Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Face aux consignes de vote de la bien-pensance, la vigilance et le courage des laïcs chrétiens restent plus que jamais un devoir

Analyse et critique du numéro spécial de Projet, distribué par La Croix, par Pierre Henri publié sur le blog de Bernard Antony :

PRO_354_L148"Le journal La Croix (…) s’est associé à la revue Projet, « revue de référence créée en 1907 par les jésuites » nous dit leur descriptif, pour offrir à ses 80 000 abonnés le numéro spécial de Projet du mois d’octobre, «extrême droite : écouter, comprendre, agir » (…)

Ce numéro, tombé entre nos mains, est un double scandale : scandale de militantisme para-écclésiastique déguisé en réflexion théorique scientifique et objective ; scandale d’indigence intellectuelle, de par le contenu des différents articles, oscillant entre le poncif de politologue rabaché des milliers de fois depuis trente ans et l’ineptie stridente des prêcheurs de consignes de vote qui hissent leur chaire sur leur bonne conscience.

Soyons clairs, c’est le Front National qui est la cible principale de cette revue, et nous n’avons jamais fait mystère de tous les points de désaccord qui nous séparent de la ligne actuelle des dirigeants (de certains d’entre eux, à tout le moins) du FN. Il n’en demeure pas moins que, face à la gabegie criminelle des partis de gouvernement, le Front National apparaît comme une solution de repli, déjà pour des centaines de milliers d’électeurs qui font l’effort de croire encore en le peu de démocratie qui reste pour espérer changer une réalité déliquescente. Des tendances, plus proches de nos valeurs, essaient d’émerger face à la ligne générale qui aimerait pourtant qu’aucune tête ne dépasse. Nombre de militants de l’AGRIF ou de Chrétienté Solidarité ont été ou sont des électeurs, sympathisants ou cadres du FN. C’est donc par devoir de vérité et de justice qu’il nous faut répliquer au déluge d’inepties que constitue ce numéro de Projet.

Anathèmes et bonne conscience

Nous pouvons d’abord lire, dans l’éditorial du rédacteur en chef, Jean Merckaert, que le « phénomène [FN] interroge », et qu’il a « beau jeu d’instrumentaliser ces légitimes préoccupations » (protection sociale, sécurité, identité, etc.). C’est une règle d’or en milieu journalistique, le FN instrumentalise quand les autres partis « proposent des solutions » et « s’attèlent au traitement des problèmes », le FN n’est que cynisme calculateur et machiavélisme froid quand les partis dits « républicains », revêtus de lin blanc et de probité candide, sont des anges de sincérité et de dévouement. Projet aurait pu attendre quelques pages avant de prendre ses lecteurs pour des débiles, mais non, dès la première, en toute générosité évangélique, ils distribuent la bonne foi. Ils pontifient, l’anathème en bandoulière, nostalgique de la « grande époque » du cardinal Decourtray, primat des Gaules, et accessoirement ficeleur de fagots contre Jean-Marie Le Pen et le FN des années 1980.

Rien n’a changé : « s’il est nécessaire qu’au nom des valeurs humanistes ou évangéliques, des autorités morales et religieuses tracent des lignes rouges à l’attention des indécis […] », s’il est donc nécessaire que des autorités morales et religieuses, toutes sur le même plan, Grand Orient et Conférence des Evêques de France, Libre Pensée et CFCM, prennent un rôle de père fouettard pour donner des consignes politiques, « les condamnations seront vaines ». Interdire, oui, mais condamner, non. La ligne rouge pour le respect de la vie en politique, on attend encore que Projet l’appelle de ses vœux.


