Le cardinal Malcom Ranjith, le liturgiste qui veut faire obéir les évêques

Poursuivons notre tour d'horizon cardinalice avec un cardinal sri-lankais, monseigneur Malcom Ranjith Patabendig, archevêque de Colombo, ancien secrétaire de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, qui déclarait en 2006 :

R"Je
crois que la réforme liturgique de Vatican II n’a jamais décollé
.
D’ailleurs, cette réforme ne date pas de Vatican II : elle a en réalité
précédé le Concile, elle est née avec le mouvement liturgique au début
du XXe siècle. Si l’on s’en tient au décret Sacrosanctum Concilium de Vatican II, il s’agissait de faire
de la liturgie la voie d’accès à la foi, et les changements en la
matière devaient émerger de manière organique, en tenant compte de la
tradition, et non de manière précipitée
. Il y eut de nombreuses dérives, qui ont fait perdre de vue le véritable sens de la liturgie. On peut dire que l’orientation de la prière
liturgique dans la réforme postconciliaire n’a pas été toujours le
reflet des textes de Vatican II, et en ce sens, on peut parler d’une correction nécessaire, d’une réforme dans la réforme."

"Aujourd’hui, les problèmes de la liturgie tournent autour de la langue (vernaculaire ou latin), et de la position du prêtre, tourné vers l’assistance ou tourné vers Dieu. Je vais vous surprendre [il s'agit du journaliste de La Croix.] : nulle
part, dans le décret conciliaire, on n’indique qu’il faut que le prêtre
désormais se tourne vers l’assistance, ni qu’il est interdit d’utiliser
le latin !
Si l’usage de la langue courante est consenti, notamment pour la liturgie de la Parole, le décret précise bien que l’usage de la langue latine sera conservé dans le rite latin. Sur ces sujets, nous attendons que le pape nous donne ses indications."

En 2006, il annonçait des mesures en faveur de la liturgie, indiquant que Benoît XVI allait "prendre des mesures pour nous indiquer avec quel sérieux nous devons célébrer la liturgie". La réforme des liturgies pontificales nous en a donné ensuite l'exemple. Il précisait par ailleurs que la forme latine de la messe célébrée face à Dieu était la forme "normale" (ordinaire ou extraordinaire) de la messe.

En 2007, il s'en prenait aux évêques qui désobéissent au Pape :

"On
remarque que dans quelques pays ou diocèses, des règles qui
pratiquement annulent ou déforment l'intention du Pape, ont émanées des
Évêques. Un tel comportement n'est pas concevable avec la dignité et la noblesse de la vocation des pasteurs de l'Église"
.

De même à propos du Motu Proprio Summorum Pontificum :

M"Il y a eu critiques et prises de positions contraires. Franchement,
je ne comprends pas ces manières d'éloigner et pourquoi pas même, de
rébellion au Pape. J'invite tous, surtout les Pasteurs, à obéir au Pape,
qui est le Successeur de Pierre. Les Evêques, en particulier, ont juré
fidélité au Saint-Père : qu'ils soient cohérents et fidèles à leur
engagement
.

Vous savez bien que, de la part de certains diocèses, il y a même eu
des documents interprétant [le Motu Proprio], qui visent de manière
inexpliquée à limiter le Motu proprio du Pape. Derrière ces
actions se cachent d'une part des préjugés de type idéologique et
d'autre part, l'orgueil, un des péchés les plus graves
. Je
répète : j'invite tous à obéir au Pape. Si le Saint-Père a retenu de
devoir émettre le Motu Proprio, il a eu ses raisons que je partage
pleinement."

"Je suis opposé aux bals et applaudissements dans le cours des Messes, qui ne sont ni un cirque, si un stade."

"J'invite les prêtres, les Evêques et Cardinaux à l'obéissance, laissant de côté tout type d'orgueil ou de préjugé".

