Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression / Pro-vie

L’ADV empêchée de s’exprimer à Reims par les lobbys pro-mort

Un collectif de lutte antifasciste, Homozygote, le Planning familial et les féministes des Désobéissantes s'étaient tous donné rendez-vous rue Taittinger, devant les portes de Reims managment School pour crier leurs colères à 20 heures hier soir contre la conférence organisée par l'Alliance pour les droits de la vie qui avait pour thème « Naître ou ne pas naître, de l'avortement au bébé à tout prix ». La direction du lieu s'est affolée :

"Nous avions donné notre accord pour la tenue de cette conférence. Une clause du contrat signé stipulait que nous pouvions annuler l'événement. Nous avons effectué ce choix après avoir pris de plus amples informations sur cette association. Elle nous avait donné le thème de la bioéthique mais la direction de RMS a considéré que les idées véhiculées ne correspondaient pas à l'image de notre établissement"

L'Alliance pour les droits de la vie interroge :

"Je ne comprends pas un tel déchaînement contre notre association. Nous avons appris le refus brutal de RMS quelques heures seulement avant notre arrivée. Nous nous inquiétons de la position de cette école qui a changé d'avis au dernier moment, alors que depuis deux mois nous avons leur accord. Nous sommes inquiets de la formation intellectuelle que peut donner une école censée produire des élites".

Tugdual Derville ajoute :

"Nous voulions du dialogue. C'est une occasion manquée mais c'est la première fois que les choses se déroulent ainsi. Nous voulions informer le grand public sur les alternatives à l'interruption de la grossesse, leur montrer qu'il y a d'autres pistes que le systématisme de l'interruption choquante et brutale de la vie".

Addendum 14h30 : l'ADV communique :

A "Contrairement a ce qui a été affirmé par le quotidien l’Union de Reims, la sixième étape de la Tournée Bioéthique 2010 « Naître ou ne pas naître » n’a aucunement été annulée le 26 mai. Elle a réuni 250 participants. C’est le matin même de la soirée programmée de longue date que, par mail, l’Alliance pour les Droits de la Vie a été mise devant le fait accompli d’une annulation sans préavis par la direction l’école de commerce de Reims (Reims Management School ou RMS) deux mois après la signature du contrat de réservation de sa salle de conférence. Motif invoqué par oral : la soudaine découverte d’une incompatibilité entre le positionnement de l’école et les sujets traités, notamment celui de l’Interruption Volontaire de Grossesse ou avortement à propos duquel l’Alliance a publié un sondage IFOP en mars 2010 (Voir sur www.adv.org).

M La direction aurait cédé aux pressions de groupes trotskistes et du planning familial qui annonçaient une manifestation. Dans l’impossibilité de prévenir leur public, les organisateurs devaient l’accueillir sur place. Ils l’ont fait en deux temps : d’abord par une session improvisée en plein-air, avec podium et sono, sous les fenêtres de l’Ecole, dans l’espace public. Deux cent cinquante participants, venus de toute la région ont pu entendre les cinq intervenants, dont le docteur Xavier Mirabel, président de l’Alliance pour les Droits de la Vie. Quarante minutes d’exposés ont donné l’essentiel des conclusions de la Tournée. En raison du froid, et afin de faire bénéficier le public des projections vidéo réalisées pour la tournée, une solution de repli était alors proposée : une salle gracieusement proposée en centre-ville par un spectateur choqué par la censure imposée. La grande majorité (187 personnes) s’y est retrouvée à 21h30 pour poursuivre la soirée jusqu’à 23h30 environ. Par mesure de précaution, un huissier de justice avait été mandaté pour constater la situation aux abords de l’école. Son constat devrait permettre de déjouer les erreurs et approximations publiées sur le site du quotidien régional. L’Alliance pour les Droits de la Vie, désolée d’avoir du imposer ce changement de lieu à ses invités, proteste contre la censure et la désinformation. En cédant aux pressions visant à empêcher un débat de société essentiel, tenu chaque soir dans la plus grande sérénité, la direction de RMS s’est décrédibilisée aux yeux des centaines de participants. Pour eux, l’étape rémoise de la Tournée bioéthique restera emblématique de la nécessité d’ouvrir courageusement le débat sur la maternité."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

