Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

La chaire de Saint Pierre

La catéchèse du Pape pour l’Audience générale, aujourd’hui, fut la Cathedra Petri, dont c’est aujourd’hui la fête liturgique. Cette fête, a expliqué Benoît XVI, nous permet "de rendre grâce à Dieu pour la mission confiée à l’Apôtre Pierre et à ses successeurs. Cathedra, littéralement chaire fixe de l’évêque, …est le symbole de son autorité, de son magistère, qui consiste à enseigner l’Evangile, chargé de conserver et transmettre à la communauté chrétienne. (…) Fêter la Cathedra de Pierre signifie donc lui attribuer une forte valeur spirituelle et y voir un signe évident de l’amour de Dieu, du Bon Pasteur éternel qui veut rassembler tout son troupeau pour le conduire vers le salut". Comme l’affirme saint Jérôme en s’adressant à l’Evêque de Rome: "Je ne suis d’autre primat que celui du Christ en me mettant en communion avec Ta Béatitude, c’est-à-dire avec la Chaire de Pierre. Car je sais que sur cette pierre-là l’Eglise a été édifiée".

Un rappel non anodin, tout catholique devant rechercher une communion effective (et le clerc une mission canonique) avec la Chaire de Pierre.

Le Pape a également recommandé, à la fin de l’audience, "l’étude de la grande langue latine afin de mieux apprendre la bonne doctrine des disciplines ecclésiastiques et humanistiques." Un "précieux trésor" auquel, là aussi, tout catholique doit se préoccuper.

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. Mmmh…Cela n’enlève pas qu’il ne faut pas tomber dans l’erreur de déifier les Papes; si la fonction est ascrée, si le Saint-Esprit est à l’origine de leur pontificat, ceux-ci restent néanmoins des hommes et leur « infaillibilité » est strictement définie dans des cas très précis.
    Quelle communion avoir ainsi avec un Pape tel que l’infâme Clément V, jouet de Philippe IV Le Bel, qui laissa torturer et mourir des milliers de Templiers, et se fit même complice actif de ces crimes au début du XIVème siècle?

  2. Je crois que le meilleur exemple de ‘communion’ au Pape a été donné par Sainte Catherine de Sienne. Toujours obéissante, elle ne lui a jamais ménagé ses critiques (non publiques je crois…). Un exemple à méditer et à suivre. Elle est Docteur de l’Eglise…
    Le Cal Hoyos disait à juste titre que si St Pierre avait été cardinal au Conclave, il n’aurait jamais été élu, car il avait été un traître, plein de faiblesses…

  3. Conditions de l’infaillibilité du Pape :
    Lorsqu’il parle « ex cathedra », c’est-à-dire lorsqu’il exerce sa charge de pasteur et docteur de tous les chrétiens :
    . en vertu de son pouvoir apostolique suprême,
    . il définit
    . une doctrine sur la foi ou les moeurs
    . qui doit être tenue par toute l’Eglise.
    Rappel tout de même : Si le Souverain Pontife n’engage pas son infaillibilité dans un écrit, dans une décision, ou dans un discours, cela ne veut pas dire qu’il se trompe, mais QU’IL PEUT SE TROMPER sur un point ou un autre. C’est arrivé à saint Pierre lui-même (quand il quitta Rome croyant ne plus être à sa place et qu’il rencontra sur le chemin, en sens inverse, Notre-Seigneur Lui-même (Quo vadis ?). Jésus lui disant : je vais à Rome prendre ta place puisque tu l’as quittée…

  4. Cette fête de la chaire de Saint Pierre est très importante. C’est en effet sur Pierre que l’Eglise est fondée, et non sur le Pape. Le pape siège sur cette chaire, mais c’est la chaire qui fonde l’Eglise.
    Nous avons le devoir absolu de rester fidèles à la chaire de Pierre, à la Foi de Pierre. Et au besoin, pour garder cette fidélité, nous devons ne pas suivre le Pape lorsqu’il dit ou ordonne des choses contraires à la Foi.
    Il faut parfois rester fidèles à la SEDES (le siège), et pas au SEDENS (le siégeant, le pape).
    Toute confusion entre le SIEGE et le SIEGEANT serait dramatique pour l’Eglise.

  5. Sans « déifier » le pape, il faut lui reconnaitre l’infaillibilité dans les domaines qui touchent à la foi, mais également savoir écouter respectueusement ses avis et conseils dans les domaines n’engageant pas l’infaillibilité : les papes n’ont pas l’habitude de parler à la légère sans réflexion, ils sont les chefs de l’Eglise « experte en humanité », et on tire toujours d’excellents fruits de leurs avis.

  6. à dvd:
    D’accord avec vous, mais en pratique : qui suivre quand, d’après vous, le « sedens » va à l’encontre du « sedes »? Une chaire ne parle pas toute seule, que je sache…et le Christ ne s’est pas adressé à une chaire lorsqu’il a dit : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon église »…
    Plus sérieusement: La chaire de Saint Pierre, c’est l’autorité du Pape; elle est donc indissociable de la personne. Séparer les deux, c’est exécuter un raisonnement acrobatique visant à se permettre de critiquer le Pape : « je n’écoute que la chaire de St Pierre (que j’interprète comme il me plaît), pas son titulaire »…A mon humble avis, cette distinction, bien qu’intéressante, ne repose sur rien.

Publier une réponse