La ligne qui se dégage dès cet éditorial est que ce sont les questions économico-sociales qui priment tout, « la faim dans le monde, le mal-logement et la sortie de l’ère du pétrole », et que ce sont les pouvoirs politiques et médiatiques qui sont responsables des mauvais votes des Français, eux qui sont à la fois malléables, bêtes et très méchants. Ainsi, nous apprenons que « s’ils [Nda : les pouvoirs politico-médiatiques] nous expliquaient, comme le font certains, le vécu des Erythréens, des Afghans et des Syriens, plutôt que de représenter le migrant comme une menace, les réfugiés ne recevraient-ils pas meilleur accueil dans notre pays ? » Les média, hostiles aux migrants ? En France ? Qui peut sérieusement affirmer cela, sauf des partisans d’un immigrationnisme sans recul, confits en naïveté, voyant dans le migrant une hypostase du Pauvre évangélique, aveugles aux dangers immenses de la tsunamigration que l’Europe subit, aveugles à l’islam comme idéologie totalitaire. « Si les images en boucle de faits violents faisaient droit au silence nécessaire à la prise de recul ou à des initiatives enthousiasmantes, peut-être s’apercevrait-on que nos peurs sont largement construites ». Même les sociologues gauchistes hésitent aujourd’hui à employer le fameux argument du « sentiment d’insécurité » qui leur a servi pendant vingt ans. C’est dire le degré de cécité qui frappe M. Merckaert et les rédacteurs de sa revue. Qu’ils aillent faire un tour à Viry-Chatillon pour voir si nos peurs sont construites, ou à Trappes, banlieue salafisée, ou à Stains. Qu’ils accompagnent l’auteur de ces lignes dans un grand supermarché de Drancy, vers 20h. Votre serviteur, qui a bien sûr déjà fait l’expérience, se ferait un plaisir de leur servir de guide pour leur montrer, concrètement, ce qu’est le Grand Remplacement et l’islamisation.

L’Evangile est contre l’assimilation des immigrés, qu’on se le dise !

L’autre grand morceau de ce numéro, au milieu des poncifs de politologie des inévitables radoteurs Nonna Mayer, Sylvain Crépon et Valérie Igounet, c’est la tribune intitulée « Aux chrétiens tentés par le FN », co-signés par sept ecclésiastiques et laïcs, dont Grégoire Catta, jésuite, le père Duffé, aumônier national de CCFD-Terre Solidaire, le père Fontaine, aumônier national du Secours Catholique-Caritas France, ou encore le pasteur Nouis et Dominique Quinio, ancienne directrice de La Croix. Ces grandes consciences s’interrogent, des trémolos dans la plume : « […] comment être d’accord avec un programme politique si manifestement hostile aux étrangers ? » Ces cosignataires, qui prétendent ne pas « se faire donneurs de leçons », affirment que « la responsabilité politique, en démocratie, consiste à construire ensemble, plutôt qu’à prétendre "sauver». Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? La démocratie est donc le règne du progrès perpétuel, Eden retrouvé qu’épargnent les crises ? Ne sommes-nous donc l’objet d’aucune menace ? Les institutions fonctionnent-elles toutes très bien ? Mais bon sang, dans quel paradis artificiel de ravi ces gens habitent-ils ? Ils continuent de plus belle : « Est-ce vraiment soutenir la famille que de réserver les allocations familiales "aux familles dont un parent au moins est français", est-ce vraiment la soutenir que de s’opposer unilatéralement (sic) au regroupement familial ? ». La préférence nationale, nos familles avant les autres, ce n’est pas assez bien pour nos auteurs, qui synthétisent ce qui nous sépare irrémédiablement d’eux en une question magnifique : « Construira-t-on la France de demain en réservant "la France aux Français" ? » Il faudrait donc construire la société future sur la dissolution des Nations, des patries, des enracinements et des appartenances ? Beau projet évangélique ! Modulons cette affirmation : construira-t-on l’Eglise de demain en réservant l’Eglise aux chrétiens ? D’aucuns, dans les franges les plus progressistes du christianisme, pourraient souscrire à une telle aberration (tout en abandonnant l’évangélisation !). Il n’est donc pas étonnant que la Grande Dissolution des nations leur convienne si bien.

