Bannière Salon Beige

Partager cet article

Démographie

Le 1er trimestre 2020 est l’un des moins meurtrier de ces cinq dernières années

Le 1er trimestre 2020 est l’un des moins meurtrier de ces cinq dernières années

Un lecteur, qui travaille sur les chiffres de l’INSEE depuis plusieurs années, a mis à jour le tableau récapitulatif des décès sur le 1er trimestre des 5 dernières années, déjà publié ici. Du factuel qui nous change de l’hystérie collective, avec ce principe de précaution donnant lieu à des situations ubuesques.

Nota 1: Il s’agit des chiffres bruts téléchargeables sur le site de l’INSEE sans contrôle des éventuels doublons.

Nota 2 : Un décès enregistré au mois de février 2020 peut correspondre à un décès survenu en 2019. Les chiffres donnés ici sont bien ceux correspondants à un décès survenu le mois dont il est question quel que soit la date où il est recensé par l’INSEE.

Ainsi il y a bien eu 61174 décès en mars 2018.

Sur ces 61174 décès, 61071 ont été enregistrés en mars et avril 2018, mais un certain nombre ont été enregistrés plus tard (découverts et transmis tardivement) : 34 au deuxième trimestre 2019, 32 au premier trimestre 2019, 7 au mois de juillet 2019, 3 au mois d’août 2019, 10 en septembre 2019, 6 en octobre 2019, 6 en janvier 2020 et 5 en février 2020.

Compte tenu de ces délais il est impossible d’avoir des chiffres exacts à l’unité mais ces modifications restent très marginales.

Nota 3 : le mois de février 2020 semble très bas. Probablement qu’un ajustement sera fait sur les chiffres du mois de mars 2020 non encore disponibles. Cet ajustement vient d’être effectué dans la version 2.

Nota 4 : Le chiffre de 57 441 décès de mars 2020 a été donné par l’INSEE (par encore disponible sur le site). Étant donné l’importance de ces statistiques en ce moment et étant donné qu’elles n’ont été transmises qu’après le 10 avril (pour éviter les recensements tardifs de décès) on peut considérer que ce chiffre est très proche du chiffre réel final. Dans le fichier mis à disposition le 20 avril 2020 le nombre de décès est de 48158. Il qui ne correspond pas au chiffre réel donné par le gouvernement de 57441 décès. Les décès manquants seront intégrés dans le prochain fichier. Nous avons donc gardé pour la comparaison finale le chiffre le plus haut donné le 10 avril par l’INSEE et allant du 1er au 31 mars 2020.

Compte tenu de ces facteurs on peut déduire que le 1er trimestre 2020 est le moins meurtrier de ces cinq dernières années ou le deuxième moins meurtrier si on ajoute au mois de février de cette année 10 000 décès que l’on pourrait considérer comme non comptabilisés au mois de février (chiffre considérable que nous surévaluons à dessein).

Les chiffres étant quasiment définitifs le premier trimestre est bien le deuxième trimestre le moins meurtrier des cinq dernières années comme nous l’avions noté dans notre premier document.

La mise en perspective de ces informations relativise nettement l’épisode 2020. La mortalité étant depuis le début de l’année 2020 inférieure à celles de 2017 à 2019, on peut estimer que l’épidémie de COVID aurait ainsi effectué une sorte de rattrapage, étant donné qu’il touche mortellement les personnes âgées essentiellement.

Partager cet article

11 commentaires

  1. le gouvernement commet l’erreur de réagir aux chiffres alors qu’il n’a pas le recul nécessaire, c’est dans la logique de sa gouvernance par la “peur”
    On a peur de mourrir mais on est pour l’avortement.
    les alertes au mauvais temps, aux inondations , à la crise économique etc.

  2. Oui, nous avons déjà vu ces chiffres mais malgré mon peu de considération pour la volonté officielle d’affoler les populations, ces données n’ont aucune signification. Ce qui importe c’est le ‘delta’ du mois d’avril, non encore disponible, et in fine le total annuel qui est, lui, imparable mais qu’on ne connaitra que dans un an…

  3. On ne peut travailler ainsi. Il faut comparer ce qui est comparable! Il faudrait qu’il y ait eu aussi confinement les années précédentes, pour pouvoir faire une analogie. Si les conditions ne sont pas identiques, comment voulez vous que les informations soient crédibles.

    • L’épidémie de coronavirus n’ayant vraiment éclaté qu’au cours du mois de Mars en France, je ne vois pas l’intérêt de comparer l’ensemble du premier trimestre aux année précédentes. Les mois de Janvier et de Février ne font que “noyer le poisson”. Quant au mois de Mars, si le nb de morts est bien 57.441, c’est quand même le 2ème plus haut sur les 6 dernières années, alors que Janvier et Février étaient au contraire à la 5ème place sur 6 : ça pourrait donc indiquer un début d’inversement de tendance en Mars… Quoi qu’il en soit, je pense qu’il est bien prématuré de tirer des conclusions avec les chiffres présentés dans l’article. Attendons d’avoir Mars, Avril et Mai, soit les mois de montée en puissance de l’épidémie, pour faire une analyse sérieuse.

