Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Le baiser de paix

Dsc_0697Dans une tribune libre parue samedi dans le quotidien Présent, Benjamin Guillemaind évoque le baiser de paix et compare ce qui se fait selon la forme ordinaire et selon la forme extraordinaire du rite romain de la Messe.

"Parmi les gestes qui pourraient enrichir la messe de Paul VI pour dégager un sens plus sacré, figure le baiser de paix. Dans le rite tridentin, le prêtre transmet la paix aux seuls diacres et sous-diacres, ainsi qu’au clercs qui sont dans le choeur. Après une salutation de la tête, elle se transmet par accolade dans un geste qui reflète le sacré (…) Les fidèles, considérés comme de simples assistants en sont exclus. L’intention d’inviter les fidèles à la paix dans la messe de Paul VI n’est pas sans intérêt (…) C’est bien de la paix du Seigneur qu’il est question, et non d’une simple réconciliation d’homme à homme. Le fait que le baiser de paix parte du prêtre (du Christ en loccurence) donne au geste de transmission de proche en proche un sens symbolique plus fort. (…)"

"Certains sont à juste titre hérissés quand arrive ce moment de la messe, où il faut congratuler ses voisins et voisines. C’est sympa, chacun l’exprime à sa façon, on s’embrasse sur les joues : est-ce bien le lieu ? Ces embrassades font un peu désordre (…). Les maronites ont adopté une formule qui mériterait examen. A la pratique traditionnelle du prêtre qui transmet aux clercs la paix du Seigneur, ils ajoutent la transmission aux fidèles : un enfant de choeur va de rang en rang dans la nef donner le baiser de paix (…). Les fidèles se le transmettent ensuite en proche en proche. Voilà, entre autres, une pratique qui rapprocherait les deux rites, en les enrichissant l’un et l’autre."

L’exemple des maronites est en effet très intéressant car d’une part les fidèles ne seraient plus exclus et d’autre part ce geste fort de la transmission de la paix du Christ reprendrait tout son sens sacré. Mais, nous ferons néanmoins remarquer à Benjamin Guillemaind que les maronites ne sont pas les seuls à avoir adopté cette façon de faire car il existe certaines paroisses, communautés et abbayes en France qui l’ont adoptée. Pas assez, sans doute…

Philippe Carhon   

Partager cet article

10 commentaires

  1. Et tant qu’à faire, on peut reprendre l’accolade. Que j’ai pratiqué d’abord avec mon frère, puis ma soeur et ma femme. En effet l’idée de se serrer la pince ou de s’embrasser au milieu de la messe, je n’ai jamais trouvé ça très top.

  2. Dans le rite ordinaire, les rubriques disent clairement que le baiser de paix est parfaitement facultatif, c’est un choix possible du célébrant. Moi je ne le choisis jamais. Car au moment où il est placé c’est une absurdité : cela rompt le mouvement essentiel qui lie la Consécration à la Communion du prêtre puis des fidèles. c’est d’aillerus pourquoi certaines conférences épiscopales africaines ont obtenu la permission depuis longtemps déjà de le proposer à la fin de la prière universelle avant l’offertoire. Mais comme curé de campagne meme si cela est meilleur comme théologie liturgique, dans les faits, en soi, ce mouvement ‘horizontal’ rompt la disposition intime nécessaire à chacun comme à l’ensemble pour adorer le renouvellement du Sacrifice du Christ à l’autel. Sans compter que bien des gens y verront toujours un moment sympa c’est pourquoi ils ne s’assoiront pas a coté d’un tel avec qui il y a des conflits : choses vécues dans ma paroisse (et dans d’autres) : j’ai vite compris face au scandale (jamais dénoncé explicitement mais avoué au détour d’une conversation) que le mieux était de ne pas le faire puique c’est au choix.

