Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

La « Taxonomie », le piège écolo de Bruxelles contre les PME ?

La « Taxonomie », le piège écolo de Bruxelles contre les PME ?

Hervé Juvin, député RN français au Parlement européen et candidat à la présidence de la région des Pays de la Loire, déclare :

La « taxonomie » est la nouvelle arme des institutions européennes contre les entreprises indépendantes, les PME et les artisans. Son objet est de contraindre toutes les entreprises à obéir à la logique du « Green Deal ».

Chaque entreprise d’un pays de l’Union européenne devra établir une déclaration annuelle de tous ses impacts, directs et indirects, sur l’environnement. En fonction de ces déclarations, une note sera donnée à l’entreprise, selon un classement établi par la Commission européenne.

Selon cette note, bonne, moyenne ou mauvaise, l’entreprise aura plus ou moins accès au crédit bancaire, au marché des fonds propres, ou aux contrats d’assurance. En effet, banques, fonds de placement et compagnies d’assurance seront notées selon leur aptitude à exclure de leurs concours les activités « polluantes ». Il s’agit de généraliser une logique déjà appliquée par le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde, qui refuse d’investir dans les indusries d’armement, les compagnies pétrolières, etc. Ou encore, celle de fonds d’investissement soucieux de leur notation « environnementale et sociale » qui n’investissent pas dans les sociétés polluantes, comme l’automobile, l’aviation, etc.

La taxonomie est une véritable menace sur la reprise de l’activité économique et sociale. Elle va constituer un véritable enfer administratif pour les PME, les indépendants, les artisans. Car elle est le produit d’une nouvelle captation réglementaire de l’Union européenne par les lobbys des grands groupes industriels et des multinationales.

Au nom d’un « Pacte Vert » dont nul ne peut contester le principe, des mesures extrêmement technocratiques vont imposer de nouvelles chagres déclaratives aux très petites entreprises ainsi qu’à des secteurs entiers de nos économies, même au plan local.

De plus, la taxonomie va devenir la condition d’accès aux aides européennes. La Commission européenne a annoncé qu’elle appliquerait la « taxonomie » à tous les projets présentés dans le cadre du plan européen de relance, baptisé « NextGenerationEU », qui a été doté de 750 milliards d’euros.

La Commission européenne a annoncé qu’elle appliquerait également la « Taxonomie » à tous les financements qu’elle accorde avec les Fonds Structurels européen (Fonds régional, fonds Social, Fonds agricole) donc aux FEADER et LEADER, ainsi qu’aux plans de soutien à l’investissements de la Banque Européenne d’investissement. C’est donc un dispositif gigantesque et bureaucratique qui se met en route avec des conséquences énormes pour l’investissement et les emplois.

Qu’est-ce que la «taxonomie»? :

Le pacte vert adopté par l’UE début 2020 contient six objectifs fondamentaux :

  • ralentir le réchauffement climatique
  • s’adapter au changement climatique
  • utiliser durablement et protéger l’eau et les ressources marines
  • évoluer vers une économie circulaire
  • prévenir et contrôler la pollution
  • protéger et restaurer la biodiversité et les écosystèmes.

Objet d’une décision du Conseil et du Parlement européen 1en 2020 et d’actes délégués précisant les critères et mesures à prendre par secteur d’ici le 1er Juin 2021, la taxonomie va commencer à s’appliquer aux premiers secteurs concernés en 2022 et aux autres en 2023. Elle institue une classification des activités économiques au sein de toute une série de secteurs déterminés en raison de leur impact sur l’émission de carbone CO2 :

Il s’agit des grands secteurs suivants :

  • Agriculture – Forêts -Pêche
  • Industrie de production
  • Electricité, gaz, air conditionné et évaporation
  • eau, assainissement, déchets et réparations
  • transport
  • technologies de l’information et de la Communication
  • Secteur de la construction et des travaux publics

Tous les secteurs d’activité sont convernés, à l’exception des hôpitaux et des services de santé, étrangement oubliés dans cette énumération.

