Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’antiracisme, coresponsable de l’effondrement de l’école

Fin de la chronique d'Ivan Rioufol, alors que la France dégringole à la 25e place du classement mondial PISA, qui évalue le niveau scolaire des élèves de 15 ans :

"L’enfer est pavé de bonnes intentions : j’accuse pour ma part l’idéologie "antiraciste" d’être coresponsable de l’effondrement de l’Ecole républicaine, devenue inégalitaire à force de prêcher l’égalitarisme. La voilà qui assigne les plus démunis à leur condition d’exclus, dans une sorte de mépris les jugeant inaptes à s’enrichir de la culture d’accueil. Au prétexte de vouloir faire respecter les différences des nouvelles minorités, en hurlant au racisme, à la xénophobie et à la discrimination à la moindre exigence, les belles âmes ont conduit à un séparatisme de fait. Il prive bien des jeunes des cités – et parmi eux, forcément des personnalités brillantes – des codes élémentaires qui leur permettraient de s’insérer naturellement dans le cursus éducatif et dans la société. Le plus révoltant dans ce gâchis est d’observer les socialistes poursuivre leur soutien au multiculturalisme, qui dispense les nouveaux venus de s’adapter au modèle commun, lui-même remis en cause dans sa légitimité à revendiquer sa suprématie. Quant l’effort n’est plus requis, quand l’autorité cède le terrain, l’Ecole abaisse ceux qu’elle devrait élever. Voilà pourquoi il faut revenir au modèle d’intégration et tourner définitivement le dos à cet "antiracisme" qui le conteste et qui s'est vidé de son sens. Son heure a sonné."

Partager cet article

2 commentaires

  1. On peut rapprocher cette réflexion de celle-ci et les associer, réflexion qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui témoigne de ce qui nous attends… que ce soit en matière éducative ou sociétale.
    « Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
    lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
    lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
    lorsque finalement les jeunes gens méprisent les lois, parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
    alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse,le début de la tyrannie.
    Platon, République, VIII, 562b-563e.

  2. Il y a, aussi, une autre explication à cette baisse de niveau…
    Les jeunes immigrés accueillis dans nos écoles, intègrent une classe en fonction de leur âge, et non de leur niveau ! Comment peuvent-ils réellement suivre et progresser ? Et ceux issus de l’immigration qui ne bénéficient pas d’un environnement culturel et linguistique propres à notre pays, ont toutes les peines du monde à suivre… Mais EGALITE OBLIGE, tous dans le même moule, à savoir le collège où le « fameux socle commun des connaissances » va niveler (par le bas) tous ces jeunes !
    Et après on va s’étonner que les jeunes de 15 ans n’ont pas de bonnes bases !!!

Publier une réponse