Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Immigration

L’apprentissage du turc fait son apparition au collège

C'est une première sur l'académie de Franche-Comté : en septembre, les collégiens de 2 établissements pourront prendre le turc comme langue vivante en plus de l'anglais. Pour Jean-Marc Milville, l'inspecteur d'académie, ce projet a deux objectifs : permettre à tout élève, quelle que soit son origine linguistique, d'apprendre la langue «d'un grand pays, émergeant, partenaire économique», mais aussi favoriser l'intégration (sic) des enfants d'origine turque. C'est la poursuite du communautarisme, financé par l'Etat au moyen de l'Education nationale.

L'équipe enseignante a été avisée seulement le 25 mai de la décision du rectorat. Les parents en ont pris connaissance à travers la note qui accompagnait les dossiers d'inscription remis aux élèves de CM2. Les professeurs ont demandé à l'inspecteur d'académie de suspendre cette décision. Un parent s'est plaint que son enfant ne puisse pas apprendre l'allemand en 6e : ce ne doit être ni un grand pays ni un partenaire économique… Une délégation de parents et d'enseignants a été reçue par l'inspecteur d'académie. Ils ont fait des contre-propositions, suggérant d'ouvrir l'enseignement du turc en matière optionnelle, au même titre que le latin. Proposition rejetée.

Partager cet article

5 commentaires

  1. A quand l’apprentissage du turc par les profs pour encore mieux intégrer ces “français” ?

  2. J’aurais des enfants à qui on obligerait de prendre le turc comme langue, que je les retirerais de l’école et demanderait à ce qu’ils apprennent le russe, l’anglais ou l’allemand mais pas le turc.

  3. De même que l’amour de la Nation ne fut vanté, par les “progressistes”, que comme corolaire de la haine du Roi (symbole du Père), l'”amour” de tout ce qui est allogène n’est maintenant vanté que comme corolaire de la haine de la Nation.
    Morbide jeu de dominos dont les enthousiasmes successifs ne sont que les avatars d’une même haine déguisée en pourvoyeuse de “substituts”…
    Quel sera le prochain prétexte? La vénération éco-zoolâtrique du milieu naturel corolaire de la haine de l’humain ? Et pour finir : la dévaluation même de Gaïa au profit de “Baal”?

  4. C’est une jolie langue quoi qu’on en dise, pourquoi se révolter?
    il y en a marre du anglais-espagnol-allemand systématique…
    J’aurais beaucoup aimé étudier une langue orientale au collège.

  5. On devrait favoriser l’apprentissage du russe, qui est certainement la langue d’un pays partenaire économique, qui de plus possède une histoire, une littérature, un patrimoine artistique extrêmement riches. Par ailleurs, il y a déjà de nombreux profs formés à son enseignement, qui sont de plus en plus souvent en sous-service ou en temps partagé sur plusieurs établissements.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]