Pour tous ces secteurs, et selon les types d’activités, la Commission européenne établit des critères (« Key Perfomance Indicators ») pour évaluer la qualité des investissements envisagés en fonction de leur impact sur l’environnement par rapport aux objectifs du Pacte vert (Green Deal). Ces Indicateurs seront notamment utilisés par les Banques et les sociétés d’assurances pour évaluer les projets et activités de leurs clients sous la supervision des autorités nationales et européennes de régulation.

A l’intérieur de chaque secteur, la Commission européenne établit une distinction entre trois types d’activités :

  • Type A : Celles qui sont déjà considérées comme bas-carbone (par exemple les chemins de fer) selon l’accord de Paris de la COP 21
  • Type B : Celles qui sont encore considérées comme ayant un impact négatif (exemple les cimenteries, l’industrie du bois, le bâtiment en général ..)
  • Type C : Celles qui permettent le verdissement ou la réduction des émission entraînant une réduction substantielle des émissions (la commission européenne citant en exemple la construction d’éoliennes ) . On peut trouver dans cette catégorie aussi le secteur des technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans la mesure où il peut apporter des solutions technologiques pour le « verdissement » des activités.

En fait, les activités de types A et C seront les grandes gagnantes de la « taxonomie » proposée par la Commission européenne car elles bénéficieront automatiquement des avantages prévues par la taxonomie, à savoir :

  • Des “Bons verts” (green bonds) , qui donneront un accès facilité et prioritaire aux investisseurs privés au travers de ce que l’on appelle la « finance verte » ,
  • Une éligibilité prioritaire aux financements publics nationaux ou européens,

Par contre, les activités de type B, qui selon les dernières études, représentent en gros 75 % des activités des secteurs concernés et la majorité des activit-és sur nos territoires, seront considérées par Bruxelles comme relevant d’une « Taxonomie brune » et devront améliorer leurs impacts environnementaux. Concrètement, si elles ne le font pas, elles pourront se trouver écartés des plans de financements publics, mais aussi des possibilités de contracter des emprunts. Elles risquent également de se voir imposer des surtaxes par leurs compagnies d’assurances.

Qui peut voter pour la taxonomie ? Qui peut accepter le totalitarisme vert qui va étouffer toute vie sur nos territoires, et provoquer une exclusion violente des indépendants, des artisans et des PME ?

Partager cet article

7 commentaires

  1. Les entreprises chinoises ne subiront les chinoiseries qui seront imposées par l’union européennes et disposeront de ce fait de nouveaux atouts pour que leur économie nous domine.
    Qui a inventé ces mesures à perdre ?

  2. C’est complexe comme sujet parce qu’il est vrai que certaines activités humaines abîment la planète et que si l’on continue comme ça, ça ne va pas. De plus, certains problèmes sont tellement planétaires qu’il faut des solutions planétaires. Or, les dirigeants de ce monde en sont conscients et se prévalent de l’intention d’y remédier.
    Maintenant, cela étant dit, il est vrai que l’on n’agit bien qu’au niveau local et que cette bureaucratisation extrême et absurde tend vers la dictature. Il est aussi vrai que l’écologie a bon dos et que ce n’est pas parce que quelqu’un ou quelque chose se réclame de l’écologie, qu’il l’est effectivement. Exemple : EELV qui sont verts comme des pastèques (c’est-à-dire rouges à l’intérieur) ; autre exemple les éoliennes qui font des semelles en béton qui bousillent les sols, utilisent des terres rares dont l’extraction esquinte les paysages (mais c’est pas chez nous, donc on ne le voit pas), et sont une énorme pompe à fric au profit de capitalistes réfugiés en Allemagne, et pour finir, ne marchent pas.
    Je crois que la solution à ces problèmes complexes se trouve dans la doctrine sociale de l’Eglise, mais encore faudrait-il que les dirigeants de ce monde la lussent et la missent en pratique : on peut rêver.