18 commentaires

  1. N’hésitez pas à dire que vous êtes scandalisé à la la Reims Management School: [email protected]

  2. La gauche et l’extrême gauche se réveillent ces temps-ci face au timide réveil des défenseurs de la Vie : ils cognent et tentent de terroriser. La dépolitisation du Combat pour la Vie trouve là ses limites (on la déjà vécu dans les années 70, qui virent la défaite de la Vie) : car qui peut peser face à la gauche et l’extrême gauche si ce n’est la droite et/ou la droite nationale, et surtout le poids moral de l’épiscopat, comme en Italie et en Espagne ?
    C’est aux catholiques de faire le lien.

  3. Encore une fois l’Union fait fort en tirant à boulet rouge contre l’ADV et en soutenant le collectif pseudo-antifasciste.
    Interdit une conférence c’est bien totalitaire voilà encore une incohérence de ce milieu.

  4. L’ADV cherche depuis des années à passer pour une association fréquentable et se démarque ainsi d’autres associations plus “protestatrices” ou plus “politique” en refusant de participer à la marche pour la Vie en janvier de chaque année.
    Pourtant les intentions sont les mêmes et certains membres de l’ADV sont présents à la Marche pour la Vie.
    Quand l’ADV comprendra-t-elle que proposer une alternative à l’avortement et défendre la Vie aujourd’hui est assimilable et assimilé à l’extrême droite quelques soient les moyens utilisés ?
    Une véritable révolution du vocabulaire politique est nécessaire pour ne pas rentrer dans le jeu qui nous est imposé par la gauche…
    Peu de partis politiques défendent réellement la Vie : FN + PDF + MNR, MPF et PCD. Ils appartiennent à l’extrême droite ou droite nationale ou à l’aile droite de l’UMP. Ils s’accusent entre eux d’être trop ci ou trop ça mais pour la gauche et les féministe, ils sont tous d’affreux fachos !
    Quand comprendront-ils qu’ils doivent s’unir au sein de l’OPPOSITION et ne pas avoir peur de ce qu’ils sont !

  5. bonjour
    hier à Bordeaux, lors de la veillée pour la vie à la cathédrale, il y avait des voitures de police aux entrées. il n’y a rien eu d’ailleurs, mais c’est la première fois que je vais prier sous escorte.
    ça promet pour samedi…

  6. j’ai demandé à un policier dans sa voiture: il a bien dit qu’ils étaient là pour sécuriser le lieu, du début à la fin de la veillée.

  7. Parfaitement d’accord avec Edouard ! L’ADV semble s’étonner que la cause du respect de la vie soit un véritable combat et qu’elle déchaine les passions et les ardeurs,de ses partisans comme de ses opposants ! D’autres associations pro-vie ont,pourtant, elles, expérimentées à plusieurs reprises, l’hostilité de leurs adversaires (interdiction de manifestation par la préfecture, changement d’itinéraire de la Marche pour la Vie au dernier moment…) Oui, Monsieur Derville, lorsque l’on décide de rentrer véritablement dans ce combat pour le respect de la Vie, on sait que l’on s’expose à de telles réactions. Jusque là, l’ADV avait, naïvement, espéré qu’à travers un discours quelque peu édulcoré sur la réalité de l’avortement, l’absence de toute radicalité la ferait échapper aux huées collectives des pro-mort envers le milieu pro-vie et lui permettrait de tenter l’entrisme au sein des diverses instances tant politiques que médiatiques. Nul doute aujourd’hui, que le masque est tombé et que l’ADV ne pourra longtemps se garder de faire cavalier seul.

