Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Laïcité et bien commun

Analyse de Daoudal suite à l’actualité italienne :

"Giorgio Napolitano, 80 ans, ancien dirigeant communiste et personnalité éminente du parti post-communiste des Démocrates de gauche, a été élu président de la république italienne. (…) Dans son discours d’investiture, Giorgio Napolitano a souligné le "profond rapport historique" liant le christianisme et l’Europe, et il a souligné que la laïcité devait reconnaître "la dimension sociale et publique du fait religieux". Et d’ajouter: "La collaboration, en Italie, entre l’Etat et l’Eglise catholique, doit se développer dans de nombreux domaines pour le bien commun."

Cet épisode montre de façon particulièrement claire la différence entre la "laïcité à la française" et la véritable laïcité. La "laïcité à la française", conçue à l’origine pour détruire la religion catholique, est un laïcisme qui cantonne la religion au domaine privé. La véritable laïcité est celle qui rend à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, distinguant entre les deux ordres sans les opposer, reconnaissant la dimension publique de la religion et la nécessité d’une collaboration en vue du bien commun.

On remarque précisément que le président utilise comme le pape l’expression "bien commun", qui est une notion clef de la doctrine sociale de l’Eglise. La "laïcité à la française", en revanche, bannit de telles expressions et ce qu’elles signifient. Elle n’est pas seulement anticatholique, elle est contre l’ordre naturel."

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce Napolitano, à tout prendre cet (ex ?) communiste est plus sympathique que Chirac, au moins dans le discour que vous rapportez.
    Ne jugeons pas sur l’étiquette, ni même sur les discours, mais sur les actes.
    Attendons, donc !

  2. Disons le tout net : la “laïcité à la française” n’est que de l’athéisme.
    Ayons le courage d’employer les mots justes !

  3. Selon moi, Marc, il n’est pas évident que le laïcisme à la française soit de l’athéisme, du moins toujours et dans tous les cas, univoquement comme diraient les philosophes.
    Cette position polémique de certains catholiques peut affaiblir des arguments plus pertinents en faveur de la loi morale, du droit naturel s’imposant à l’Etat.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique