Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

L’AFP, une presse d’Etat

Christophe Beaudufe, président de la Société des journalistes de l’Agence France-Presse, se plaint de la charge de l’UMP, qui lui reproche d’avoir "censuré" certains de ses communiqués. Indigné, il affirme :

"L’AFP, de par son statut voté en 1957 par le Parlement, est une agence de presse indépendante de tout pouvoir politique ou économique. Elle n’a aucun actionnaire et ne vit que de la vente de son service aux médias et aux institutions."

Et il se contredit aussitôt :

"La vérité oblige à dire que l’Etat est son plus gros client, et qu’elle ne pourrait vivre sous sa forme actuelle sans le soutien des pouvoirs publics."

Cette affaire survient

"à un moment crucial de négociations entre l’AFP et l’Etat pour le renouvellement d’un contrat d’objectifs et de moyens, vital pour la survie de l’Agence."

Et ce n’est pas fini :

"L’Agence est un grossiste en information : nos choix rédactionnels, nos analyses, nos synthèses de l’actualité doivent, par principe, être utilisables en l’état par les journaux de gauche et par ceux de droite, par la presse de province, par les médias nationaux ou par les sites d’information en ligne."

Comprenez-vous pourquoi les articles de la grande presse semblent avoir tous le même parti pris, la même ligne idéologique, le même esprit relativiste ?…

Michel Janva

Partager cet article

9 commentaires

  1. Depuis 1789, la prétendue “liberté de la presse” dans cette “république” est une supercherie, tout le monde le sait, c’est un prétexte au service du relativisme.
    La presse catholique nationaliste comme Présent ne touche pas un rond de la part de la dite “république” quand les journaux les plus gauchistes, nihilistes, immoraux et décadents, bénéficient des largesses de l’Etat et de subventions sans lequelles ces journaux auraient fait faillite depuis longtemps… Et ils appellent cela “démocratie”, “république”… Sans doute comme les ex-républiques démocratiques de l’Est.

  2. Je connais quelqu’un qui a été interrogé par l’AFP, il s’est plaint de ce que le journaliste n’a sélectionné que ce qu’il voulait déjà écrire.
    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2007/08/le-journalisme-sensationaliste.html
    la DPJ dont il est question = DASS québécoise, bien connue pour “protéger” l’enfant et l’abandonner dans des familles d’accueil où il connaîtra vite la drogue, l’alcool et le sexe précoce.
    Totalitarisme mou.

  3. Il est aussi possible de conclure qu’une fois qu’elle a reçu les dépêches AFP, “la grande presse” ne bosse pas, ne fait pas son travail d’enquête, de mise en perspective et se contente de reprendre mot à mot l’info de l’AFP.

  4. @ Ingomer,
    Vous préféreriez que Présent et votre presse catholique nationaliste touche de l’argent de la “république”?
    Mais dans ce cas vous l’accuseriez de collusion avec le pouvoir en place!

  5. Tiens, je vois que l’AFP a lu cette brève.
    Domain Name afp.com ? (Commercial)
    IP Address 158.50.204.# (Agence France Presse)
    Microsoft WinXP
    Internet Explorer 6.0 Mozilla/4.0
    Date d’accès : 13 mai 2008 17h39min20 am
    URL de référence:
    http://lesalonbeige….lafp-une-presse.html
    Page d’entrée:
    http://pouruneecolel…sensationaliste.html
    Bravo le Salon Beige…

  6. @ Pol
    Le problème, et même l’injustice, c’est que les adversaires, eux, sont subventionnés (et avec nos impôts)!

  7. C’est extraordinaire. Nous le savions déjà, mais cet aveu est fabuleux!!
    L’AFP est le fabricant de la pensée unique, qu’elle distille comme elle veut après l’avoir formatée selon ses critères.
    Et nos soi-disant journalistes, si chatouilleux sur leur clause de conscience, reservent la soupe bien chaude,sans y changer une virgule….

  8. Entendu il y a quelques mois une interview de Jean-Claude Bourré sur Radio Courtoisie où il dénonçait la même supercherie médiatique, dans les journaux mais aussi les JT, qu’il est bien placé pour connaître. Pour lui, le journalisme d’investigation français est mort et enterré depuis longtemps…

  9. Entre 1986 et 1988, le Front national, qui comptait 35 députés à l’Assemblée nationale, avait déposé une proposition de loi visant à privatiser l’AFP. L’article 3 de cette loi prévoyait que l’AFP « ne peut en aucune circonstance tenir compte d’influences ou de considérations idéologiques, politiques ou économiques de nature à compromettre l’exactitude et l’objectivité de l’information ».
    Bien évidemment cette proposition de loi ne fut jamais votée. La droite républicaine en récolte les fruits aujourd’hui. On ne pleurera pas sur son sort.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]