Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’abandon du français aggrave les inégalités (Add)

Un article intéressant de Jean-Paul Brighelli dans Causeur, qui estime que les réformes du collège de Najat Vallaud-Belkacem vont creuser encore un peu plus les inégalités entre les élèves. Il commence par citer Bayrou, lui-même agrégé de Lettres :

"Au téléphone, explique-t-il [Bayrou], l’administration ou l’interlocuteur avec lequel vous échangez, au son de votre voix, à la manière dont vous vous exprimez, sait qui vous êtes. Et la maîtrise de la langue, l’emploi du mot juste, la capacité à transmettre une émotion, une colère, un sourire ou une plaisanterie vous donne un statut, vous apporte une reconnaissance — et cela d’où que vous veniez. La maîtrise de la langue vous offre ainsi une clef pour le monde.[…] Les mots ont une vie propre, la langue a des racines. Et cette découverte-là est précieuse pour la capacité de rayonnement, d’expression ou de compréhension de l’individu. Elle permet de lutter efficacement contre les inégalités transmises qui existent et sont difficiles à compenser. Si cette réforme aboutit, alors ce chemin d’émancipation sera réservé aux seuls enfants de privilégiés qui auront les moyens de transmettre directement leur savoir, ou de recourir à des leçons particulières ou à des enseignements privés."[…]

Brighelli enfonce le clou :

"Plus on feint de se soucier des déshérités, plus on accentue les disparités. Si on n’apprend plus rigoureusement la langue à l’école, seuls s’en sortiront ceux qui l’ont pratiquée à la maison. On le constate tous les jours, et la réforme du collège, avec des programmes qui se dispensent de citer un seul écrivain français (forcément, on ne prend en compte que les « compétences », qui ne sont jamais que l’occasion de péter ensemble) accentuera encore le phénomène. Pour le plus grand bien des hiérarques du PS ou de l’UMP — sérieusement muette, au plus haut niveau, face à une réforme dont elle espère bien encaisser les dividendes : réduction des heures et des postes, dégraissement, et régionalisation, c’est-à-dire que là encore, on pense passer la patate chaude aux mairies, aux conseils départementaux et aux régions.

Il est de toute première urgence que l’on reprenne en main l’enseignement du français, en multipliant les exercices pratiques, en refaisant de la lecture[…] La petite Najat, dans les années 1980, a bien appris sa leçon, et elle ne garde pas grand-chose, dans son langage, de ses racines berbères ou prolétariennes. Mais les enfants dont elle a aujourd’hui la charge n’auront pas les mêmes chances qu’elle. Leur école se satisfera à bon compte d’une expression approximative — alors que c’est dans la perfection de la langue que l’on sait à quelle classe vous appartenez, et ce n’est pas un hasard si le même mot qualifie les divers degrés de la carrière scolaire et les strates sociales.[…]

On peut, quand on maîtrise tous les niveaux de langue, jouer à redescendre dans ce qui fut mon expression première, la langue des quartiers, comme on ne disait pas encore à l’époque des blousons noirs. Pour emballer les gentes prolétaires. Mais on peut aussi s’exprimer avec distinction, pour séduire les marquises. Et c’est cette double chance que les programmes envisagés pour 2016 refusent aux enfants d’aujourd’hui, qui resteront confinés dans leur classe d’origine — comme si, alors même que l’on supprime les redoublements, on les condamnait à redoubler éternellement dans la classe des déshérités."

Add : une lectrice nous livre les réflexions suivantes, qui peuvent expliquer une des raisons de la violence ambiante dans un grand nombre d'établissements scolaires :

"Pour avoir travaillé dans l'éducation nationale, je peux témoigner de ceci :

Alors que j'étais en poste dans un collège d'une banlieue huppée de l'Ouest parisien, rassemblant des enfants de "Français de Souche" et de familles plutôt aisées, je me suis rendue compte que la violence y était latente pour la seule raison que, victimes de la méthode globale et du relâchement des études littéraires, lorsqu'ils n'arrivaient pas à exprimer leurs griefs ou mécontentements, ils basculaient dans la brutalité et l'insulte.