En 2008, il s'opposait à la réception de la communion dans la main, que n'a jamais voulu la constitution du Concile Vatican II "Sacrosanctum Concilium". Et en 2010, de retour (triomphal) au Sri-Lanka, il précisait sur le même sujet :

"La Très Sainte Eucharistie doit être administrée avec le plus grand
soin et le plus grand respect, et ce uniquement par ceux qui sont
autorisés à le faire. Tous les ministres, habituels comme extraordinaires, doivent être revêtus des ornements liturgiques corrects. Je recommande à tous les fidèles, y compris aux religieux, de communier avec respect, à genoux et sur la langue.
La pratique de l'auto-communion est interdite et je demanderais
humblement à tout prêtre qui la permettrait de suspendre immédiatement
cette pratique."

Ancien sous-secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples avant d'être nommé nonce en Indonésie et au Timor-Oriental, puis secrétaire de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements jusqu'en 2009 aux côtés du cardinal Cañizares, Mgr Ranjith connaît bien la curie, tout en ayant été un évêque de terrain (il fut interrogé par L'Homme nouveau sur l'état florissant de l'Eglise du Sri-Lanka), un pasteur qui sait se rendre disponible à tous. Droit sur le dogme, liturgiste passionné, coeur généreux et attendrissant, représentant de l'Eglise du tiers monde, ratzingérien «pur jus», l'un de ceux que l'on considérait comme mousquetaire de Benoît XVI, Mgr Ranjith est ce qu'on appelle un "homme fort". Récemment, il considérait Benoît XVI comme son "grand-père dans la foi".

34 réflexions au sujet de « Le cardinal Malcom Ranjith, le liturgiste qui veut faire obéir les évêques »

  1. John Fox

    De quoi réveiller les consciences, particulièrement en France. Malheureusement, il y a encore plus grave que les évêques et les prêtres désobéissants: les groupes de fidèles qui font pression, et “co-dirigent” certaines paroisses. Évidemment, de tels groupes de paroissiens sont toujours en faveur de la “messe qui prend son temps” (sic transit), mais jamais de la messe de saint Pie V…

  2. St Ethoscope

    Jean-Marie Le Pen a été pendant près de 40 ans l’Homme politique qui m’était apparu le meilleur pour conduire les affaires de la France.
    Il me paraît évident aujourd’hui, d’après ce que l’on peut lire ici et ailleurs, que, pour notre religion le meilleur pape serait sans doute le cardinal Malcom Ranjith.
    Mais je crains que mes espoirs en ce qui concerne le religieux soient tout autant déçus qu’en ce qui a concerné le politique.

  3. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  4. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  5. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  6. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  7. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  8. Dominique Morin

    C’est lui auquel je pense comme successeur de Benoît XVI.
    Je n’ai aucune compétence et peux tout à fait avoir tort, mais vu ce qu’ont pronostiqué ceux qui avaient des compétences, y compris chez les tradis,…..

  9. esprit libre

    Il n’est pas dans les listes des grands médias et c’est bien pour ses “chances” (si l’on peut dire tant cette charge est redoutable !)
    Son nom circule par contre chez les plus fins observateurs car il est un fils spirituel de notre révéré Benoît XVI, un orthodoxe de la doctrine et qu’il réunit à la fois des qualités de pasteur, un charisme personnel, une densité religieuse, la connaissance de la pauvreté et de la charité, l’expérience diplomatique et le connaissance de la curie…

  10. david

    Si ce cardinal faisait un état des lieux de la liturgie dans les églises de France, il en pleurerait !
    Tous nos évêques se réclament de Vatican II mais hélas, pour une grande majorité d’entre eux, c’est le concile des médias qui fait autorité.

  11. Clovis

    Qu’il ait une influence plus grande sur la liturgie, en tant que pape ou autrement, est aussi mon voeu le plus cher. Avec nos scholas grégoriennes nous apportons notre concours à la résurrection d’une belle liturgie dans l’univers “forme ordinaire”; le moins qu’on puisse dire est que “ce n’est pas du gâteau”! Tous nos efforts sont multipliés par dix pour vaincre sans agressivité les résistances des EAP. Les fidèles, eux, aiment bien pourtant! A l’aide éminence!

