Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La vie privée de Rachida Dati porte préjudice à la société

Liberté politique estime que le refus de Madame Rachida Dati de donner le nom du père de son enfant est révélateur d’un désordre social :

D "Un vieil adage du droit déclarait que le père d'un enfant est présumé être l'homme qui a épousé la mère : la présomption n'était pas irréfragable, mais elle avait l'immense mérite d'éviter la plupart des drames et conflits ultérieurs. Avec la moitié des enfants qui naissent hors mariage, la question du père est devenue un problème majeur. Habituellement, la notoriété de la vie commune avec la mère et une reconnaissance à la naissance suffisent à contourner la difficulté ; mais de moins en moins. On sait l'ampleur des dégâts psychologiques et sociaux causés par ce phénomène. Bien entendu, les recherches en paternité et les tests ADN, autorisés ou non, n'y remédieront jamais.

Aussi, lorsqu'une femme politique de premier plan, ministre en exercice de surcroît, déclare ne pas vouloir révéler le nom du père de l'enfant dont elle est enceinte, ne franchit-elle pas une limite symbolique décisive dans la structuration d'une société ?
[…] A-t-elle perçu que sa fonction de ministre de la Justice, garde des Sceaux de la République, avec ce qu'elle implique de dimension symbolique et institutionnelle, conférait à sa déclaration une portée de principe qui est dévastatrice ? Elle légitime l'un des maux les plus profonds dont nous souffrons, celui de la mise à l'écart des pères en tant que pères, qui tend à déboucher sur la négation pure et simple de toute paternité, sur terre et par voie de conséquence aux cieux. À force de jouer avec le feu, on va finir par faire brûler la maison."

MJ

Partager cet article

6 commentaires

  1. Rachida Dati a été éduquée chez des bonnes sœurs… quels enseignements lui ont-ils été transmis? Et de quelle manière pour qu’elle se comporte ainsi?

  2. Si le père est François Sarközy (le frère cadet) comme la rumeur semble peu à peu le confirmer, on peut comprendre que ni la ministre ni l’Elysée n’ont intérêt à faire éclater une telle bombe…
    Pensons à cette pauvre enfant qui a déjà entendu plus de déclarations de “non-paternité” que de “bienvenue au monde ma fille”. N’oubliez pas vous aussi d’envoyer votre déclaration aux services de l’Etat concernés pour démentir votre possible peternité!
    Triste monde…

  3. Il fut un temps, pas si lointain, où les filles-mères pour ne pas déranger l’ordre social étaient mises au ban de la société.
    Le seul changement opéré c’est quelles ne le sont plus, dieu merci. C’est ça le ” désordre social “? Quant aux pères ils étaient le plus souvent, en l’absence de tests A.D.N peu prompts à reconnaître leur progéniture.

  4. Peut-être tout simplement que Melle Dati ne sait pas qui est le père ? Pas tjs évident à savoir non ? Pour la succession, certes, cela pose tjs des problèmes !

  5. La vie très privée
    je voudrais parler de “la vie très privée”, c’est à dire ce qui ne regarde en rien les autres, mais encore ce qui touche le couple qu’il soit couple parental ou bien couple au sens plus large .
    Est-il juste de débattre de la vie très privée de personnes en poste aux plus hautes instances de l’Etat .
    Ne serait il pas plus utile de protéger ces personnes en sanctionnant sévèrement tout “étalement” de leur vie privée et très privée qu’il soit de leur fait ou de celui des médias.
    L’identité du père de cette femme ne regarde qu’elle et sa famille .
    odile

  6. Sans doute que le père de ce petit bout de femme que madame Dati à mise au monde a été identifié. De nos jours il est impossible de ne pas savoir même in utéro.
    Je vous pose des questions :
    ” quel est le but des médias dans cette course effrénée ? Quels sont les enjeux ?
    Et pense t on dans cette histoire à ce petit bout de femme qui vient de naître ?
    odile

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.