C'est là que j'ai compris que lorsque l'on est démuni de vocabulaire, le cerveau s'en trouve déstructuré et l'expression ne passe plus que par le biais du coup de poing à cause du sentiment d'impuissance à s'exprimer.

J'ai fait DECOUVRIR à des ados de 3ème, la beauté et la profondeur de La Fontaine, les merveilles de Michel-Ange, la sensibilité de Rimbaud… ils en ont été changés immédiatement !

De détestée à mon arrivée, parce que ferme sur la discipline, je suis passée au stade du piédestal à mon départ avec ce spectacle ahurissant de dizaines d'élèves qui pleuraient et dont certains me suppliaient de revenir à la rentrée…

Ce n'est pas compliqué. Si vous donnez une structure à un enfant, si vous lui montrez qu'il a une valeur pour vous et pour les autres, qu'il est capable de connaître et de réaliser de grandes choses, si vous ne lui cédez pas sur ses comportements, si vous êtes sévère en étant juste, si vous lui inculquez le respect par l'exemple (je n'ai jamais tutoyé aucun de mes élèves, même les petits), vous obtiendrez son respect pour vous, ce que  vous représentez, et vous lui ferez le cadeau  du respect pour LUI-MÊME.

J'accuse l'éducation nationale d'avoir mis en place depuis longtemps et de perpétrer un système permettant de "fabriquer" un peuple d'esclaves. Si les enfants de France en sont rendus là, que pensez-vous qu’il advienne des enfants d’ailleurs ?"

Partager cet article

11 commentaires

  1. j’ajoute que les élèves sont clairement en attente d’une élévation par le langage et la culture, et ce d’autant plus qu’ils sont relégués dans des filières technologiques (et l’on trouve dans ces filières des jeunes gratinés dont on se demande ce qu’on leur a appris depuis la petite section, tellement ils sont ignares et matérialistes); et que les parents, quand on les interroge, veulent bien commencer à être conscients du problème.
    Sans compter que déjà, il n’y a plus de profs (ce n’est pas une hyperbole), mais qu’en rendant le contenu de l’enseignement encore plus inintéressant, on en aura encore moins: qui veut enseigner une matière au rabais?
    C’est marrant d’avoir si peu de confiance en l’homme, que l’on croit que c’est en baissant les exigences à son égard qu’on va le rendre plus heureux, alors que la vérité est exactement à l’inverse de cette théorie.

  2. Les “zélites” de ce pays ne sont pas pour cultiver l’excellence de l’enseignement donné surtout, lorsqu’il s’agit de former les possible remplaçants de demain, risquant d’être plus lettrés ou intelligents qu’elles !

  3. Un pays comme la France qui est capable de nommer Najat VB. ministre de l’Éducation Nationale, c’est déjà le naufrage. De même pour Taubira, Valls…..des idéologues qui haïssent le pays et ses indigènes.
    Heureusement JMLP va sauver tout cela.
    Pitoyable.

  4. @ Julie
    Il ne s’agit pas d’être dépassé culturellement parlant… Nos “élites” s’en fichent… La plupart n’ont d’ailleurs pas de culture.
    Mais il s’agit bien d’un contrôle des masses par l’ignorance. Quand on multiplie le pouvoir de bourrage de crâne de l’Éducation nationale, des médias et de l’inculture de chaque citoyen, on a de parfaits… veaux… comme disait (déjà) de Gaulle.

