Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

L’abbé Pierre est-il catholique ?

Trop c’est trop ! Combien de temps encore l’Eglise de France va-t-elle laisser certains de ses prêtres dire ou écrire le strict contraire de l’enseignement de l’Eglise et de ce qui dit notre Très Saint Père le Pape Benoît XVI ?

L’abbé Pierre, dans un livre intitulé Mon Dieu ….pourquoi ? , qui paraîtra jeudi, se dit favorable au concubinage pour les prêtres, à l’ordination des femmes et est ouvert aux unions homosexuelles et à l’homoparentalité.

Alors qu’au synode des évêques sur l’Eucharistie, le patriarche maronite, le cardinal Pierre Nasrallah Sfeir avait tenu à souligner que le célibat était " le joyau le plus précieux de l’Eglise catholique", l’abbé Pierre au contraire écrit : "(…) puisque l’Eglise catholique permet depuis des siècles à ses communautés orientales d’ordonner des prêtres mariés je vois mal pour quelle raison Jean Paul II a pu affirmer récemment qu’il était hors de question de revenir sur le célibat des prêtres pour le reste de l’Eglise catholique". Autre extrait concernant l’ordination des femmes : "pourquoi refuser à des femmes qui s’en sentent la vocation et les capacités l’accès aux ministères ?" Enfin, la révélation sur sa vie intime ("j’ai donc connu l’expérience du désir sexuel et de sa très rare satisfaction") aurait toute sa place dans l’intimité d’un confessionnal mais ,publiée dans un livre, pourrait avoir des effets néfastes sur de jeunes séminaristes ou de jeunes prêtres.

On peut ségalement se demander si Frédéric Lenoir, directeur du Monde des religions et co-auteur de ce livre, n’est pas responsable de l’orientation progressiste et même anti-catholique des propos de l’abbé Pierre qui est agé de 93 ans.

Le plus grave dans cette pitoyable médiatisation des écrits de "la personnalité préférée des Français", qui vont à l’encontre de la foi catholique, c’est que des milliers de catholiques vont être influencés et vont douter d’autant plus qu’un journal comme La Croix, qui se dit pourtant chrétien, évoque la sortie de ce livre sans rappeller l’enseignement véritable de l’Eglise catholique.

le Salon Beige, ne jugeant pas les personnes mais seulement les propos tenus, suggère à tous les catholiques fidèles à Rome et à l’enseignement des Pères de l’Eglise de prier pour l’abbé Pierre.

Philippe Carhon

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

25 commentaires

  1. Henri Grouès est catholique jusqu’au temps qu’il soit excommunié -chiche, Benoît XVI, excommunie-le, et dépeuple davantage encore les Églises !
    Vous confondez toujours la foi catholique avec le dogme, ce qui peut changer de ce qui est éternel.
    Cordialement.

  2. @all
    L’excommunication est une souffrance pour l’Eglise. Vos propos sont un peu légers.

  3. Le dogme est la “verbalisation” de la foi…
    L’un ne va pas sans l’autre…
    Sinon, on risque de se laisser entrainet au vent de la dernière doctrine à la mode, celle qui est déjà ringarde 10 ans plus tard et dont un siècle après on dira que c’était une belle erreure…
    Et comme des catho plus malin que les autres, ceux qui savent, qui sont éclairés, auront suivi avec tout le tapage possible ces idées nouvelles, on en retombera encore là : ce sera la faute de l’Eglise.
    A chaque génération ça se renouvelle.

  4. Qui dépeuple les églises? Ce sont les mauvais pasteurs… Le pauvre abbé Pierre a besoin de notre prière.
    Et puis pour info, le dogme ne change pas, et il est indisociable de la foi. Qu’est ce que la foi catholique sans les dogmes? Le protestantisme…
    Alors oui, cette question est d’actualité. L’abbée Pierre est-il catholique?

  5. L’abbé Pierre étant un prêtre et un homme hautement médiatique et ses propos étant objet d’un scandanle dans la communauté catholique je souhaite que nos évêques régissent hautement et clairement sur ce sujet . Pas ça par exemple : “Mgr Hervé Giraud, président de la commission pour les ministres ordonnés, affirme «ne rien avoir à dire». «Chacun à le droit à la parole», note-t-il. Mais, «si ces révélations ont tant de poids, c’est que la société a du mal à comprendre le sens de la chasteté telle que la vivent les prêtres, par exemple : une relation intégralement humaine, mais vécue sans le don des corps.» ”

  6. N’oubliez pas d’où vient le célibat des prêtres : (au XIème ?) on a vu que quand un prêtre revenait à Dieu, ses héritiers étaient un phénomène de dispersion des richesses.
    Certes il y a le dogme mais on peut aussi réfléchir un peu (et être en désaccord avec l’abbé Pierre).

  7. @Mo
    Le célibat des prêtres d’est pas un dogme.

  8. @Mo
    Comme le Saint-Père l’a fait remarquer dans son livre « Le sel de la terre », il y a de nouvelles recherches qui montrent que le célibat remonte encore bien plus loin que les sources juridiques connues ne le disent, c’est-à-dire jusqu’au 2e siècle.
    Si vous savez l’anglais, je vous conseille le livre « Apostolic Origins of Priestly Celibacy » par le Père Christian Cochini, s.j.

  9. La paradoxe est que l’abbé Pierre fait également la meilleure défense du célibat des prêtres et du mariage ( dans Libération du jour ) :
    “J’ai senti que pour être pleinement satisfait, le désir sexuel a besoin de s’exprimer dans une relation amoureuse, tendre, confiante. Or une telle relation m’était fermée par mon choix de vie. Je ne pouvais dès lors que rendre des femmes malheureuses et être moi-même tiraillé entre deux choix de vie inconciliables.» (…) «Ma vocation réclamait une disponibilité totale»

  10. Encore une fois, on mélange la question de réserver l’ordination sacerdotale à des hommes célibataires, et la question de l’ordination des femmes. C’est pourtant deux choses complètement différentes.
    La question du célibat peut être débatue (comme l’ont fait les pères au récent synode *en apportant finallement une réponse, qu’il nous faut bien entendre*), puisqu’elle est vécue différemment dans les églises orientales depuis le début, la question de réserver le sacerdoce au femmes est elle beaucoup plus profonde et grave, et là dessus, l’Eglise s’est prononcée de manière DEFINITIVE. Alors, par pitié, arrêtons de mélanger les deux.

  11. Ce quiest étonnant, c’est de s’étonner de ces dérives de l’abbé Pierre!
    Il n’est pas issu de la génération spontanée
    et son rôleà la”libération” ne pouvait pas laisser présager d’autres comportements

  12. Ce qui est étonnant, c’est de s’étonner de ces dérives de l’abbé Pierre!
    Il n’est pas issu de la génération spontanée
    et son rôle à la”libération” ne pouvait pas laisser présager d’autres comportements

