Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / France : Politique en France

L’assistance médicale à la procréation : la vision ultralibérale de François Hollande

Analyse de Pierre-Olivier Arduin :

2" En cas de victoire aux élections présidentielle et législatives, la gauche affranchira les familles « d’un ordre moral qui les renvoie à un état de nature dépassé». Une des premières mesures prises en matière de bioéthique sera ainsi d’ouvrir l’assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples de femmes homosexuelles.

Depuis la publication en 1987 de la première instruction doctrinale sur la bioéthique Donum vitae confirmée par Dignitas personae en 2008 jusqu’au tout récent discours de Benoît XVI devant l’Académie pontificale pour la Vie le 25 février dernier, l’Eglise a indéniablement fait preuve de courage et de cohérence dans l’évaluation morale des procréations artificielles : en manipulant l’acte conjugal de telle sorte qu’il n’exprime que sa dimension reproductive (…), les techniques artificielles de fécondation ne pouvaient que dégrader la signification anthropologique plénière de la sexualité et de la procréation humaine et déboucher sur les pires transgressions : productions et tri d’embryons surnuméraires, irruption d’un tiers dans la relation du couple en la personne d’un donneur de gamètes,…(…)

Jusqu’à aujourd’hui toutefois, la France a continué à s’inspirer du « cadre naturel » de la conception humaine pour encadrer l’insémination artificielle et la fécondation in vitro, notamment en continuant à faire référence à la complémentarité et à l’altérité sexuelle des parents. La loi du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique réserve ainsi l’AMP aux couples hétérosexuels, composés d’un homme et d’une femme, vivants, en âge de procréer et dont l’infertilité est dûment constatée sur le plan pathologique (…)

Cette imitation de la nature et du modèle familial traditionnel est devenue intolérable aux « progressistes » de tous poils. En s’obstinant à donner un père et une mère à un enfant, l’assistance médicale à la procréation reste selon eux prisonnière d’une idée du Bien finalisée par la nature. Il est temps d’élaborer un nouveau modèle de procréation qui s’affranchisse de toute référence biologique de la famille, clament-ils en chœur. Et pour cela, rien de tel que d’utiliser les progrès scientifiques de l’AMP qui ont multiplié à l’infini les possibilités d’engendrer (…)

Le candidat socialiste à la présidentielle souhaite ainsi reconnaître aux couples homosexuels le droit au mariage, à l’adoption et à l’assistance médicale à la procréation. L’idée générale est bien celle-ci : établir une rupture radicale entre l’ordre biologique ancien qui a servi de principe directeur à la rédaction des lois de bioéthique et un nouveau concept de parentalité où la volonté des adultes primerait pour « avoir des enfants » (…)

Dans le projet bioéthique de la gauche, le don de sperme deviendra le support technique du projet parental des femmes homosexuelles. Le pendant théorique consisterait à autoriser aux hommes homosexuels l’accès au don d’ovules et aux mères porteuses. Comme s’il voulait donner des gages de modération, François Hollande dit ne pas souhaiter légaliser la gestation pour autrui (GPA). Jusqu’à quand ? On ne voit pas comment les sacro-saints principes d’égalité et de non-discrimination qu’il défend bec et ongles ne conduiront pas à terme à une autorisation de la GPA si l’on veut accorder les mêmes droits aux gays et aux lesbiennes.

Même si la GPA ne devait pas être autorisée dans l’immédiat, le candidat socialiste s’est imprudemment prononcé en faveur de la reconnaissance juridique des enfants nés de mères porteuses à l’étranger. Il s’agit encore une fois d’une proposition irresponsable et incohérente car cette mesure ne fera que démultiplier le tourisme procréatif des couples homos masculins (et hétérosexuels d’ailleurs) dont souffrent des pays vulnérables comme l’Inde ou l’Ukraine. Ironie de l’affaire, les forces de « progrès » qui se drapent depuis le début de la campagne dans un humanisme de façade, ne feront qu’amplifier la marchandisation des corps, alimenter les réseaux de traite des femmes qui sévissent dans ces pays et aboutiront finalement à une nouvelle forme asservissement où les pauvres louent leur ventre pour l’engendrement des enfants des riches."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

1 commentaire

  1. Je ne comprends pas en quoi cette position de HOLLANDE serait ”ultra libérale” ? Elle est parfaitement socialiste.
    Les Tea Party américains sont ”ultra libéraux” en économie, mais très anti avortement.
    Certains mots ne peuvent être utilisés ainsi, car cela donne corps à nos adversaires socialistes de toutes obédiences.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services