  5. oui, cette réforme est infâme. En particulier, si l’on analyse d’un tant soit peu près ce qu’elle propose pour le latin et le grec, on se rend compte qu’on ne peut y adhérer sans faire allégeance à la DERAISON,à la BARBARIE DESTRUCTRICE, et au MENSONGE. c’est du Hollande tout cru.
    Voir le site très complet sur le latin et le grec dans la réforme:” avenir latin grec”.
    Hollande cache bien qu’il a reçu une pétition signée par deux-cent personnalités éminentes notamment du monde des lettres et des sciences, avec près de 40 membres de l’Académie française ou des différentes Académies de l’institut, un très grand nombre de professeurs de l’université et de chercheurs, dont un prix Nobel, un décoré de la médaille Fields, pour lui dire que son projet est absurde et qu’il faut l’abandonner.
    La situation est réellement grave.
    Tous dans la rue le mardi 19 mai après-midi à Paris, avec les profs, et avec les Académiciens.

  6. Paul a raison. Il fait bien de signaler cet appel des savants au Président de la République, dont je n’avais en effet pas entendu parler.C’est une preuve de plus de ce que les medias sont à la botte du pouvoir. J’ai été voir le site de l’Association des Professeurs de Lettres, et j’ai trouvé le texte de l’Appel avec ses 200 signataires: ça vaut le détour! C’est proprement ahurissant de voir que le pouvoir s’est assis dessus sans même daigner y répondre. Quand un pouvoir violente son élite intellectuelle, on est dans une période sombre, nous y sommes.
    Par cette réforme du collège, notamment pour ce qui se rapporte au latin et au grec où c’est particulièrement flagrant, le pouvoir déploie sans retenue sa déraison, sa violence destructrice, son mensonge, et par dessus tout, tout spécialement à l’occasion de cette réforme, SON IMPUDENCE INSULTANTE.
    Disons non à l’insulte par une immense réaction populaire, avec les profs, avec les Académiciens, comme le dit si bien Paul, tous ensemble, dans la rue le mardi 19 après-midi à Paris. Cela ne doit plus,cela ne peut plus durer.

  7. Remarquable commentaire de cette lectrice professeur en 3e. Merci madame.

  8. il est plus facile de commander à des esclaves qu’à des hommes libres et moins les jeunes en savent mieux c’est, car ainsi on peut les manipuler avec l’aide des mireras officiels qui comme enCorée du Nord bourrent le crâne des gogos qui n’arrivent pas à décrypter leurs mensonges permanents

  9. Tout cela est bel et bon, et je félicite tous les intervenants.
    Mais je regrette que rien n’est jamais dit au sujet de la filière d’excellence, extrêmement coûteuse pour les contribuables, destinée aux diversités et enfants de nos zélites, qui donne des cours à l’ancienne, des notes, de la discipline. Les De Souche n’y ont pas droit, pire, ils ne la connaissent même pas !

  10. Serait on en train de découvrir l’eau chaude ?
    Si un immigrant en France ne possède pas la langue française, il sera clandestin toute sa vie.
    Un pays comme la France qui est capable de nommer Najat, ministre de l’Éducation Nationale, Taubira ministre de la justice et Valls premier ministre c’est la garantie du naufrage.
    Vérifié tous les matins, tous les matins une crétinerie de plus.
    Observez, vous serez même dépassés. [En fait, là on ne parle même pas des immigrants, mais des petits Français, à qui on ne se donne plus la peine d’apprendre leur propre langue. MB]

  11. Je suis d’accord avec tous les commentaires hostiles à cette “réforme” du collège, qui le déforme un peu plus. Par contre il est excessif de s’attaquer à NVB et à ses origines : cette réforme est dans la continuité de ce qu’a fait la plupart des ministres de l’Education nationale depuis des décennies. Comme on peut être un jour ministre des Affaires étrangères, le lendemain ministre de l’Agriculture, et au remaniement suivant ministre de l’Education, les ministres ne sont en fait que les porte-paroles de l’oligarchie coopté des technocrates qui dirigent le ministère. Il est temps que le politique reprenne le dessus. Xavier Darcos aurait pu être un bon ministre, mais Richard Descoings était l’éminence grise de Sarkozy en matière d’enseignement et Darcos n’a pas pu faire ce qu’il voulait.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services