Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences

L’ancien vice-président de Pfizer met en garde contre la vaccination à grande échelle

L’ancien vice-président de Pfizer met en garde contre la vaccination à grande échelle

Le médecin et chercheur britannique Dr Mike Yeadon, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, a accordé un entretien à Mordechai Sones d’America’s Frontline Doctors (AFLDS), à propos notamment des vaccinations – et en particulier les « vaccinations » expérimentales à ARN messager – en cours. Extrait de la traduction effectuée par Jeanne Smits :

« Au Royaume-Uni, il est tout à fait clair que les autorités sont décidées à administrer des “vaccins” au plus grand nombre possible de personnes. C’est de la folie, car même si ces agents étaient légitimes, la protection n’est nécessaire que pour les personnes présentant un risque particulièrement élevé de mourir du virus. Chez ces personnes, on pourrait même soutenir que les risques valent la peine d’être assumés. Et il y a certainement des risques qui sont ce que j’appelle “mécanistes”, c’est-à-dire intégrés dans la façon dont ces agents fonctionnent.

« Mais tous les autres, les personnes en bonne santé et âgées de moins de 60 ans, peut-être un peu plus, ne meurent pas du virus. Dans ce grand groupe, il est tout à fait contraire à l’éthique d’administrer quelque chose de nouveau et dont le potentiel d’effets indésirables après quelques mois n’est absolument pas identifié.

« A aucun autre moment, il ne serait sage de faire ce qui est annoncé comme étant l’intention.

« Puisque je sais cela avec certitude, et que je sais que ceux qui pilotent tout cela le savent aussi, nous devons nous interroger : Quel est leur mobile ?

« Bien que je ne le sache pas, j’ai de fortes réponses théoriques, dont une seule est liée à l’argent. Et ce motif ne fonctionne pas, car on peut arriver au même quantum en doublant le coût unitaire et en donnant l’agent à deux fois moins de personnes. Dilemme résolu. Donc c’est autre chose. Sachant que, en parlant de la population entière, il est également prévu que les enfants mineurs et éventuellement les bébés soient inclus dans le filet, c’est cela que j’interprète comme un acte maléfique.

« Il n’y a aucune justification médicale à cela. Sachant que la conception de ces “vaccins” consiste à provoquer l’expression, dans l’organisme des receveurs, de la protéine spike, qui a elle-même des effets biologiques indésirables qui, chez certaines personnes, sont nocifs (déclenchement de la coagulation sanguine et activation du “système du complément” immunitaire), je suis déterminé à souligner que les personnes qui ne sont pas menacées par ce virus ne devraient pas être exposées au risque d’effets indésirables de ces agents.”

Partager cet article

18 commentaires

  1. Bon, d’abord c’est un anglais donc c’est douteux…
    Encore un “complotiste”, sans doute, qui n’a pas digéré d’être viré de Pfizer…

  2. Les virus multiples groupés sous une seule appellation fallacieuse “covid” ne tuant pratiquement personne en dessous de 65 ans, il est évident que les vaccins ont sans doute déjà tués plus de personnes que les virus dans cette tranche de la population et cela ne fera que croitre.

    “…la conception de ces “vaccins” consiste à provoquer l’expression, dans l’organisme des receveurs, de la protéine spike…” (sic)
    Oui en théorie ! Mais le Professeur Cahill affirme de n’avoir pas les moyens de contrôler que c’est bien cet ordre là qui est engendré par le vaccin et non pas autre chose… Ils peuvent avoir codé n’importe quoi d’autre que la protéine spike !
    Qui est assez cinglé pour leur faire confiance ?

  3. Vacciner les personnes à risque, laisser les autres tranquilles ! C’est assez sage !

    • Sachant que ces vaccins sont dangereux, aux effets nocifs avec beaucoup de morts…., alors vacciner une personne de nature “faible” , “à risque” est encore plus dangereux. De tous les morts dû à ces vaccins, ce sont surtout les personnes “fragiles” qui meurent…. eh oui

      La réalité c’est ce qu’on doit laisser la liberté aux gens, et ne forcer personne !
      Et arrêter avec cette mascarade sanitaire qui commence à nous les pomper…..

  4. A diffuser largement, chers soldats digitaux!

  5. Qu’est-ce que ce vaccin fait aux femmes enceintes? J’ai trouvé une étude qui dit que cela ne leur fait rien (ni à leur enfant), mais l’étude ayant porté sur 84 femmes enceintes n’a duré que de décembre 2020 à février 2021. Un peu léger. Y a-t-il d’autres études? https://www.ajog.org/article/S0002-9378(21)00187-3/pdf

  6. “Hommes femmes ou enfants, enceinte ou non, le « vaccin » ne laissera personne en vie longtemps… ” ?

    Sources ?

  7. Bonjour. D’après les médias officiels, il semblerait que contrairement aux vaccins de Pasteur où l’on inculte un virus désactivé pour que notre système immunitaire se développe, les vaccins ARM faire en sorte que cela soit notre corps qui génère ce qui activera nos défenses immunitaires. Mais alors quand est-ce que notre corps va arrêter cette génération ? A la deuxième couche ? Bien à vous.

  8. Dans l’article du Pr. Yeadon (https://www.lifesitenews.com/opinion/former-pfizer-vp-to-aflds-entirely-possible-this-will-be-used-for-massive-scale-depopulation) il est aussi question d’eugénisme.
    Il met en parallèle l’effet d’un vaccin peu efficace sur une population de poulets dont on veut se débarrasser. Pour un virus très virulent, qui tue son hôte en 24h, la contagion n’a pas le temps de se propager. Alors qu’un vaccin faible prolonge la vie sur 3-4 jours, ce qui permet une meilleure propagation et permet d’éliminer totalement la population visée.
    Sauf mécompréhension de ma part, il me semble que le Pr. Yeadon suggère que les vaccins administrés comportent des séquences mal identifiées, susceptibles de provoquer de graves dégâts lors d’une future attaque par un agent pathogène.

  9. IL est bien clair que l’on ne nous dit pas la vérité sur l’ensemble des vaccins proposés, il faut rester prudent…nous n’avons de plus, pas assez de recul sur les effets à moyen et long terme de ces injections…

Publier une réponse