  8. Annule le précédent post
    Commentaire trouvé sur le site de l’Union à Reims suite à l’article que vous citez
    “Je suis surpris par les propos erronés de l’article qui traduisent un manque d’information.
    La conférence organisée par l’Alliance pour les droits de la vie a bel est bien eu lieu.
    Après un premier temps à l’extérieur c’est dans une salle accueillante et chaleureuse du centre ville que la conférence, de qualité, au pu se poursuivre. Félicitations aux organisateurs qui ont su faire face aux contrariétés de dernières minutes avec beaucoup de sérénité et d’humour. Merci pour le contenu de qualité.”

  9. entièrement d’accord avec Octavius : le journal “l’Union” marque des points pour gagner le prix de la désinformation ! Peut-être M. Janva pourra-t-il préciser sur son post que la réunion a malgré tout pu avoir lieu, sous la présidence de Xavier Mirabel ?
    (source : commentaires de l’article sur : http://www.lunion.presse.fr/article/region/les-anti-ivg-chasses-de-la-ville-par-un-collectif-dassociations#comments

  10. En fait, rien de nouveau : les féministes sont toujours anti vie donc anti humanistes et donc anti humanistes.
    La conjugaison actuelle est plus que jamais anti-Chrétienne et d’une violence inouÏe.
    La tentation est grande de rendre par la pareille; notre coeur habité par Dieu nous en empêche, alors prions, communiquons et créons des liens !

  11. je voulais écrire et donc anti-féministes !
    ( au lieu de la répétition )

  12. Bonjour,
    J’apprends votre prestation hier, lors de la soirée organisée par l’ADV à qui vous aviez loué une salle de conférence. En dehors du fait que votre communication me semble pitoyable et bien peu professionnelle pour une école qui a vocation à former de jeunes cadres, « après avoir pris de plus amples informations » – dans le monde professionnel voyez-vous, on prend ce genre de renseignements AVANT de signer le contrat – je suis très déçu par la faiblesse de votre sens des responsabilités ; une école est là pour éduquer, elle devrait favoriser le débat, le dialogue et la réflexion, notamment sur des sujets de société. Au lieu de ça, vous pliez à la pression imposée par des associations ou lobbies anti-démocratiques.
    C’est inacceptable pour une école qui se veut une grande école. L’image de RMS en prend un grand coup…
    Cordialement,

  13. On juge un arbre à ses fruits.
    C’est pourquoi je ne comprends pas bien les critiques qui figurent sur certains commentaires de ce jour.
    D’après ce que je peux constater ces dernières années, en tant que provincial de terrain, l’ADV réalise un travail de fond à l’aide de multiples moyens : lieux d’écoute, rencontre de décideurs politiques, information du grand public, etc. Elle exprime une grande fermeté sur les valeurs et des propositions audacieuses sur le fond, avec un ton respectueux des personnes et recherchant des consensus sur des sujets extrêmement passionnels.
    Il me semble que les fruits de cette stratégie sont positifs et encourageants, si l’on en juge par les auditions obtenues à plusieurs reprises au Parlement ces derniers mois, les relations croissantes avec les pouvoirs publics locaux ou nationaux, les dizaines de milliers de personnes qui expriment leur soutien moral et financier, etc.
    Leur récente initiative de distribuer massivement un livret sur les aides aux femmes enceintes est l’exemple type d’une proposition que je trouve concrète intelligente : les pouvoirs publics peuvent accepter de reprendre à leur compte cette distribution lors des entretiens pré-IVG, au nom de la liberté d’information des femmes. Et cela peut faire diminuer réellement le nombre d’IVG en France.
    Il serait donc intéressant de faire le bilan de l’influence et des résultats obtenus par les différentes associations pro-vie depuis 5 ou 10 ans.
    Y a-t-il un lieu en France pour faire ce travail de façon honnête et objective ?
    Jojo
    27 mai 2010

  14. Une seule réplique: le boycott total, avec large publicité autour de nous, de la Reims Managment School.
    Faisons savoir qu’elle cède aux Planning familial et aux avorteurs contre les familles catholiques.
    Dissuadons toutes famille catholique d’y envoyer ses enfants, ce sera d’ailleurs forcément du bien pour eux.
    Que ces sales types payent financièrement leur allégeance mortifère et morbide aux lobbies de la culture de mort.