  13. Ouh la la … Pauvre abbé !!!
    Remettons les choses dans son contexte : toutes vos réactions ont pour objet non pas des propos de l’abbé Pierre, mais des propos passés successivement dans les mains de M. Lenoir (qui est là pour faire du fric, donc du croustillant !), puis de l’AFP, puis de votre journal préféré. Quand on connaît l’inculture religieuse doublée de l’absence totale de nuance de ceux-ci, il ne faut pas s’étonner de voir les idées de l’abbé Pierre finir par être totalement dénaturées.
    Reprenons :
    1. NON, l’abbé Pierre n’est pas favorable au concubinage des prêtres. Il dit que, d’un point de vue personnel, il aurait aimé que l’ordination des hommes mariés soit possible (l’Eglise Catholique considère que celle-ci ne pose aucun problème d’ordre théologique, elle n’est qu’une question de discipline qu’elle souhaite, pour plein de raisons évoquées au Synode, conserver). Il signale également la grande difficulté pour certains prêtres de vivre le célibat (et Rome n’a jamais prétendu que c’était facile).
    2. NON, il n’est pas pour l’ordination des femmes. Il ne fait que poser une question, au demeurant très intéressante du point de vur théologique : la non-ordination des femmes est-elle une question de discipline (donc, quelque chose qui pourrait changer sans toucher le moins du monde à la doctrine chrétienne) ou est-elle un héritage de la Tradition Apostolique (c’était ainsi au temps des apôtres, alors on DOIT continuer). La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a tranché il y a quelques années pour la deuxième hypothèse, une telle décision ne fait d’ailleurs pas partie des dogmes universels et elle peut à tout moment revenir sur sa décision.
    3. Non, il n’est pas “ouvert” aux unions homosexuelles (ça veut dire quoi, au fait, “ouvert” ?) Il va jusqu’à dire qu’il ne faut pas parler de mariage homosexuel (“un traumatisme et une déstabilisation sociale forte” !!!) mais plutôt d’alliance. Arrive alors la magie des médias : avec de telles déclarations, il est “ouvert”, alors que si Christine Boutin prononce la même phrase mot à mot, elle a droit à un procès aux Assises. Allez comprendre … Quant à la fameuse homoparentalité, il replace le débat là où il doit être : non pas dans des histoires d’égalité entre homosexuels et hétérosexuels, mais dans l’équilibre physique et social de l’enfant.
    L’abbé Pierre, même si, je m’en excuse, c’est un peu simplifié, a dit CA et pas autre chose. Plein de petits malins profitent de son âge qui ne lui permet pas de bondir devant les caméras pour rectifier la vérité de sa pensée. Ils le récupèrent pour faire avancer leurs petits combats personnels, quitte à trahir complètement ses propos, gardant la phrase qui les arrangent et jetant le reste. Alors que, il y a 10 ans les mêmes, LES MEMES, lui crachaient à la gueule lors de l'”affaire Garaudy”.

  14. ne croyons donc rien de ce que nous lisons…
    on vieillit commeon a vécu,prions plutot pour lui!

  15. “La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a tranché il y a quelques années pour la deuxième hypothèse, une telle décision ne fait d’ailleurs pas partie des dogmes universels et elle peut à tout moment revenir sur sa décision.”
    Non, elle ne peut pas revenir sur sa décision. D’ailleurs, Jean-Paul précisait, dans sa lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis, que « l’Église n’a en aucune manière le pouvoir de conférer l’ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être DÉFINITIVEMENT tenue par tous les fidèles de l’Église. »

  16. @Julie
    Il me semble que le “définitivement” est une conséquence directe du fait de considérer l’impossibilité d’ordonner des femmes comme faisant partie du dépôt de la foi. En revanche, il me semble (mais je n’en suis pas sûr du tout, je précise …) qu’on pourait considérer dans le futur qu’elle n’en fait en fait pas partie (le “on”, ce n’es pas nous, mais le Magistère).
    Le débat, ici, est bien sûr totalement théorique. Les arguments avancés pour l’ordination des femmes sont assez risibles, puisque ça va de “c’est moderne” (le non-argument par excellence) à “Le christ n’a choisi que des hommes pour apôtre pour ne pas choquer le bourgois de l’époque” (comme s’il n’avait pas démontré, à longueur d’Evangile, à quel point il se souciait peu de ce genre de précautions)

  17. L’abbé Pierre a écrit entre autre :
    – “qu’il est nécessaire qu’existent dans l’Eglise des prêtres mariés”,
    – qu’il “n’a jamais compris pourquoi Jean-Paul II et le cardinal Ratzinger avaient affirmé que jamais l’Eglise n’ordonnerait de femmes”,
    – qu’il “comprend le désir sincère (sic) de nombreux couples homosexuels de faire reconnaître leur amour (sic) par la société ” et qu’il préfère le terme “alliance” au terme “mariage”
    – qu’il regrette que “la papauté reste trop puissante et reflète encore le visage du pape empereur ”
    On peut jouer sur les mots pour savoir ce qu’a voulu dire exactement l’abbé Pierre,de savoir s’il est manipulé ou pas, on peut discuter longuement de l’expression “être ouvert” ou de telle ou telle nuance de vocabulaire mais lorsque l’on voit le résultat médiatique (“L’abbé a baisé” titre Libé) et ceux qui soutiennent ses propos (Christian Terras par exemple), et SURTOUT LORSQUE L’ON EST UN CATHOLIQUE SINCERE ET FIDELE A ROME, ON NE PEUT QUE SOUFFRIR DU MAL QUI EST FAIT UNE FOIS DE PLUS A L’EGLISE CATHOLIQUE.
    Et cela vient une fois de plus de la fille aînée de l’Eglise.

