Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

L’affaire Sébire devient vraiment glauque

Les prélèvements biologiques effectués sur le corps de Chantal Sébire, après qu’elle se soit donné la mort,

"se sont mystérieusement volatilisés de l’hôpital de Dijon où ces pièces à convictions étaient conservées".

Une enquête préliminaire, ouverte le 20 juin par le parquet de Dijon, a pour but d’élucider ce vol présumé. Le second volet de la procédure cherchera à déterminer s’il y a eu ou non une "provocation au suicide". Les enquêteurs cherchent à savoir les conditions dans lesquelles Chantal Sébire a pu se procurer le produit qu’elle a utilisé pour mettre fin à ses jours et si quelqu’un l’a encouragée au suicide.

Si demain, nous apprenions qu’en fait quelqu’un lui a injecté de force le barbiturique, ce ne serait pas surprenant.

Pour rappel, les derniers épisodes de l’ADMD sont ici.

Michel Janva

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services