant tout.

On tend à faire l'économie du choix amoureux, parce que "choisir c'est renoncer" et qu'il ne faut renoncer à rien. On ne se rend pas compte que, faisant l'économie du choix, on fait l'économie de l'amour, de son entièreté non négociable, de l'aventure existentielle qu'il signifie, de l'absolu qu'il représente et auquel il nous introduit, de l'ambition magnifique de l'une seule chair (hébreu : basar : un seul être humain)… Et on remplace tout cela par une affectivité vague, qui se réduit finalement à un libre service sexuel généralisé, où la déontologie du consommateur remplace la morale.

On oublie l'enfant, qui n'est pas le fils de personne mais le rejeton d'un homme et d'une femme, auquel on va transmettre une culture, des valeurs, une expérience et qui va lui-même se construire dans son rapport à son père et à sa mère, en puisant non seulement dans l'amour qu'ils lui portent mais dans l'exemple de leur amour mutuel la force d'affronter l'existence. Pourquoi le divorce constitue-t-il un traumatisme pour l'enfant bien plus que pour les adultes ? Parce que le mariage est nécessaire à l'enfant qui, pour être équilibré, doit être un enfant de l'amour (c'est-à-dire du choix)."

Tous les arguments du lobby homosexualiste s'adaptent à la légalisation de la polygamie : c'est une réalité sociale, il faut vivre avec son temps, égalité pour tous, etc.

Partager cet article

14 commentaires

  1. La polygamie, c’est de la rigolade … Le vrai coup d’après, c’est l’inceste. Après tout, puisqu’ils s’aiment, qu’avons nous à redire ?
    Et comme nous n’y pourrons riens, faire, lisons donc Philippe Muray, et rions, rions, rions tant que nous le pouvons !! (Et rions avec ce site par exemple http://bigpouf.wordpress.com/)

  2. “Aimer” plusieurs personnes à la fois, c’est succomber à ses désirs sexuels changeants. Mis à part ceux qui ont choisi le célibat, nous ressentons le besoin de nous unir à une personne par le coeur et par la chair et quand elle s’éloigne de nous ou qu’elle nous “trompe”, nous souffrons.
    C’est vrai qu’il peut arriver d’être “attiré(e)” par une autre personne, mais , en ce cas, on ressent un conflit et un malaise; on croit qu’on “aime ” 2 personnes en même temps, mais c’est faux, soit on s’apercevra avec soulagement que c’est toujours la 1ère qu’on aime, soit qu’on ne l’aimait pas vraiment si on s’aperçoit que notre coeur est plus attaché à la 2nde, et si on est marié, cela peut faire des dégâts moraux et familiaux surtout quand il y a des enfants.
    Les personnes qui papillonnent n’ont pas rencontré l’amour de leur vie ou bien sont esclaves de leur sexualité.
    Quant à la polygamie, c’est la porte ouverte à la charia et à la fraude aux allocations familiales.

  3. Il fallait bien préparer l’islamisation de la société en douceur :
    – interdiction de l’alccol
    – interdiction de fumer dans les bars, restau, etc… (ce qui a entraîné la création de bars à chicha en revanche tout à fait légaux où l’on peut fumer le narguilé, eh oui….)
    – attaque du divorce et du mariage considéré (comme dans l’islam ) comme un pur contrat aujourd’hui
    – attaque des homosexualistes aujourd’hui aujourd’hui.. Simplement pour pouvoir arriver à instaurer la polygamie (n’oublions pas que la Turquie se prépare à entrer dans l’Europe.. et y règnera d’ailleurs par son dynamisme)
    La boucle est presque bouclée…

  4. C’est le moment de relire le livre /Du Divorce…/ du vicomte de Bonald : à son époque (1802), impossible de présager l’union civile des personnes de même sexe, mais il parle déjà de la polygamie. Lorsque l’on touche aux principes… les effets les plus désastreux deviennent naturels !

  5. et pourquoi pas la zoophilie…. vivre avec un chien par exemple ????

  6. Lire et relire “Le meilleur des mondes” de Huxley. Il y a tout.
    Nous sommes pour notre part les derniers “sauvages”.

  7. – « L’amour est abandon. L’abandon, à proprement parler n’est possible qu’à l’égard d’une seule personne. »
    Ste Edith Stein

  8. Hé oui, il faut relire “Le meilleur des mondes” d’Aldous Huxley. Il y a tant d’éléments qui laissent à penser que nous y glissons doucement, mais n’oublions pas que dans ce monde il y a les alphas qui le dominent, et les gamma et les epsilons qui sont ni plus ni moins des esclaves, qui manipulés génétiquement n’ont même pas l’idée de contester leur propre sort : l’horreur escalvagiste la plus inepte.
    Est-ce de cette société là que l’on veut ?
    Laissons, tous ces fossoyeurs du mariage faire leur basses oeuvres et nous y allons tout droit.

  9. Faudra t-il se limiter à 4 épouses et les traiter toutes semblablement comme l’islam le recommande, ou pourra t’on privilégier la dernière en date et la plus jeune comme on en aurait envie ?
    Le fait d’être des ex chrétiens nous donnera t’il le droit à un nombre illimité ?

  10. J’avais été remarqué cette nouvelle déviance l’année dernière, à l’occasion d’un reportage lors du journal de France 2 sur un sujet présenté sur un ton enjoué et positif et qu’ils appelaient les “polyamoureux”, phénomène qui d’après eux étaient en plein essor à Paris. On y voyait une femme régner avec bonheur sur un appartement dans lequel plusieurs hommes côtoyaient ses enfants et avaient chacun leur chambre, tout ce petit monde, d’après le reportage en tout cas, vivant dans la joie, l’harmonie et la bonne humeur.
    Avant de cliquer “envoyer” je viens par acquis de conscience de googler “polyamour” et suis tombé sur une multitude de réponses dans le même ton que le reportage de France 2. J’en suis absolument révulsé !!!

  11. J’ai retrouvé le reportage de France 2 sur YouTube. Edifiant.
    http://www.youtube.com/watch?v=OCMQYGmv6sA

  12. Je viens de voir la vidéo postée par Julien et remarque que les intervenants sont et ont de professions bisounounours. On ne voit pas d’artisans ni de commerçants. Un “commercial” n’a pas à tenir une boutique, etc.
    Je ne suis pas trop pessimiste car ce genre de vie ne convient qu’à des groupes limités dans la société. Naturellement tous les autres approuvent de peur d’être ringards, ce qui ne signifie pas qu’ils supporteraient cette promiscuité.
    Bien entendu, être infidèle a toujours existé. L’échangisme permanent, c’est autre chose.

  13. “un livre de Catherine Ternaux, publié chez Grasset et intitulé La polygamie, pourquoi pas ?”
    Cette dame a un métro de retard et beaucoup de poussière à soulever. Ce qui aurait été un peu plus novateur aurait été
    “la zoophilie, pourquoi pas?”
    ou
    “la pédophilie, pourquoi pas”, qui aurait certainement ravi bien des soixant’huitards (donc un certain “Dany le Rouge”)

  14. Il s’agit d’un combat et d’un choix entre deux visions opposées de civilisation.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services