Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’Académie française unanimement contre l’aberrante écriture dite inclusive

Pendant que Microsoft Word mettrait à jour un« langage inclusif non offensant », l'Académie française s'élève contre cette aberration.

DNEbJOfXkAMD_9Z

Déclaration de l'Académie française sur l'écriture dite "inclusive" adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre :

"Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Il s agit , dans sa version culturelle de déconstruire la France mais gageons que comme l espéranto , cela fera pshiiiiiittt ! Encore une de ces lubies idéologiques qui va dans le sens du  » pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué « ! Qu est-ce qu ils vont nous sortir la prochaine fois ?
    Allez , je vois bien le coup de l interdiction de la chasse après l histoire du cerf abattu dans le jardin , puis , l interdiction du catholicisme suite à un sondage où 61% des Français , euh pardon des français ( ne méritent pas la majuscule ) , déclarent que la religion ( sous-entendu la religion catholique) est néfaste .
    Alors soit , je rentre en résistance ( deja fait dans l esprit ) soit je me fait gauchiste.s lgbtixyz pedzouille.s , je mange vegan avec des petits asticots et me fait bonze ( aaaaooooouuuuummmmm fois 50) et j aurai plein d ami.e.es.s . sur gaya en vouant un culte à domestikator contre ces faschos de chretien.nnes haineux.euses . Bon , comme la vie est déjà assez compliquée ainsi , restons simples ( pas dit simpliste) et je resterai un homme bien dans ma peau , allergique à toutes ces fadaises , amoureux de la France , de sa culture , de son patrimoine et chretien , un jour , catholique toujours .

  2. Cette écriture inclusive n’est qu’une monstrueuse connerie gauchiste de plus pour détruire tout ce qui est français : notre Histoire, notre culture, notre langue !
    Jospin avait déjà commencé avec sa réforme ridicule de féminisation (désolé mesdames les charmantes lectrices de ce site !) : professeur, maire, ministre, auteur sont des mots masculins…
    La nature a horreur du vide, dit-on… Si le français disparaît, il sera remplaçé par d’autres langues ! C’est d’ailleurs déjà le cas dans certains quartiers et cités…
    Dans sa jeunesse, Cavana (celui de Charlie Hebdo) racontait que lorsqu’il s’engueulait avec son père, c’était en italien (de la région dont était originaire son père), mais dès qu’ils avaient passé la porte de l’immeuble, ils passaient au français, même au plein milieu d’une phrase !
    Aujourd’hui dans Paris (et partout ailleurs), ça baragouine tous les dialectes d’Afrique ou du Maghreb…

  3. Les féministes s’en moquent… elles diront qu’il ne s’agit de l’avis que de « vieux mâles blancs »…
    Comme Tariq RAMADAN elles ont la « longue vue »…elles savent qu’avec le renouvellement des générations qu’elles ont endoctrinées elles finiront par imposer leurs délires comme elles ont imposé la féminisation des noms…

  4. Ouf! C’est du bon sens.

  5. Un grand MERCI à nos « Immortels » qui n’oublient pas de faire leur devoir dans l’intérêt commun.

  6. Si j’en crois le titre du billet, il ne faut pas lire « Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive » adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre » mais « Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive », adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre ». La virgule change tout: en son absence c’est l’écriture qui est adoptée à l’unanimité (horresco referens), avec la virgule c’est la déclaration qui est adoptée.
    MJ me pardonnera cette fraternelle correction: il fait un travail énorme, on peut l’excuser pour cette absence de virgule: il faut bien que les commentaires servent à quelque chose?
    [Je n’ai fait que reprendre la formulation de l’Académie… MJ]

  7. Enfin une parole institutionnelle de bon sens, avec cette déclaration de l’Académie contre l’absurde écriture inclusive. Malheureusement, au gouvernement, le son de cloches n’est pas le même. Il y a Marlène Schiappa bien sûr, l’inénarrable bobo. Mais la ministre (Muriel ?)Pénicaud a pris aussi parti pour l’écriture inclusive dans son ministère, par une déclaration conjointe avec Marlène Schiappa.

  8. Quand on pense qu’il existe une solution rationnelle à ces délires ! 😉
    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2017/03/07/carte-blanche-10-5918811.html
    (Combien de temps avant que cette académie ne cède ?)

  9.  »… c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme … »
    l’académie pratique la langue de bois et tourne autour du pot en craignant peut-être d’être accusée des pires maux et mots (‘leszheureslesplussombresdenotrehistoire ?) par la pravda médiatique, et fait dans sa culotte en raisonnant à l’envers de peur de purges et représailles du politburo libéral-libertaire macronien.
    en effet la FINALITé de cette institution est bien de conserver l’avenir de la langue française et de la culture, donc établir des NORMES fait partie des MOYENS nécessaires pour parvenir à cette fin : c’est de la logique aristotélicienne et aquinate basique sur la causalité (matière, forme, agent, finalité).
    C’est donc parce que gardienne qu’elle a le devoir d’établir normes et règles.

Publier une réponse