Pour finir, la vision qu’ils donnent de l’immigration et de l’enjeu identitaire synthétise les maux de la pensée tiède et de l’irénisme : la France qui s’est, bien sûr, faite par les « apports migratoires successifs », des chances et des richesses, comme chacun sait, peut éprouver une certaine inquiétude quand à l’islam, « la visibilité de leurs modes de vie et des revendications étrangères à nos traditions peuvent être perçues comme menaçantes ». Ouf, merci pour ce diagnostic percutant ! Mais il faut « poursuivre le travail de l’unité de la nation », car « pour nous qui croyons en un Dieu Père qui fait de nous des frères et sœurs, et de toute l’humanité une seule famille humaine, ce défi est même redoublé ». On passera sur l’application littérale d’un principe théologique au domaine de la cité terrestre, comme si tout était aussi simple, et la Cité Céleste à monter en kit. On se consternera sur ce qu’ils appellent « le chemin qu’ouvre la perspective chrétienne » qui « privilégie leur intégration [Nda : des immigrés] plutôt que leur assimilation, pour laisser une place à l’expression des diverses appartenances culturelles et religieuses, invitées à contribuer au bien de la Nation. »

Depuis quand donc la pensée chrétienne prône-t-elle le multiculturalisme et s’oppose-t-elle à l’assimilation ? Quelle encyclique, quel nouvel article du catéchisme énoncent-t-ils de tels principes politiques ? De tels propos sont si éloignés de toute vérité, si impossible à justifier par quelque preuve ou argument que ce soit qu’on aimerait avoir les auteurs de cette tribune en face pour qu’ils tentent de s’en expliquer. Ils ne le pourraient que par des biais idéologiques qui font d’un christianisme tronqué et truqué un programme politique ou un critère de choix, qui résume l’Evangile à un catalogue de bons sentiments et d’intentions sympas, pavant les chemins de situations politiques infernales.

Tous ces textes sont à mettre en parallèle avec le livret de la Conférence des Evêques de France, diffusant lui aussi de profondes inepties où le spirituel voudrait donner sens au temporel mais à contretemps, que Bernard Antony a évoqué sur ce blog et qu’il analysera en détail dans le prochain numéro de Reconquête. La vigilance et le courage des laïcs chrétiens restent plus que jamais un devoir."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

16 commentaires

  1. Scandale d’indigence intellectuelle ? Oui . Je souscris à 100000% !
    On n’a plus que de pseudo-intellos, de pseudos- théologiens, de pseudos-philosophes… Normal: ils s’abreuvent au marxisme . On obtient des raisonnements pervertis.
    Bref, derrière tout ça : les jésuites décadents dans toute leur splendeur !

  2. Tout ça sent le ” Tends la joue gauche” à plein nez !
    Interprétation erronée qu’une Marie Balmary tente d’expliquer dans un ouvrage écrit par sa nièce!
    Ce qui veut dire que quand nous réussissons à voir ce qui est mal (Encore faudrait-il atterrir pour ce faire et ouvrir les yeux)nous continuons à collaborer passivement à celui-ci en l’encourageant de façon masochiste (si chère à 50 nuances de décadences !)sans le combattre! Lucifer s’en frotte les mains lui qui sait combien l’enfer est pavé de “bonnes? ” intentions !

  3. Comme vous dites jejomau, les jésuites sont en pleine décadence.
    D’abord, normalement, comme St Ignace l’avait précisé, un Jésuite ne peut accepter une charge épiscopale ou pontificale. comment cela se fait-il qu’un pape soit un Jésuite ? Surtout que ce dernier, qui a été provincial des jésuites argentins de 1973 à 1979 dans sa trentaine, a laissé de lui une image ambiguë, ayant un caractère autoritaire et ne prenant conseil qu’auprès de peu de gens.
    La Compagnie de Jésus qui a été longtemps un défenseur important de l’église catholique, qui a formé une quantité de gens : Colbert, Charles de Gaulle, Fidel Castro, le général Jaruzelski… Luis Bunuel, Alfred Hitchcock, Michel Galabru… Corneille, Molière, Descartes, Diderot, Voltaire, Balzac, Saint-Exupéry, Georges Bernanos, Henry de Montherlant, Hervé Bazin, Philippe Sollers… Les maréchaux Foch, Lyautey, De Lattre de Tassigny, le général Massu… Bernard Stasi, Dominique Baudis, Jean- Marie Le Pen… Jean-Louis Servan-Schreiber, Robert Laffont, Yvon Chotard, François Ceyrac, Hervé Bourges, Claude Quin… Et Paul VI, Jean-Paul Ier, l’abbé Pierre… est devenue aujourd’hui bien agonisante.
    Espérons que le P. Arturo Sosa Abascal, un Vénézuélien de 64 ans, qui a été élu 31e général des jésuites le 14 octobre 2016, sera redresser la barque.

