Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’avortement ne tue pas seulement l’enfant

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"Le ministère uruguayen de la Santé publique enquête actuellement sur deux morts survenues à la suite d’avortements chimiques au moyen du Misoprostol (souvent vendu sous le nom commercial Cytotec) révèle aujourd’hui le site d’informations espectador.com. Les victimes (outre les enfants à naître) étaient toutes deux de jeunes femmes qui avaient eu recours en début de grossesse à ce médicament que l’on promeut volontiers comme solution alternative aux avortements chirurgicaux et comme un moyen d’échapper au principe d’interdiction de l’avortement. […]

La légalisation de l’avortement est toujours à l’ordre du jour en Uruguay où un nouveau projet de loi doit être examiné par la Chambre des députés dans les semaines à venir. Lundi soir, quelque 300 personnes ont manifesté pour le respect de la vie à Montevideo, selon les chiffres avancés par espectador.com. El Observador en avait compté 500, dont l’épouse de Tabaré Vazquez [le président], Maria Auxiliadora Delgado, plusieurs députés de divers partis et des élus locaux de la capitale uruguayenne. Pancartes, chants et distributions de tracts étaient ponctués de projections vidéo sur un écran géant avec des témoignages de femmes ayant avorté – le reporter n’hésitant pas à raconter que bien des spectateurs avaient l’œil humide en les écoutant. Il y eut même un spectacle de magie, des images d’échographie et le son si émouvant du battement de cœur d’un enfant à naître, le tout commenté par une figure de la web TV, Juan Carlos Lopez, qui anime des émissions sur l’histoire, la culture, la musique et le peuple rural de son pays (c’est ici).

Un médecin-échographiste, Ana Barragués, expliqua qu’elle était là pour « sauver des vies » ce que le monde semble avoir oublié. Quand elle rencontre une femme désirant avorter, ajouta-t-elle : « Je les regarde et je leur dis (en montrant son ventre) que de là, n’importe qui te l’enlève, mais de là (en montrant sa tête) personne ne te l’ôtera jamais. »"

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services