Bannière Salon Beige

Partager cet article

L’analyse d’Eric Zemmour sur l’encyclique très politique du pape François

Vidéos

Partager cet article

19 commentaires

  1. Ce pape cherche à influencer l’élection US, de même qu’il chercher sous les conseils de Ségolène Royal à influencer la conférence de Paris.
    Il a fait de l’Église une ONG, ou plutôt pire un lobby.

  2. La comparaison que fait Zemmour entre Jean-Paul 2, Benoît 16 et François est très dure pour François mais juste. Tout cela est tragique, on vit une période difficile où on aurait vraiment besoin d’un pape de l’envergure de JP 2 qui avait bien sûr des défauts mais comprenait les défis de son temps et on a François. Bon, heureusement que beaucoup de catholiques ne prennent pas les encycliques du pape comme référence en matière de politique.

  3. S’opposer à l’avortement, au mariage dénaturé, à la gestation pour autrui, à la robotisation des êtres humains, à l’euthanasie, c’est faire de la politique chrétienne indispensable, c’est le rôle du pape. Taper sur les nationalistes, les populistes, qui cherchent désespérément à s’opposer aux immigrations-invasions, cela en invoquant une nouvelle fois et de travers la parabole du Bon Samaritain, c’est une mauvaise action. Ce pape n’est pas marxiste. Les penseurs marxistes étaient plus performants que lui. Il n’est que justicialiste, cette doctrine affligeante lancée par les péronistes en Argentine, et popularisée par leur égérie Evita Peron. N’oublions pas que François a été encarté péroniste avant même son entrée au séminaire. Le principe du justicialisme : flatter le peuple, le caresser dans le sens du poil, lui promettre des lendemains qui chantent, que demain on rasera gratis, distribuer des jouets aux enfants des descamisados, etc… Ce qui me frappe c’est la pauvreté de la pensée, la médiocrité du style, le fouillis de la présentation. On dirait d’un thésard qui n’arrive pas à rédiger sa thèse, même rédigée en portègne.

  4. Qui prie pour le pape ? qui lit l’encyclique du pape ? qui favorise les vocations de prêtres, d’évêques, de cardinaux, de pape ? quels sont les catholiques de droite qui se présentent aux élections pour représenter un autre pouvoir temporel en Europe et susciter la bienveillance paternelle de la papauté ?
    En attendant ce mouvement collectif catholique de fond, il faudra subir les attaques contre le pape d’un Zemmour, plein de gourmandises, qui se pourlèche les babines au sens propre et figuré (revoir la video). En rejetant en bloc avec Zemmour cette encyclique, on jettera le bébé (la charité, l’autorité du pape) avec l’eau du bain (les scories humanistes du texte, la personnalité imparfaite du pape).

    Zemmour profite de l’aveuglement des catholiques et enfonce un coin dans la demeure unique en invitant les catholiques à ne pas obéir au pape dans le domaine de la politique (il a en partie raison mais c’est une façon de radicaliser les cathos de droite contre les cathos de gauche, de diviser les catholiques contre eux-mêmes, il flatte les uns et heurte les autres).
    Zemmour divise aussi les catholiques contre les musulmans ; il est prisonnier d’une grille de lecture fabriquée à partir du conflit israelo palestinien : il dispute l’appui des chrétiens aux musulmans et l’encyclique du pape François contrecarre ses plans et les plans de ses coréligionnaires. Pour répondre à Zemmour, il faut écoute ce que pensent les chrétiens (et les musulmans) du Moyen Orient de cette encyclique.

    Dernier point : n’oublions pas qu’en 1218 saint François d’Assise part à la rencontre du sultan d’Egypte pour lui présenter le Christ. Le pape François en bon disciple du saint rencontre le grand mufti de la mosquée du Caire. Et que sait-on vraiment de ce qu’il se sont dit ? Que sait-on de l’oeuvre du Saint Esprit dans cette rencontre et dans le texte ?

    • Sur ce dernier point (“que sait-on vraiment de ce qu’ils se sont dit”), nul n’en sait rien, ni dans un sens ni dans l’autre. Il est plus sage de n’en pas tirer avantage. Mais le Pape actuel répète souvent que l’on juge l’arbre à ses fruits …

    • @Armel
      Je ne pense pas que Saint François avait pour objectif de mettre sur un même pied d’égalité Catholicisme et islam, et encore moins d’emprunter le langage coranique pour étayer son discours.

  5. Le lobby est la minorité qui cherche à influencer sur la majorité.
    Ou le volet politique de “vous êtes le levain dans la pâte”.
    Qu’y-a-t-il de choquant à ce que l’Eglise soit un lobby?

  6. Zemmour à le mérite de soulever la question importante de l’infaillibilité du pape tout en la rapprochant de la question du cléricalisme , sans les nommer.

    Ramener l’actualité vaticaniste à celle du temps de Philippe le Bel est pertinent!

    L’infaillibilité du Pape ne concerne que le dépôt de la Foi et les Catholiques doivent y voir un dogme plutôt ecclésial que clérical.

    L’interprétation biblique du soin que le croyant doit porter à l’étranger ne peut plus être la même aujourd’hui qu’il y a mil ou deux mille ans!

    Zemmour a bien raison de le souligner.

  7. Ce Zemmour est un personnage vraiment étonnant : juif pratiquant, il connaît la théologie catholique mieux que la majorité des fidèles, cite Bossuet dans le texte et fait preuve d’un bon sens redoutable quand il s’agit d’avoir un avis sur les bergoglionneries. Un lefebvriste ne dirait pas mieux.
    Serait-il un converti clandestin, un marrane inversé ? N’aurait-il pas affirmé avec humour qu’il ne se convertira pas au catholicisme ne voulant pas quitter une religion minoritaire en Algérie pour intégrer une religion minoritaire en France ?
    Quant à l’accuser de diviser les catholiques, n’est-ce pas confondre le thermomètre et la fièvre ? N’est-ce pas ce pape porte-parole de l’ONU et ne parlant jamais de Dieu qui nous divise ?

    • dire qu’un zemmour défende bec et ongles le christianisme qui a forgé la france alors qu’un pape parle plus de migrants que de religion m’étonne
      drole de monde n’est ce pas
      qui plus est combien de migrants le vatican abrite t-il? zéro, même dans son palais de castelgandolfo il n’y en a aucun, faites ce que je dis, pas ce que je fais

  8. Dire que le pape divise c’est oublier qu’il a réuni la majorité des suffrages lors du conclave de 2013 (et une part importante des suffrages en 2005) et que le saint Esprit est à l’œuvre dans ce moment cardinal et cardinalice. Je crois le saint Esprit plus fort que les hommes de combinaisons.
    Par ailleurs les papes ont toujours été faillibles : saint Pierre premier pape a trahi Jésus et il s’est disputé lors des premiers conciles avec saint Paul. Il ne fait pas en demander plus à François qu’à Pierre ; ne deshabillons pas François pour habiller Pierre et Paul.

    • Oui et surtout un catholique c’est avant tout quelqu’un qui est attaché au Pape quels que soient ses défauts.
      Un attachement éclairé et avec discernement mais un attachement indéfectible au chef de l’Eglise.

  9. Ce n’est pas à Zemmour d’analyser les encycliques du Pape.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]