  15. Madame, Monsieur,
    J’apprends avec tristesse et consternation la précipitation et l’empressement que votre école a mis à annuler sans préavis et sous pression une conférence dont le sujet est au coeur des débats de société d’aujourd’hui. Cette conférence était organisée par l’Alliance pour les Droits de la Vie, association apolitique dont le but est de sensibiliser sur la condition féminine face à la solution unique et traumatisante de l’avortement, automatiquement imposée par le planning familial de nos jours, en violation des principes fondamentaux de la Loi Veil (*).
    La décision prise par la direction, qui manifestement n’a pas suivi l’honnêteté d’une vérification que le bon sens et la justice réclamaient face aux malveillances, ne fait pas honneur à votre établissement. Je proteste avec la plus vive intention : au nom du bon sens, faites réparation à cette association et faites droit au respect mutuel qui exige l’écoute et l’échange inspirés par la bonne volonté de tout honnête homme !
    Le communiqué officiel émis par votre école parle des “idées véhiculées [qui] ne correspondaient pas à l’image de [v]otre établissement”. Il est heureux que vous mentionniez ainsi l’image de votre école cependant il semble clair que l’effet recherché porte à faux car l’image qui en ressort est celle d’une école fermée au débat et qui ne désire pas former des cadres ouverts à la remise en cause des idées reçues. Dois-je vous rappeler, en tant que cadre des marchés financiers internationaux à la City de Londres que l’aptitude à sortir de sa “comfort zone” comme le disent avec justesse les Anglais est un atout majeur et recherché dans les multinationales friantes de jeunes diplômés des business schools ? Ils seront confrontés à des situations impliquant des hommes et des femmes venant des tous les horizons ; seule une bonne dose d’ouverture d’esprit et de soif de la vérité leur permettra d’établir des liens constructifs pour leur carriere et leur développement personnel. Que devrais-je faire la prochaine fois que je recevrai un CV venant de votre école ? En toute sincérité je ne pourrai m’empêcher de me rappeller ce malheureux événement, témoin d’une formation conservatrice et averse au risque intellectuel. Bien sûr je m’engage avec toute la bienveillance dont je veux être capable à m’efforcer de ne pas faire acception de personnes cependant j’espère de tout coeur que vous saurez faire la meilleure réparation possible vis à vis de cette association !
    Cordialement,
    Alain
    (*) La loi prévoyait dans l’article L.162-3 du Code de la santé publique résultant de la loi Veil-Pelletier de 1979 que le médecin consulté « doit informer la femme des risques médicaux qu’elle encourt pour elle-même et pour ses maternités futures et de la gravité biologique de l’intervention qu’elle sollicite ». Ces informations, dans la majorité des cas, n’ont pas été délivrées, et l’obligation de le faire a été supprimée par la loi Aubry de 2001. Mais il y a plus : le code de la santé publique prévoyait aussi qu’un dossier guide, remis à jour une fois par an, soit remis aux femmes demandant à avorter, leur donnant des coordonnées d’organismes en mesure de les aider à poursuivre leur grossesse. En outre, un entretien particulier obligatoire devait leur détailler l’assistance qui leur était ouverte. Là aussi, la légalisation de l’avortement en cas de détresse a pris le pas et empêché le développement et la communication de véritables réponses à ces détresses. Aujourd’hui, une jeune mère en détresse qui vient prendre conseil auprès d’un organisme social habilité ne se voit proposer que l’avortement. Comme ci la seule réponse a la détresse était la mort de l’embryon alors que dans la plupart des cas il s’agirait d’apporter un soutien moral et financier.

