La trahison des clercs ou l’Europe trahie par ses “élites”

Lu sur Polémia :

" L’Europe entière connaît un profond malaise bien antérieur à l’actuelle crise économique largement lié à la présence de minorités de plus en plus présentes et bien déterminées à s’affirmer par tous moyens au sein des populations d’origine (…) Il porte sur le désarroi d’une soi-disant élite intellectuelle européenne, bureaucrates, essayistes, journalistes, enseignants, hommes politiques et philosophes de tout poil qui projettent sur l’Europe toute entière leur désarroi et leur vide intérieur. C’est bien cette « élite » qui doute d’elle-même, de son identité, de son histoire, et, en fin de compte, de son propre destin qui a construit le naufrage européen des trente dernières années.

(…)  l’Europe, repue et rassasiée d’une longue croissance quasi ininterrompue, sûre d’elle-même, de sa sécurité interne et externe, s’était voulue pendant plus de trente ans ouverte à tous les courants du monde et dispensatrice d’un message généreux à l’usage de l’humanité toute entière .
Elle s’était voulue accueillante sur son sol à à tous, sans distinction de race, de religion, de coutumes ou de mœurs, convaincue qu’elle était de son invulnérabilité culturelle et de sa capacité à absorber sans heurts ni frictions ces populations hétérogènes venues des coins les plus reculés de la planète (…)
Allant plus loin sur le chemin du renoncement, l’Europe avait prétendu forger une nouvelle identité sur les décombres des sociétés et des nations qui la composent.

Elle a été victime d’une prodigieuse naïveté sciemment entretenu par ses élites ignares et amplifiée par des médias complaisants sur les bienfaits supposés d’une immigration de masse destinée à combler le déficit des naissances, payer les retraites et sauver la croissance, tout en réalisant une coexistence heureuse entre autochtones et allochtones.

Le réveil sera cruel. Car l’Europe se réveille de ce long sommeil onirique profondément menacée de l’intérieur et sans doute bientôt de l’extérieur. Tant il est vrai "qu’aucune civilisation n’est détruite du dehors sans s’être tout d’abord ruinée elle-même, aucun empire n’est conquis de l’extérieur, qu’il ne se soit préalablement suicidé… Une société, une civilisation ne se détruisent de leurs propres mains que lorsque elles sont cessé de comprendre leurs raisons d’être" (…)

Comment l’Europe en est-elle arrivée là ? (…) Schématiquement, il serait possible d’en identifier trois principaux (mécanismes) : la haine de soi ou le rejet de son identité propre ; la conviction dans le caractère universel des valeurs de l’occident ; et, ce qui en constitue le fer de lance, la religion des droits de l’homme, l’arme incapacitante par excellence, qui permet de pénétrer par effraction dans tous les systèmes de défense érigés par la société pour sa survie (…)" 

3 réflexions au sujet de « La trahison des clercs ou l’Europe trahie par ses “élites” »

  1. Ingomer

    Tant il est vrai “qu’aucune civilisation n’est détruite du dehors sans s’être tout d’abord ruinée elle-même, aucun empire n’est conquis de l’extérieur, qu’il ne se soit préalablement suicidé… Une société, une civilisation ne se détruisent de leurs propres mains que lorsque elles sont cessé de comprendre leurs raisons d’être” (…)
    Heureusement que Mel Gibson est là pour faire des films (Apocalypto) ! “Une civilisation ne prend fin que quand elle se retourne contre elle-même”.

  2. louis

    “Comment en est-on arrivé là ?” En dénigrant et persécutant la religion par la subversion et la révolution, en tolérant l’intolérable, en faisant l’apologie des vices et en “libérant la femme”, mère et soutien du foyer et en n’enseignant pas la morale aux enfants.

Laisser un commentaire