Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Agnus Dei et le baiser de paix – mardi de la Passion

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. Résumons :
    L’Agnus Dei : avant, on offrait un agneau pour racheter le premier né d’une famille. Lors de la Pâque juive (Pessah) qui commémore la libération du peuple juif de l’esclavage qu’il subissait en Egypte, chaque famille offrait aussi un agneau. Et tous les jours, deux agneaux étaient sacrifiés dans le Temple pour les péchés du peuple. Cet animal préfigurait le sacrifice du Christ pour les péchés des hommes comme les prophètes l’ont démontré. Esaïe 53.6… :
    « Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. 7Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie… »
    A partir de Luc 2.22… on apprend que Marie et Joseph ont présenté leur enfant au Temple mais Marie n’offrit qu’un couple de tourterelles (pour son sacrifice de purification) et non pas un agneau. Pourtant le vieux Siméon les laisse partir, faisant comprendre que c’est l’enfant qui est devenu l’agneau. Jean Baptiste le confirme bien plus tard quand il vit Jésus de Nazareth venant à lui, et il dit :
    « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ».
    Ensuite les chrétiens échangent un signe de paix entre eux. Car il est précisé dans Matthieu 5:24 :
    « laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. »

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services