  4. De quoi doutez-vous? Des informations ? Dans ce cas prenez-vous en à l’INSEE pas à celui qui a collecté objectivement les informations. La comparaison du nombres de décès est une comparaisons de FAITS et elle est aussi juste que le sont les données publiées par l’INSEE. Vous en tirerez les enseignements que vous voudrez. Pour moi – qui ne suis qu’un lecteur comme vous – j’en conclus que la mort ne nous fauche guère plus en ce moment qu’au cours des années précédentes, et je dis: “pas de panique” mais préparons-nous à bien finir votre vie quel que soit notre âge.

  5. AMOR. Vous avez parfaitement raison. il faut comparer ce qui est comparable, donc avoir des conditions similaires.
    Sivolc. Les faits, oui, mais complètement, donc le nombre de morts en mars, ou avril 2018 et 2019 n’est pas une donnée que l’on peut comparer simplement, directement avec le nombre de décès de 2020. Les explications directes, simples et pleine de bon sens sont parfois simplement et directement fausses.
    Dans le cas présent, il faudrait connaître l’influence du confinement sur le nombre de morts par accidents de la route , par accidents du travail ou scolaire, par d’autres maladies contagieuses,par accident domestique, par la pollution, par dépression, par manque de soins comme dans le cas des cancéreux non opérés, etc..
    On peut supposer facilement que dans cette liste les influences sont différentes.
    Accidents de la route : en baisse
    Accident du travail : en baisse
    Accident domestiques : en hausse
    Pollution : en baisse
    Autres contagions : en baisse
    manques de soins : en hausse

    Quels sont les effectifs attribuables à chacun de ces phénomènes ?
    Pour l’instant, il est trop tôt pour le dire.
    Le confinement en présence de la désastreuse politique meurtrière de notre gouvernement mondialiste est la moins mauvaise solution.

  6. Évidement, d’autres pays ont mis en place des moyens qui permettent de se passer de confinement, ou de le limiter. Malheureusement les français ont élus un gouvernement de traîtres. Ces gens ne sont pas incompétents. Ils sont malveillants. On peut le vérifier aisément en observant la constance dans leurs décisions qui s’opposent toutes à la réalisation de solutions efficaces, et aussi à leur détestation du christianisme.
    Alors que faire ?
    Se préparer à occuper le terrain politique et spirituel. Profiter du choc de cette épidémie et de la visibilité du caractère nuisible, meurtrier de ces mondialiste pour proposer autre chose, une France d’après viable, et dans un même mouvement, avec l’ensemble des forces sincère de ce pays, même celles qui ne sont pas de notre camps, réclamer justice, la vraie, pas la franc-maçonne, et une vraie purge au sommet de l’État.

  7. Quelques idées.
       Un programme pour sauver la France

    1. Avant toutes choses, instaurer un véritable référendum d’initiative populaire.
       2. Les institutions, la constitution, ne peuvent être modifiée que par référendum.
       3. Les députés au nombre de 500, sont élus à la proportionnelle intégrale, sans
          aucun cumul de mandat. On ne réfléchit pas de la même manière au niveau
          national et au niveau local.
       4. Les sénateurs sont élus par circonscription, au suffrage universel uninominal à
          deux tours, sans passer par de grands électeurs. Le sénat représente les
          terroirs.
       5. Pour qu’une loi soit valide, elle doit être votée par les deux assemblées, chambre
          des députés et sénat.
       6. Suppression du droit du sol avec effet rétroactif pour les enfants nés d’une
          femme présente de manière illégale sur le sol français. Principe de droit
          français : « Nul ne peut se prévaloir de ses turpitudes ».
       7. Les naturalisations doivent être réservées aux personnes ayant rendu des
          services exceptionnel à la France. Ces naturalisations doivent donc être en
          nombre réduit.
       8. Suppression des allocations familiales, allocations logement, RSA, etc, aux
          étrangers, sauf accord de réciprocité avec le pays d’origine. Si une entreprise a
          vraiment besoin d’un travailleur étranger, elle doit financer son séjour en
          France. On conserve l’aide au retour.
       9. Suppression des aides à la presse et des avantages fiscaux des journalistes.
          De toutes manières la presse n’est pas indépendante. Elle appartient à des
          milliardaires mondialistes. L’argent publique ne doit pas assurer la rentabilité de
          ces entreprises.
       10.Interdire les abatages hallal et kascher, sources de souffrance animale et de
          problèmes sanitaires graves. Pour ne pas exporter hypocritement le problème, il
          faudra aussi interdire l’importation de viandes sacrificielles.
       11.Simplifier et faciliter les procédures d’expulsion des étrangers présent
          illégalement sur le territoire national.
       12.Expulsion immédiate et automatique des délinquants et criminels étrangers à
          l’issue de leur peine.

    Avec douze référendum, on remet notre nation millénaire dans le bon chemin.

  8. Et puis bien évidement, rétablir de vraies frontières douanières.
    La puissance inquiétante de la Chine vient de l’absence de ces frontières qui nous rend dépendants de ses usines.
    Apprendre aussi à diminuer fortement notre consommation de pétrole. acheter du pétrole finance entre autre les dictatures islamistes, soutiens des frères musulmans.
    Éradiquer le trafic de drogue. Il finance le crime organisé, les communautés de parasite, et le terrorisme islamique. La consommation de ces substance rend stupide et influençable. C’est peut être aussi pour cela que nos “élites” ne s’y attaquent pas convenablement.
    Le hachisch, c’est l’opium du peuple !

  9. https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/247350/2582571
    Page 15.

    Le premier trimestre n’a aucun intérêt: Janvier et Février habituels, Mars en incubation.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services