Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le Club des Cinq, version moderne

Ces fameux romans policiers pour enfants et adolescents ont été réécrits dans un français moins compliqué pour les nouvelles générations et expurgés de tout politiquement incorrect.

Partager cet article

12 commentaires

  1. C’est vraiment extraordinaire ! En remontant de fil en aiguille, on va bientôt arriver à nier le Big Bang… Ah ! Pardon, le GIEEC a déjà réécrit la science.
    L’encéphalogramme plat nous guette…

  2. “réécrits”, avec un t, cher Salon. [merci]
    Pour le reste, typique de cette société orwellienne, où la réduction du langage à sa plus terne simplicité est un outil d’abêtissement et de contrôle des masses.

  3. Je connais cette série pour les avoir moi meme lus . Je peux vous dire qu’ils etaient largement accessibles au niveau litterature à un gosse de 12ans.Quant au politiquement correct je ne vois pas. Mais surement qu’il doit y avoir un ou une bobo gaucho à lunettes en train de traquer toute trace de politiquement incorrect comme au bon vieux temps de la pravda !

  4. Il y a quelques temps de cela, je voulais offrir à mon aînée, qui avait 8 ans alors, les “Petites filles Modèles” de la Comtesse de Ségur. Je vais voir une amie libraire, celle-ci me demande pour qui est le livre je lui dis que c’est pour C., et la voilà qui me répond que ce livre n’est pas adapté à C., qu’elle est bien trop jeune, qu’il vaut mieux attendre qu’elle ait ….12 ans (!!). mais moi, je l’avais lu à 8 !! Réponse de mon amie libraire : NE COMPARE PAS !! Ha !! Dans ce cas-là, laissons les dans leur inculture….. Les Comtesse n’ont pas été réécris mais sont conseillés bien plus tard, et 4 ans à cet âge là c’est énorme comme différence de maturité !!

  5. @jeffmoveone et Pia d’Olce : personnellement, j’ai lu les livres des séries Club des Cinq et Clan des Sept bien avant cela, vers neuf, dix ans. Quant aux livres de la Comtesse de Ségur, c’était l’année de mes sept ans…
    Quelle catastrophe que cette volonté de créer des futures générations d’incultes et d’illettrés !

  6. On fait quand même mieux en littérature qu’Enid Blyton, tout de même…!
    Et Claude, le garçon manqué du club des 5, devrait enthousiasmer nos bobos adeptes du gender!
    A 12 ans, la chère comtesse m’aurait paru franchement gnangnan …alors que vers 7 ans, c’est avec Trilby un pur régal

  7. le réécrire? Mais c’est déjà si simple!!! quant au politiquement incorrect je ne vois pas ce qu’ils ont pu trouver… Ou alors c’étaient les prénoms beaucoup trop peu diversifiés…
    voyons, il doit y avoir des scènes où c’est la maman qui prépare le pique-nique! horrible!!! au lieu d’être au boulot ou à la gym…
    ça doit être ça.

  8. Les 5 sont blancs, ils ont des parents ” normaux “, ils ont la bonne action chevillée au corps ( un peu moins que les scouts quand même …), ils adorent la France et ses belles régions, ils sont polis, bien élevés, savent lire et écrire, se lavent même en camping, sont toujours prêts à aider autrui !
    Bref, ils ne portent pas de chaussures Eram et ne crachent pas à tout va !
    J’vous l’dis moi, ce sont des asociaux pervers , intégristes et négationnistes , m’ étonnerait pas qu’ ils lisent Mein Kampf 🙂

  9. Loupiot, vous êtes tombés presque juste ! Une des rectifications concerne effectivement la préparation des repas car c’était toujours Annie qui s’y collait. Mais il y a aussi le temps du récit, réécrit au présent. Il paraît que les écoliers modernes ne comprennent pas le passé simple ! Ah, il parait aussi qu’il est impensable que les jeunes héros se débrouillent sans téléphone portable. Ca embrouille un peu l’intrigue quand ils cherchent justement une personne nantie d’un téléphone pour un coup de fil urgent. Mais bon, s’il faut en plus que l’histoire ait un sens…

  10. Un conseil : lisez l’article associé, que du coup je fais passer.
    Je pense comme Jérôme.
    Alors, oui, on peut trouver mieux que le Club des Cinq, mais avouez que c’est grisant, de partir à l’aventure avec eux, sur une île rien que pour eux etc !
    J’ai dévoré ces livres quand j’avais 8/9 ans, quand justement j’avais mes premiers camps scouts.
    La comtesse de Ségur, c’était en 10ème (CE1 pour nos bureaucrates), pour nous apprendre justement à faire des dialogues. “Qui veut faire Léon ? qui veut faire Sophie ?”
    Bref, mes madeleines de Proust que je compte bien faire goûter à mes enfants !

  11. Quand les dialogues seront réduits à
    “Oh, zy va, t’ou ?”
    “à 1 teuf, avec 1 meuf, y’a des keufs”

    (Je reste polie),
    Là, nous aurons vraiment atteint le politiquement correct et un niveau de crétinisme inégalable.
    Ils réécrivent bien l’Histoire de France, alors pourquoi pas la littérature enfantine ? C’est à cet âge que les esprits sont les plus maléables.
    Déjà qu’on ne peut plus raconter l’histoire des 3 petits cochons qui m’avait tant fait rire quand j’étais enfant.

  12. @ Jérôme ; sauf que les scouts, ils ne se lavent pas ! Et quelques uns sont fort mal élevés, d’autres parfois disent des gros mots…comme les autres. Il y en a même qui se saoulent et fument des pétards, et pas que dans les soirées de rallyes !

Publier une réponse