  3. Au sujet du baiser de paix :
    1°- La position du baiser de paix avant la communion remonte à la plus haute antiquité en Afrique et à Rome. La lettre du pape Innocent Ier à Decentius de Gubbio confirme qu’au début du Vème siècle, le baiser de paix était déjà donné avant la communion.
    2°- Le symbolisme de ce geste avant la communion est parlant : il est en quelque sorte le signe que, dans la communion eucharistique, nous sommes réunis en un seul corps.
    Il est cependant nécessaire de réforme la pratique actuelle du baiser de paix, de telle manière qu’il soit plus digne et ne soit pas prétexte à des désordres inconvenants avant la communion.
    In Christo,
    – VR –

  4. Serrer la main des voisins à l’église , je veux bien quand c’est pour moi exceptionnel.Lors d’un pélerinage ou dans un grand rassemblement.
    J’ai fait l’expérience depuis longtemps dans ma paroisse ( 5000 âmes) . Ceux qui vous serrent la louche ne vous tiennent pas la porte à la sortie ou vous ignorent totalement sur le parvis de l’église.
    J’ai connu aussi des prêtres officiants qui, avant la messe, parcourent la petite assemblée des fidèles avec des salutations tres sélectives.
    Quelle est la part de la sincérité et de la mièvrerie hypocrite dans cette manifetation de” fraternité”?

  5. TOUT A FAITD’ACCORD AVEC M. L’BBE TINOTTI. D’autant que le prêtre officiant s’est adressé au fidèles en disant “Pax domini sit semper vobiscum – Que la paix du eigneur soit avec vous. Que faut-il donc ajouter de plus. De la part du Prêtre Autre Christ chacun a reçu la paix du Signeur.Cette pratique de désordre est absurde et rompt le recueillement avant la communion. Car il s’agit bien de communier au Corps du Christ et non d’avaler uu morceau de pain.

  6. A Milan, le rite ambroisien prévoit le signe de paix après l’homélie.

  7. C’est triste tout ce remue ménage et ces “bisous” alors que Dieu est là sur l’Autel,tout près , tout prêt à Se donner en communion…Parce Domine

  8. Placer le Baiser de la Paix juste avant le Sanctus est une catastrophe, car il vide complètement cette prière de son sens. On ne demande plus la paix avec Dieu, grâce à la Sainte Communion, mais la paix avec des voisins inconnus.
    Le débat ne devrait pas tant porter sur ce signe que sur le moment où il a lieu.
    Le faire avant le santus est une abominable hérésie qui contribue à dénaturer la Foi.

  9. Dans le rite Paul VI, le baiser de paix ne se trouve pas au bon endroit: il s’effectue AVANT que le corps et le sang ne soient rassemblés lorsque le prêtre pose une parcelle de l’ostie dans le calice. Cet acte symbolise la résurrection du Christ, alors que Sa mort est symbolisée par les consécrations du pain et du vin à des moments différents. Or le Christ a dit “la paix soit avec vous” APRES la résurrection.
    Ce n’est pas un détail, pour deux raisons.
    Premièrement, l’ensemble de la liturgie de la Messe a une valeur pédagogique pour le fidèle. Toute la liturgie reprend l’histoire du salut dans l’ordre où les événements se sont déroulés, depuis le péché d’Adam. C’est un désordre que d’échanger le baiser de paix AVANT la résurrection. Si l’Eglise elle-même enseigne une liturgie désordonnée, le fidèle sera désorienté. Dans le rite extraordinaire, le baiser de paix s’effectue APRES la résurrection, après que le prête aie déposé la parcelle dans le calice.
    Deuxièmement, le Christ n’a pas choisi n’importe quel moment pour proposer Sa paix. C’est Sa première parole après le sacrifice de la croix. Alors que tout le monde L’avait abandonné quelques heures plus tôt, que tous avaient répondu par la haine à son offrande d’amour, sa première parole, adressée à ceux-là-mêmes qui L’avaient abandonné, n’a pas été de dire qu’ils avaient péché, ou qu’Il avait beaucoup souffert à cause d’eux, mais bien de dire “la paix soit avec vous”. Ceci montre la valeur de ce baiser de paix, qui est bien galvaudé dans la grande majorité des cas, et que ne sert pas sa mauvaise position dans le déroulement de la Messe sous sa forme ordinaire.

  10. J’ai vu faire cela dans une ou deux paroisse : oui, c’est beaucoup plus parlant et ça évite l’anarchie. Car si beau soit le geste de paix, il est quasiment toujours synonyme de dispersion à un moment des plus proches de la communion. Certaines personnes particulièrement chaleureuses empiétant parfois sur l’agnus dei, qui semble moins leur parler.
    En outre, je n’ai jamais vu de réaction négative à cette pratique.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services