  16. Monsieur, j’ai appris que votre école avait en dernière minute, après avoir subi des pressions d’organismes tels que le Planing familial, l’association Homozygote et un collectif de lutte antifasciste vous aviez décidé de refuser au dernier moment d’ouvrir votre école à ce débat, en allégant le prétexte que vous vous seriez aperçu que cette association porterait des valeurs incompatibles avec les votres.
    Je pense que cela est un prétexte: tout d’abord, vous avez rencontré DEUX MOIS avant cette association, dont le positionnement pro-vie est explicite. Vous saviez donc qui ils étaient et ce qu’ils pensaient. Par ailleurs, cette association est avant tout une association d’aide aux femmes enceintes en situation de détresse; nul ne peut réellement nier qu’aujourd’hui mis à part quelques aides dont elles ne sont même pas informés par les hopitaux en contradiction avec la loi dite Kouchner de 2005 qui fait obligation à tout médecine de donner TOUS les risques même exceptionnels, TOUTES les informations et TOUTES les alternatives à toute opération même bénigne.
    Or cette association, (et cette réunion) avait pour but justement d’informer le public des alternatives à l’avortement, et de poser la questions des effets dommageables sur le plan psychologiques, comme tous les organismes ou hopitaux devraient le faire (allez voir le site du Planing et dites moi si cela est respecté: la question du syndrome post avortement, mise en évidence dans des études telle que celles-ci: http://www.vozvictimas.org/pdf/documentos/cougle2003.pdf, ou http://www.afterabortion.org/poverty.html et de nombreuses autres. Cette question est-elle évoquée sur le site du Planning?
    J’en conclus donc que soit vous estimez qu’il ne faut pas aider les femmes enceintes en situation détresse (car même en cas d’ivg, la situation n’est pas réglée: une nouvelle grossesse mettrait à nouveau la femme dans la MEME situation de détresse, alors que si on règle cette situation l’avortement n’est plus nécéssaire, ce qui est un bien quels que soit nos opinions sur l’avortement), soit que vous etes trop laches pour défendre le droit de s’exprimer pour une association qui ne hurle pas avec les loups sur ce sujet. Dans tous les cas cette attitude ne porte pas honneur à votre école ou à son image.
    J’ajoute que connaissant cette association, elle n’a rien d’une association d’intégristes ou d’extrème droite, et que ce prétexte ne saurait etre invoqué comme raison pour justifier votre attitude.
    A mon sens, le minimum est de présenter vos excuses OFFICIELLES et PUBLIQUES à alliance pour les droits de la vie pour cette façon cavalière de refuser au dernier moment une salle qui avait été promise, ce qui a du posé aux organisateursde gros problèmes d’organisation.
    Respectueusement
    Matthieu

  17. Tout ceci me rappelle un congrès organisé, il y a quelques années, par Campagne Québec-vie, à l’Oratoire saint Joseph de Montréal, dont les Pères de Ste. Croix sont les chapelains. À un jour ou deux d’avis, les media ayant annoncé des manifestants pro-mort, les “Pères” ont annulé le contrat de location de la salle de conférence, et le Congrès a dû se réfugier chez des protestants beaucoup plus accueillants…et plus cohérents avec l’Évangile.

  18. Message adressé à l’alliance pour les droits de la vie .
    je tenais à vous remercier et vous encourager face au manque de tolérance auquel vous avez fait face lors de votre intervention sur la ville de Reims ce mercerdi 26/05/2010. Je ne suis pas venue directement vous rencontrer ce soir là, car les émotions et les circonstances de cette soirée m’ont fort touchée. Nous faisons avec mon mari effectivement partie des 4 % des couples ayant accepté la venue d un enfant trisomique après l’examen de l’amiosynthèse. Malgré la peur inévitable de cette perspective ( comme l’a si bien bien précisé M Mirabel) , je me suis sentie réconfortée de trouver lors de cette soirée d’autres hommes et femmes catholiques ou non, partageant les m^mes convictions que les miennes. alors je ne peux que vous inciter à continuer votre démarche, car les résistances au dialogue sont malheuresement bien réelles et laissent peu de temps, de dicernement nécessaires aux parents confrontés au dépistage positif d’un handicap lors de la grossesse,
    encore une fois
    merci.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services