  12. Jean Theis

    Ce cardinal est bien sympathique mais je ne prierai pas pour qu’il soit élu. Du reste cette histoire d’adoption d’un cardinal (comme on adopte un animal de compagnie) me parait bien ridicule. Cela ne peut qu’entraîner des déceptions si son adopté n’est pas élu !
    Il faut prier pour que le futur Pape réponde au désir de l’Esprit Saint pour le temps présent. Les fondamentaux restent les mêmes depuis St Pierre, cependant selon les circonstances telles qualités sont plus requises que d’autres.

  13. chronophage

    Si c’est un cardinal non italien, et extra européen, voire non ”occidental”, le cardinal Ranjith serait très préférable au cardinal brésilien Scherer, ou au cardinal mexicain, si prisés par les progressistes et la gauche catholique, et donc les médias.
    Il est de fait que que voir un sri lankais défendre la liturgie latine, cela en boucherait un coin aux mafias de laïcs incultes et en charge de ce qu’il nomment l’animation, et qui campent dans nos paroisses, telles des chaisières inamovibles. Et qui créent un écran entre notre clergé et le peuple des fidèles, condamné à suivre à se traire, et à…..obéir à leur Syllabus ”conciliaire”.

  14. Maïe

    C’est extra votre présentation des papabiles de ce conclave.
    Certains nous plaisent plus que d’autres selon nos différents points de vue, mais l’on découvre des personnalités extrêmement intéressantes, riches, possédant une intelligence perçante de notre époque troublée, intelligence d’autant plus large qu’ils ont aussi une culture phénoménale en successeurs des apôtres qu’ils sont tous. Et l’on est émerveillé d’avoir la chance d’appartenir à une si brillante société : l’Eglise catholique, apostolique et romaine.
    On se prend à rêver que le monde entier les reconnaissent pour ce qu’ils sont et entendent le témoignage qu’ils portent.
    @ Jean Theis : adopter un cardinal n’est pas prier pour l’élection de ce cardinal-là, mais prier pour qu’il fasse le bon choix, pour qu’il se laisse guider docilement par l’Esprit Saint pour choisir “le meilleur pape du moment”. Cependant vous n’êtes pas le premier à faire cette confusion !
    Allez donc sur le site adoptacardinal.org vous verrez bien que pour être répandue cette idée n’en n’est pas moins fausse.

  15. Louise

    @Jean Theis
    “Adoptez un cardinal” consiste uniquement à prier particulièrement pour celui (attribué au hasard ) qui est désigné par le site. Ceci afin que chaque cardinal soit soutenu par la prière durant le Conclave. Ceux qui ont rejoint cette chaîne de prière ont d’ailleurs bien souvent obtenu comme cardinal à soutenir par la prière quelqu’un pour qui ils n’ont pas forcément une grande sympathie. D’où l’intérêt de la chose !!! (rien d’irrespectueux , bien au contraire)
    Donc vous voyez cela rejoint ce que vous dites, les fidèles prient pour que l’Esprit Saint oeuvre et surtout pour que les cardinaux écoutent et se laissent guider par Lui !

  16. baroud

    Comme c’est dur d’être obligé d’obeir à son évêque que l’on sait dans l’erreur totale et qui ne veut pas être dérangé. Certains prêtres sont héroïques dans le genre et parfois de véritables saints.La Basse Normandie a connu cela il y a quelques années.

  17. Angelique

    baroud :Bien évidemment, c’est très dur d’obéir à
    son évêque surtout si cet évêque n’obéit pas
    au Pape.
    J’avoue qu’en ce qui me concerne, quelque chose m’échappe :
    – Les baptisés doivent obéissance à leurs prêtres..
    – Les prêtres doivent obéissance à leur évêque…..
    – Et les évêques doivent obéissance au PAPE…..
    L’EGLISE N’EST PAS UNE DEMOCRATIE MAIS UNE
    HIERARCHIE. Et le Chef de l’Eglise Catholique, c’est le Pape qui est le representant du Christ sur la terre.
    Pour en finir et en attendant qu’une personne “éclaire ma chandelle”… prions
    pour tous les cardinaux réunis en conclave afin
    qu’ils élisent un Pape(selon le coeur de DIEU)
    .
    Prions Jésus par l’intercession de sa Très Sainte Mère, la Vierge Marie: Son Divin Fils ne peut rien Lui refuser……

Laisser un commentaire