  4. Une chose est absolument certaine : c’est mépriser le gloubi glouba de la Conférence des pseudos évêques de France.

  5. J’espère – avec ça – que tout le monde a bien compris que lorsque on lit ce journal, personnellement, je “porte ma Croix”.
    Et pourtant, combien y en a t-il encore dans nos églises ? Combien de catholique lisent encore cette pourriture ?
    Il faut dire la vérité sur ce journal.
    Bref, ce torchon fait parti du système.
    A utiliser au mieux pour la cheminée.

  6. Aucune surprise avec ce texte, bien en ligne avec le “magistère” de la revue “ETVDES” et d’une certaine classe dirigeante du Haut Clergé.
    Bruno Le Maire qui a fréquenté le prestigieux lycée jésuite Saint-Louis de Gonzague, revendique dans le dernier “Famille Chrétienne cet héritage de la bien-pensance, dans sa forme la plus bourgeoise.
    Heureusement, ailleurs que dans NAP (Neuilly-Auteuil-Passy) ou que dans le Marais, se lève une Nouvelle Chrétienté (ou plutôt, une Chrétienté renouvelée), que des personnalités comme Jean-Frédéric Poisson représentent bien mieux !

  7. Les francs-maçons sont vraiment à bout de souffle.

  8. Par miracle cette revue “Projet” accueille les commentaires en ligne pour chacun de ses articles… à vos claviers!

  9. Qui achète encore La Croix, La Vie… Le Pèlerin de nos jours ? C’est comme acheter Le Monde, Libé ou Charlie Hebdo !
    Il vaut mieux acheter des revues vraiment Chrétiennes et Catholiques comme La Nef ou même Famille Chrétienne !
    Ou naviguer sur la toile où les sites de références et de qualité sont nombreux, à commencer par ce fameux SB !

  10. Il est plus facile de faire de la mauvaise politique, que de s’inquiéter du salut éternel des âmes, mais que de comptes à rendre quand la mort sera au rendez-vous.
    St Jean Chrysostome ,disait: La majorité des prêtes se damnent, le Curé d’Ars disait : au moment de leur mort, beaucoup de prêtres regretteront de l’avoir été.
    Terrifiantes paroles.
    Voir vidéo sur ce sujet de Père Pagès. C’est la charité vraie qui le fait agir pour le bien éternel, un petit traumatisme ici-bas, n’est rien face à l’horreur du traumatisme ETERNEL.

  11. Cela donne à penser que la caste journalistique tous bords confondus à vraiment été savamment formatée par la pensée unique en vue de la mettre en œuvre pour formater comme il se doit par ricochet le tout un chacun. Qu’il est fort le malin.

  12. Au risque de répéter d’autres : BOYCOT DU JOURNAL !

  13. Allez sur le site de la revue; dans les derniers articles, 5 sur 6 concernent le FN.

  14. A Luc
    D’abord, normalement, comme St Ignace l’avait précisé, un Jésuite ne peut accepter une charge épiscopale ou pontificale. comment cela se fait-il qu’un pape soit un Jésuite ?”
    voyez l’histoire de la bronca contre Benoit XVI par les cardinaux DANNEELS, MARTINI, O CONNOR, KASPER qui se réunissaient pour fomenter à ST GAAL en SUISSE et faire élire Bergoglio. Consultez les blogs “benoit et moi”, le blog de jeanne smits, celui de “yves daoudal haut et fort” “riposte catholique”

  15. La Croix est le fer de lance de l’anti catholicisme depuis plus de 100 ans.
    Ce qui est hallucinant c’est qu’il puisse encore exister, être lu, ou cité comme s’il était catholique !

  16. Dans combien de temps cette pitoyable publication s’ornera d’un en-tête de couleur verte, avec un cimeterre et comme devise “allah akbar, mohamed rasoul allah” ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services