  18. Cher Philippe,
    Même si la lecture régulière des “informations” liée au catholiscisme nous a déjà construit une solide carapace, je suis aussi effondré que vous par ce qu’on peut lire dans les medias ces derniers jours.
    Mais ne nous trompons pas de cible : pourquoi s’en prendre à l’abbé Pierre alors que c’est le traitement médiatique qui est la cause de tout cela ?
    Mérite-t-il le titre que vous avez donné à votre post (l’abbé Pierre est-il catholique ?) alors que, si on s’en tient EXCLUSIVEMENT à ces propres mots, rien n’est en contradiction avec la doctrine catholique ?
    Pour la non-contradiction, je précise pour chacune des phrases que vous avez relevés :
    – sur l’ordination des hommes mariés, il ne s’agit pas d’un point de doctrine mais un point de discipline. C’est pour cela que les églises orientales peuvent ordonner des prêtres mariés en restant en pleine communion avec Rome. C’est un sujet de débat régulier (ce fut encore le cas lors du dernier Synode), des dispenses existent pour des pasteurs protestants mariés et convertis, et pour être en rupture avec Rome, il aurait fallu au minimum qu’il ordonne lui-même des personnes mariées … ce qui n’est pas le cas !
    – sur l’ordination des femmes, quantité de journaux ont abusivement dit qu’il était pour. Ce n’est pas le cas : il dit simplement qu’il n’a pas compris la démonstration. Souvenez-vous de vos cours de mathématiques : il a dû vous arriver de ne pas comprendre la démonstration d’un théorème, vous n’avez pourtant pas crié sur tous les toits que le théorème était faux ! L’abbé Pierre est dans ce cas : il ne comprend pas. Ce n’est pas interdit par l’Eglise.
    – sur les homosexuels, seules les relations sexuelles sont un péché. Pas le fait d’aimer. Et la reconnaissance sociale (celle de la famille, des amis) n’a rien à voir avec la reconnaissance légale (PACS, mariage) vis-à-vis de laquelle l’abbé a eu des mots très durs.
    – sur la papauté, ces propos me rappellent très fortement ceux qu’ont tenus un certain Joseph Ratzinger sur le sujet !
    Alors ne tombons pas dans le piège que viennent de nous tendre les médias. Ils rêvent de voir l’abbé Pierre être à la fois récupérés par les Terras et compagnie et rejetés par nous, les catholiques sincères. Ne leur faisons pas ce plaisir !

  19. @fabrice
    cher fabrice tu délires complètement : en tant que prêtre il ne peut pas ne pas comprendre pourquoi une femme ne peut ressentir de vocation sacerdotale. Il est en plus vain ou alors tordu de chercher à le défendre en disant qu’il ne fait que s’interroger… Il dit clairement regretter qu’on ferme la possibilité du sacerdoce aux femmes : «On voit mal, dit-il, pourquoi refuser aux femmes qui s’en sentent la vocation et les capacités l’accès aux ministères ordonnés.» Il ne s’agit, selon l’abbé Pierre, que d’un «problème d’évolution des mentalités».
    De plus, la question est à jamais close comme l’expliquait Julie puisque c’est une question de dogme : le prêtre célébrant “in personna christi”, aucune femme ne pourra jamais célébrer d’eucharistie valide.

  20. Pauvre homme !
    Il me semble qu’on peut parler d’abus de faiblesse compte tenu de son âge. On peut interpréter ses écrits (ou plutôt ceux de Lenoir) comme on veut, un tel livre apporte de l’eau au moulin de ceux qui cherchent à faire du tort à l’Église. Peut-être que le moins responsables est encore ce pauvre vieil homme qui, au fond, est peut-être gâteux.
    Prier pour lui, oui, c’est sans doute la seule chose à faire. Et souhaiter que plus de mal encore ne vienne pas par lui.

