Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

Les origines de l’Islam

Le Père Edouard-Marie Gallez (de la Cté St Jean) a publié une thèse de doctorat sur les origines de l’islam. L’abbé de Tanoüarn la résume ainsi dans sa revue Objections : "à l’origine de l’islam, on trouve un groupe de judéo-chrétiens ou plutôt de judéo-nazaréens hérétiques, qui ont tenté d’instrumentaliser les Arabes pour conquérir ‘la Terre’. Finalement, les Arabes de Mahomet et de Umar ont oublié leurs mentors (ou les ont exterminés) tout en développant les virtualités théologico-politiques d’une idéologie en incubation depuis le début de l’Ere chrétienne."

Cette idéologie messianique s’opposait à la fois au judaïsme rabbinique (en reconnaissant Jésus comme le Messie) et au christianisme (en refusant de le reconnaître comme Dieu) et qui, après diverses tentatives, s’appuya sur des tribus arabes fédérées et endoctrinées par Muhammad pour tenter de conquérir le monde (en commençant par Jérusalem). Après avoir goûté au pouvoir et aux richesses, les chefs arabes se retournèrent contre leurs mentors. Contraints d’arabiser l’idéologie judéonazaréenne pour se donner une légitimité, les califes durent réécrire méthodiquement l’histoire, entraînés toujours plus loin par les nécessités logiques du mensonge ou par les besoins pratiques du moment.

Messieprophetei Il apparaît ainsi qu’au VIIe siècle, ce qui ne portait pas encore le nom « d’islam » s’enracinait dans le judaïsme et dans le christianisme, mais non pas directement : à travers les dérives de certains cercles judéo-chrétiens de la deuxième génération, qui avaient transformé le messianisme biblique en idéologie de salut – ils attendaient la seconde venue du Messie en tant qu’il dominerait la terre, la soumettant au pouvoir de Dieu et surtout de Ses fidèles. Dans les premiers siècles, la perspective du retour du Messie-Jésus occupait une place importante dans l’espérance chrétienne, spécialement dans le monde sémitique. A des interlocuteurs exclusivement arabes, Mohamet ne cachait pas son hostilité envers les rabbanites, selon des thèmes largement présents dans le Coran ; de plus, il se présentait comme un véritable disciple du Messie-Jésus, et les Arabes chrétiens étaient peu formés. Bref, ceux-ci pouvaient facilement se méprendre et penser que Dieu lui avait inspiré un projet spécial lié à l’imminence du retour de Son Messie.

L’historien suit cette pensée messianiste qui s’esquisse au IIe siècle avant notre ère ; elle apparaît comme système de pensée à la fin du Ier siècle de notre ère, et, à la fin du VIe, donne naissance à l’éphémère communauté judéo-arabe qui fut le berceau de l’islam.

Michel Janva

Partager cet article

4 commentaires

  1. Très emballée par cette position, et l’explication de tout le mécanisme que je cherche vainement depuis le début de mes études de théologie.Ce système religieux porte en lui-même ses propres contradictions.Merci
    Cela dit 1,5 milliard d’hommes et de femmes prient chaque jour dans ce courant et avec ferveur et dignité. Notre devoir de vérité à nous est de les EVANGELISER…

  2. Merci de diffuser largement ce fondamental ouvrage d’érudition, synthèse de toute la recherche contemporaine.
    Depuis 1920 environ, les arabisants occidentaux nous ont trahis en se contentant de nous transmettre sans esprit critique, l’image que l’

  3. Voir un autre résumé de cette thèse, très bien fait, sur l’encyclopédie internet wilkipedia, article « judeo-nazaréisme ».

  4. fondamental pour notamment: tout ce qu’il y a de bon dans l’islam est d’origine juive à 99% et chrétienne-hérétique à 1%, donc pas d' »ange gibril-Gabriel », sauf peut-être un Mauvais Esprit. pas de paganisme avant l’islam en Syrie= »arabie », mais une large teinture de judaÏsme, judéo-christianisme et christianismes hétérodoxe ou orthdoxe. mais il reste à refaire tota-lement l’histoire du passage de l’islam originaire prêché par MHMD à l’islam codifié sous Uthman SANS LA « LEGENDOLOGIE » TARDIVE ET DOUTEUSE des hadiths.

Publier une réponse