Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’attente placée dans ceux qui tiennent les destinées de la nation mérite certainement d’être ajustée

L’attente placée dans ceux qui tiennent les destinées de la nation mérite certainement d’être ajustée

Le père Danziec revient cette semaine dans Valeurs Actuelles sur l’affaire Fillon et les révélations du procureur du Parquet national financier. Extrait :

[…] Pour le philosophe Gustave Thibon, cela ne faisait pas l’ombre d’un doute : le chef qui manque à sa mission, plus que jamais, constitue le drame des temps postmodernes. Il compromet, en même temps que sa personne éphémère, le principe éternel qu’il représente. Aux époques classiques du passé, l’exact inverse pouvait s’observer : les institutions morales, politiques ou religieuses dépassaient et portaient les individus qui les représentaient. Ainsi la monarchie était plus que le roi, le sacerdoce plus que le prêtre. A tel point d’ailleurs qu’on pouvait se payer le luxe – heureux temps – de mépriser tel roi ou tel pape sans que le principe même de la monarchie ou de l’autorité pontificale soit mis en question le moins du monde. Aujourd’hui en revanche, comme dans toutes les périodes de décadence, nous assistons au phénomène opposé. Les institutions ne sont tolérées et aimées qu’à travers les personnes. C’est pourquoi plus que jamais les masses éprouvent un besoin immense de chefs politiques ou spirituels qui soient intègres et vigoureux, pour ne pas dire parfaits. Si la chose est souhaitable, cette injonction à l’excellence n’est-elle pas, dans le même temps, trop oppressive ? L’attente placée dans ceux qui tiennent les destinées de la nation mérite certainement d’être ajustée. « S’il est saint, qu’il prie pour nous. S’il est prudent, qu’il nous gouverne », avertissait saint Thomas d’Aquin. Après tout, être juste, c’est d’abord demander à son boulanger de faire du bon pain, à un attaquant de planter de jolis buts, à son prêtre d’être disponible pour sanctifier les âmes et à un politique de bâtir un programme pertinent pour redresser son pays. Pas autre chose. Le reste est affaire d’intimité spirituelle, du mystère d’une âme, du secret intérieur d’un homme dans sa relation avec son créateur. […]

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services