  21. @Greg
    Cher Greg,
    L’important, en ce moment, n’est pas de savoir si l’abbé Pierre pense ou comprend ceci ou cela, mais de comprendre ce qui se passe exactement. L’Eglise, notre Eglise, est l’objet de la part des medias d’une attaque d’une violence inouïe ! Le mieux, pour nous défendre, pour savoir au mieux contrer l’offensive, est de bien comprendre ce qui se passe :
    1. L’abbé Pierre fait un livre d’entretiens avec F. Lenoir où il s’exprime sincèrement.
    2. F. Lenoir livre les “bonnes feuilles” à ses copains journalistes. Les “bonnes feuilles” ne concernent évidemment pas ce qu’il a pu dire sur le mystère eucharistiques, mais les deux pages qui parlent de sexe.
    3. Le journalisme français fait son travail habituel : simplifier-déformer-amplifier. “Je ne suis pas sûr que ceci soit vrai” devient “je suis sûr que ceci est faux”, “aimer le pécheur” devient “aimer le péché”, etc .
    4. Les journalistes font artificiellement monter la sauce : “L’abbé Pierre contre l’Eglise”, les ringards contre les modernes, les réacs contre les modérés. On crée un soi-disant conflit qui n’existe pas.
    5. Le standard de l’Evéché de Paris a sauté. Celui de la cef aussi. Tous les journalistes appellent et rappellent incessament. Mais les evêques ont bien raison de ne rien dire et de ne pas céder. Ils savent très bien que quoi qu’ils disent, quoi qu’ils fasent, leurs propos seront simplifiés, déformés, amplifier pour obtenir ce que les journalistes attendent : la “condamnation” de l’abbé Pierre par l’Eglise.
    6. La suite, c’est pour demain. La suite peut vous impliquer PERSONNELLEMENT, surtout si vous fréquentez une paroisse parisienne proche des sièges de télévision ou connotée “traditionnaliste”. Ce qu’ils n’ont pas obtenu des évêques, ils essaieront de l’avoir par les fidèles à la sortie de l’église par la méthode du micro-trottoir. Si ainsi vous vous retrouvez demain matin devant des caméras de télé, n’oubliez surtout pas ce que les journalistes sont venus chercher : créer un conflit artificiel entre l’abbé Pierre et l’Eglise. Soutenir l’abbé Pierre : c’est donner la preuve que l’Eglise est ringarde et que même ses fidèles ne pensent pas comme elle. Se montrer en désaccord : c’est être un cotho-facho-coincé-ringard. Mieux vaut donc ne pas répondre, ou parler de la désinformation des médias sur cette affaire … et laisser passer l’orage.
    Ainsi, quelque soient nos opinions sur les propos de l’abbé Pierre, ayons à l’esprit que le plus important, c’est de résister de toutes nos forces à l’attaque dont nous sommes tous victimes.

  22. une fois de plus, je ne comprend pas pourquoi les catholiques se rebellent contre l’abbe pierre. il a ecrit cela avec sincerite. il n’est pas contre son eglise, mais il utilise son droit a la liberte d’expression, droit qui est largement non autorise dans l’eglise catholique romaine, me semble-t-il…
    des qu’on pense differemment de l’eglise on est tout de suite catalogue contre l’eglise catholique (je dis cela en tant que catholique convaincue et fiere d el’etre).
    les feux de l’enfer ne sont pas loin… sin on ne pense pas comme l’eglise notre ame risque de bruler en enfer a notre mort! n
    n’y a-t-il pas de choses plus evangeliques a faire dans notre vie ? l’amour pour les autres, dieu n’est-il pas plus important ?
    allons un peu de serieux et de paix dans les coeurs !

  23. Je ne suis pas d’accord avec l’abbé Pierre concernant le célibat des prêtres et le sacerdoce des femmes. Cependant, le pire est, selon moi, qu’il a failli à son voeu de chasteté. Il a promis devant Dieu de rester chaste et pourtant, il a eu des relation sexuelles.

  24. je suis inconditionnellement POUR ce cri d’honneteté tardif de l’abbée Pierre….il est grand temps d’en finir avec les non-dits , l’hypocrisie…et d’ouvrir l’eglise comme on ouvre une fenetre,pour l’oxygéner ……

  25. L’hypersexualisation de la société n’oxygénera pas l’Église, elle la polluera encore plus!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services