Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Aide à l’Eglise en Détresse en quelques chiffres

L’Aide à l’Eglise en Détresse en quelques chiffres

Voici les comptes 2018 de l’AED et un bref bilan de l’année écoulée :

  • 108 millions d’euros, c’est le montant total des dons collectés en 2018 par les 23 bureaux de l’AED afin de venir en aide à l’Église souffrante, opprimée et persécutée à travers le monde.
  • La générosité des bienfaiteurs de l’Œuvre a ainsi permis de venir en aide aux chrétiens en détresse dans 139 pays, à travers 5019 projets. Les principaux pays d’intervention demeurent la Syrie (8 615 941 €) et l’Irak (6 513 501 €) – au Moyen-Orient, l‘AED a financé des projets à hauteur de 99 millions € depuis 2011–, puis l’Inde (5 246 706 €).
  • Le bureau français demeure le principal pays collecteur, avec plus de 22 millions d’euros de dons en 2018. A l’image des autres acteurs du monde associatif en France, l’AED connait cette année un recul des dons.
  • 87,6% des dépenses sont directement utilisées pour son action auprès des chrétiens qui souffrent.

Les principales aides apportées concernent :

  • la construction et l’équipement de 2470 maisons, chapelles, églises, couvents, séminaires et centres pastoraux (31,3%)
    => En Irak, l’AED a consacré 4,9 millions d’euros (76% du budget) à des projets de reconstruction, principalement de maisons dans la plaine de Ninive.
  • l’aide aux réfugiés, l’aide d’urgence (16%)
    => En Syrie, l’AED a financé une aide d’urgence à hauteur de 6,5 millions, sous forme de paniers alimentaires, de bourses d’études, de prise en charge des frais de location…
  • la formation des prêtres et religieux (14,5%)
    => Au Nigeria, un tiers du budget, soit 330 000 euros, est consacré à la formation de séminaristes, de prêtres et de religieux.

Cette année encore, l’AED a également poursuivi sa mission d’information et de prière, à travers des initiatives multiples :

Partager cet article

1 commentaire

  1. Vu le nom, aucun “risque” que l’état français, compte tenu de sa “laïcité” portée en oriflamme, alloue une subvention à cette association. Ce qui ne l’empêche nullement de récolter des fonds et d’agir efficacement.

Publier une réponse