    • L’homme en s’attribuant à tort les pouvoirs réservés à Dieu (climat, procréation, IA, etc) se place comme unique objet de culte, Jésus sauveur du monde étant relégué au second plan.
      C’est d’ailleurs la tendance de l’église actuelle : l’humanisme forcené.
      Ça rappelle un peu la dérive fatale d’un certain archange.

    • Le souci c’est que dans notre société l’ecologie est devenue politique. J’ai quitté ce milieu a cause de cela.
      Les eoliennes en sont un bon exemple, mais que penser des maisons en bois avec du bois venu du canada ou encore du greenwashing hypereffcace des Multinationales ….. Le souci c’rst qu’ecologie est imcompatible avec croissance et que chaqun a ses incohérences en matière d’ecologie (moi la première). Le seul moyen d’etre vraiment ecolo c’est de retourner a la vie du moyen age, cependant on est trop nombreux sur Terre pour cela.

      • Je n’en suis pas complètement sûr. Certes, s’il fallait que toute la population mondiale vécût sur le pied du citoyen américain moyen, il faudrait, je crois, 5 planètes comme la nôtre. Donc nécessairement, on comprend bien qu’on ne peut pas continuer comme ça et qu’une certaine sobriété est absolument indispensable… à moins d’assassiner toute une partie de la population mondiale et de rentrer dans des logiques malthusiennes.
        Néanmoins, je crois qu’il y a, sinon des solutions, du moins des pistes d’améliorations possibles. Encore faut-il pour cela garder la tête froide et raisonner sainement plutôt que de se lancer tête baissée dans une voie, sous prétexte qu’elle est estampillée “écologique”. Il faut faire confiance à la science et au génie humain, qui, bien dirigé avec une droite raison, peut faire de grandes choses.
        Par exemple, sous prétexte que les éoliennes sont apparemment écologiques, on fonce dedans alors qu’en réalité, après mûre réflexion, il appert qu’elles ne le sont pas du tout. Et d’un autre côté, on a déclaré que le nucléaire n’était pas écologique alors qu’à part le problème des déchets, qui n’est pas définitif, ça ne pollue pas du tout. Et justement si on mettait un peu de recherche sur le retraitement des déchets, on trouverait des solutions, comme par exemple avec Gérard Mourou, prix Nobel de physique qui pense pouvoir réduire la durée de vie des déchets de 1 million d’années à 30 minutes. Mais comme le nucléaire, ça fait peur, on dit “c’est pas glop” et on abandonne en cédant à la panique.
        On se lamente du fait que des gens meurent de faim dans le monde et quand on fait bien tous les bilans, on se rend compte qu’en fait, il y a assez de nourriture pour toute la population mondiale, c’est juste qu’elle est mal répartie et mal distribuée, c’est quand même ballot.

        Donc certes tous ces problèmes sont graves et il ne faut pas les minimiser. Mais ce qui est le plus grave, c’est qu’en fait, on a la ou les solutions. Il suffit simplement de garder la tête froide, de bien s’organiser et d’empêcher certains comportements égoïstes. C’est ça le drame.
        Le drame aussi, c’est que ce sont les mêmes qui ont bousillé notre planète qui nous disent que maintenant rien ne va plus et qu’il faut arrêter les bêtises. Et donc pour ce faire ils instaurent une dictature bureaucratique et punitive avec cette taxonomie ridicule et ils auront beau jeu si l’on se rebelle de nous taxer d’insouciance écologique; alors même que ce n’est pas le cas. Comme quand vous critiquez les éoliennes et qu’on vous accuse de ne pas être écolo; alors que c’est justement les éoliennes qui ne sont pas écolo.

        C’est kafkaïen, ubuesque, absurde.

  3. Ils devraient aussi taxer le soleil car c’est le seul à produire le réchauffement climatique. Quant au CO2 heureusement qu’il y en a et bcp car comment feraient nos arbres pour vivre? Ces abrutis de pastèques sont tellement bêtes qu’ils ne savent même plus comment fonctionne la nature. Comme aurait dit un certain Jésus il eut mieux valu que ces hommes ne soient pas nés, c’est sur ils ne nous casseraient pas les pieds

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]