Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

L’école à domicile, ça marche !

Le Figaro consacre un reportage à cette forme d’instruction, trop méconnue :

"[L]es 6-16 ans seraient aujourd’hui entre 30 000 et 40 000, d’après les estimations des associations, à apprendre loin des bancs de l’école. Habitant pour la plupart en région parisienne, ces élèves déscolarisés résident aussi en grande partie dans le sud-est de la France. Parmi ces jeunes hors norme, environ 20 000 suivent les cours du Cned, organisme d’enseignement par correspondance de l’Éducation nationale. Quelque 7 000 lui préfèrent généralement les cours d’écoles privées, dont une petite dizaine est reconnue par l’État. Mais, pour environ 3 000 enfants, les parents choisissent carrément d’établir eux-mêmes le contenu et les méthodes d’enseignement. […] D’après un texte de 1998, les familles qui souhaitent scolariser leur enfant à domicile doivent effectuer une déclaration à la mairie et à l’inspection d’académie à chaque rentrée des classes. Après enquête d’une assistante sociale, un inspecteur d’académie se rend au domicile de la famille pour vérifier que le niveau d’instruction est conforme aux exigences de l’Éducation nationale.

Les raisons de ce choix parental sont aussi nombreuses que les familles concernées. Beaucoup de parents, en désaccord avec la pédagogie, préfèrent aménager des solutions plus individualisées. Quand ils ne sont pas amenés à cette solution par les circonstances. «Face à la phobie scolaire, à l’échec, certains optent pour cette solution de la dernière chance», explique-t-on à l’association Les Enfants d’abord."

Rappelons tout de même que le gouvernement Villepin a interdit en février dernier le rassemblement de plus de 2 familles pour l’école à domicile.

Michel Janva

Partager cet article

2 commentaires

  1. Ce que Villepin a interdit aux familles, celui d’exercer un droit fondamental découlant du droit naturel des parents en matière d’éducation, et donc d’enseignement, N. Sarkozy n’a pas manifesté cette semaine sa volonté de le rétablir.
    C’est, rappelons nous nos débats récents des présidentielles, l’un des PNG, Points Non Négociables définis par le Magistère Romain. Etrangement ceux des catholiques influents ou se voulant tels, qui nous conseillèrent de voter Sarkozy dès le premier tour, se taisent maintenant étrangement : ils ne  »voient » pas, et n’  »entendent » pas l’énormité et l’urgence du problème.
    Il est vrai qu’obsédés par  »le moindre mal », ayant tout cédé sur les points non négociables, ils attendent maintenant la réforme de la fiscalité ou celle du droit du travail, et, peut-être même, le retour de la croissance…… PIB contre PNG.
    Ils semblent devoir malheureusement être déçus sur tous les plans.

  2. De toute façon, placer ses enfants dans le public, c’est un crime.

Publier une réponse