Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La politique immigrationniste de Sarkozy

Nicolas Sarkozy est venu dialoguer hier à Saint-Ouen pendant près de 2h avec 9 lecteurs du Parisien qui vivent et travaillent en banlieue. Florilège :

medium_270929642.2.jpg

"Il n’y a pas assez de policiers de couleur ou d’origine étrangère au niveau des commissaires, des directeurs et des préfets."

"J’aimerais qu’on me dise pourquoi il serait normal de faire de la discrimination positive pour les femmes ou les handicapés, et pourquoi ce serait anormal pour les compatriotes de couleur."

"Je ne cesse de répéter que l’immigration est positive […]. On aura beaucoup parlé de Cachan mais ça s’est terminé comment [comme ça] ? Sans drame. Il fallait prendre en compte ce que vivaient les malheureux dans le gymnase, mais il ne fallait pas que cela conduise à […] la montée du Front national."

"J’ai défendu 3 idées, minoritaires dans ma propre famille : la suppression de la double peine ; la discrimination positive ; sur le droit de vote des étrangers […]. Pourquoi j’ai dit ça ? Pour faire de la pédagogie."

"Je mets au défi qui que ce soit de trouver une seule idée que j’ai défendue qui soit conforme à ce que pense M. Le Pen, y compris sur l’immigration choisie."

On le saura.

Michel Janva

Partager cet article

9 commentaires

  1. « J’ai défendu 3 idées, minoritaires dans ma propre famille : la suppression de la double peine ; la discrimination positive ; sur le droit de vote des étrangers […]. Pourquoi j’ai dit ça ? Pour faire de la pédagogie. »
    De la pédagogie, ou de la DEMAGOGIE ?

  2. nous sommes bien d’accord que Sarkozy n’a rien à voir avec Le Pen ou Villiers
    ni même avec aucune droite quelle qu’elle soit!
    heureusement, il le reconnaît lui-même!

  3. Avec un ministre de l’Intérieur comme celui-là, on ne craindra jamais plus les ministres de Gauche…
    En réalité, la vraie différence entre Sarkozy et Ségolène Royal est mineure: il est un homme, elle une femme.
    Mais la vraie différence entre Sarkozy et Le Pen, ou encore Villiers voire Chevènement et même De Gaulle, est majeure: Sarkozy est un mondialiste alors que Le Pen est un nationaliste.
    Par essence, l’un s’accomode fort bien d’un changement de population par voie d’immigration massive, concède encore plus facilement le leadership mondial à Georges Bush, tandis que l’autre défend son peuple et ses racines, la civilisation européenne et sa culture.
    Rien à voir en effet.

  4. Rien à voir entre le Général de Gaulle qui était pour une France Gaulloise, anti- anglosaxonne, catholique et à la pointe des sciences de l’art et de la culture, avec ce déprimé qui se fuit, ce mondialiste fanatique qui veut faire des Français des citoyens de seconde zone dans leur propre pays et va chercher ses ordres à Washington.
    Il veut que les étrangers aient plus de droit que les Français. Il va chercher ses ordres chez Bush. Et de temps en temps il craque au vu et au su de tout le monde, comme s’il ne supportait pas la contradiction qu’il porte en lui.
    En quoi Sarkozy est-il gaulliste ?

  5. Comparer De Gaulle à Sarkosy, c’est surprenant !
    C’est même insultant, mais je ne sais pas pour qui !
    De Gaulle catholique ?
    Oui en apparence peut-être.
    Pensez-vous que tous les gens qui vont à la messe soit catholiques ?
    Drôle de catho, responsable de milliers de morts français, et algériens !
    Drôle de catho, qui installent les communistes au gouvernement !
    Drôle de catho, qui fuit en Angleterre, laissant le pays en déconfiture et la responsabilités à Pétain !
    Drôle de catho…………….
    J’arrête là, des livres ont été écrits la-dessus.
    Je sais bien que le français a toujours besoin d’un grand homme providentiel.
    Dans ce domaine, je préfère les femmes Jehanne d’Arc par exemple.
    Par pitié ne vous tromper pas d’idole.

  6. @ henri : je suis certain que ceux qui ont évoqué De Gaulle en pensent la même chose que vous. Cela ne les empêche pas d’être un peu plus nuancés. Moi qui suis d’accord avec vous sur le personage, je dois convenir qu’il défendait malgré tout une « certaine idée de la France », bien différente de celle de l’UMP actuel, et plus proche de nos convictions que des leurs.

  7. @ Mangouste,
    Il est vrai que je suis rarement dans la nuance!
    Je laisse la diplomatie à d’autres.
    Mais à être trop dans la nuance l’idée forte ne passe plus, et nous risquons de ne pas être compris, pire d’être mal compris.
    De Gaulle défendait, peut-être une certaine idée de la France, mais surtout il défendait l’idée d’un certain De Gaulle.
    C’était abusif et dictatorial
    De fait, depuis la Révolution, je ne vois pas de grand Homme d’Etat, réellement au service du Pays!

  8. Cher Monsieur Henri,
    Lisez « c’était de Gaulle » de Peyrefitte, vous verrez comment le général avait souci lorsqu’il prenait ses décisions en matière de moeurs de l’avis du pape. Le conseil des ministres était consacré à l’opinion du pape sur un projet de loi.
    On peut aujourd’hui contester tel ou tel aspect de la politique du général. La critique est aisée. En attendant, ce n’est pas avec lui que nous aurions eu la propagande pour « Indigènes » et toute la malhonnêteté qui va avec. Moi je préfère de Gaulle à Juin, et à Guillaume et à Laval qui avait nommé le premier préfet musulman en métropole, juste avant Chirac.
    Au début des années soixante, il avait commencé un politique d’expulsion des Africains.
    Il a bien fallu qu’il soit mort depuis longtemps pour commencer l’opération « Indigènes ».

  9. reponse à Jean Francois
    vous préférez De Gaulle à GUillaume!…
    mais de quel Guillaume parlez-vous?
    Si vous parlez de Pierre Guillaume, moi je n’ai aucune hésitation  » Mon âme à Dieu, mon corps à la Patrie, et mon honneur à moi »
    Voilà une belle devise, empruntée à Bournazel. Cet homme ne s’est jamais renié, lui, il a mis sa peau au bout de ses idées et pas pour sa gloire personnelle si vous voyez ce que je veux dire

Publier une réponse