Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La suppression du quotient familial : une atteinte à la famille

Encore, pourrait-on dire… Manuel Valls, porte-parole de François Hollande, a assuré aujourd'hui que le candidat PS à l'Elysée avait bien l'intention de proposer de remplacer le quotient familial par un crédit d'impôt identique pour toutes les familles. Lundi, Michel Sapin, chargé du projet présidentiel, avait indiqué qu'il s'agissait là seulement d'une "option". Cette idée émane du think tank de gauche Terra Nova.

Chacun y va de son petit calcul d'apothicaire pour savoir quelles sont les familles qui y gagneraient et les familles qui perdraient. L'idée sous-jacente c'est que les familles "riches" peuvent payer, alors il faut les faire cracher au bassinet… quitte à sacrifier la politique familiale et à décourager -encore- la démographie. La direction du Trésor vient de consacrer une note de 150 pages dans laquelle elle détaille les effets d'une réforme du quotient familial (mécanisme). Les familles les plus touchées seraient les familles… qui ont le plus d'enfant. Encore elles.

Créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le quotient familial est une mesure de justice destinée à réduire les impôts des couples qui doivent supporter des dépenses liées à leurs enfants. C'est-à-dire les couples qui assurent l'avenir du pays.

Valérie Pécresse, ministre du budget, a estimé que cette mesure serait «un coup de massue pour les familles et les classes moyennes. Le quotient familial est une conquête sociale de l'après-guerre.» Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, estime que « les classes moyennes aisées seront évidemment les grandes perdantes» :

«Supprimer le quotient familial fragilise l'institution familiale en tant que telle. Les socialistes ont une vision totalement individualiste de la société. Eux qui s'élèvent en permanence contre les ravages du libéralisme, en sont en réalité les plus zélés serviteurs».

Cette affaire fait abstraction de la signification du quotient familial. Celui-ci est considéré comme un avantage fiscal, ce qu'il n'est pas. Il se borne à mettre en oeuvre le principe « à niveau de vie égal, taux d'imposition égal ». Sauvy, Sterdyniak et quelques autres l'ont démontré, mais la propagande des gouvernements successifs cherche à faire croire que le quotient familial est une aide fiscale aux familles. Il serait préférable que la politique familiale de la France ne soit pas le résultat de marchandages irrespectueux de sa nature et de sa vocation.

Addendum : fébrile face à la tempête médiatique, François Hollande ne parle plus de suppression du quotient familial mais de "modulation". Il n'empêche que la famille est toujours en ligne de mire.

Add 1 : Réaction des AFC

Add 2 : s'il y a une mesure de justice à prendre en compte, c'est la prise en compte du quotient familial dans la CSG-CRDS.

Partager cet article

14 commentaires

  1. Ces gens de Terra Nova proposaient déjà à l’ex candidat DSK de remplacer le peuple français par les immigrés et autres minorités, maintenant, ils s’attaquent à ce qu’il reste de la poliltique familiale.
    Mais qu’est ce qu’ils ont contre la France et son peuple?

  2. Les socialistes sont les idiots utiles du Système… Hyper libéral sur l’économie que sur les moeurs… et ce tout en étant dans soi-disant l’opposition à la droite aussi libéral que la gauche… Aussi a-t-on demander l’avis du peuple de devoir accepter depuis des décennies une immigration toujours plus massive comme armer de réserve au Capitalisme quand nous avons 5 millions de chômeurs ?…

  3. Il y a plus simple!
    Trop Simple, sûrement.
    REVENIR AU PLEIN EMPLOI ET QUE L ETAT ÔTE SES MAINS DE MON PORTEFEUILLE .
    Blog pour le plein emploi et contre les nouveaux esclavagismes :http://laliguechretienne.wordpress.com/

  4. Bah voui… c’est la faute à la dette !
    Elle a bon dos celle là pour emm… tjrs les mêmes…

  5. Ils ont déjà supprimé le Travail,la Patrie, restait la Famille; c’est quasi fait.On ne pourra pas leur décerner la Francisque comme à leur Père François…!Ah s’il y avait une taxe sur les sottises…!Finie la dette..

  6. Ce qu’il faut surtout supprimer c’est les subventions au partis politiques. Il faut supprimer ces « professionnels » de la politique qui n’ont aucun sens du bien commun du pays.

  7. « remplacer le quotient familial par un crédit d’impôt identique pour toutes les familles »
    et pourquoi pas remplacer la Sécurité Sociale par un crédit d’impôt identique pour toutes les familles, pendant qu’ils y sont…

  8. Entendu aujourd’hui : chaque année en France, il y a 150 000 assignations pour demander l’expulsion de locataires défaillants (source fondation Abbé Pierre)
    Et quelle est la réponse des politiques ? Au lieu d’aider les démunis, s’en prendre aux familles qui gagnent plus de 4 200 € bruts par mois ! Et qui ne demandent rien. Voir article ci-dessous avec des réactions de bon sens « Pourquoi s’en prendre à ce qui marche ! »
    http://www.liberation.fr/politiques/01012382491-le-quotient-familial-seme-la-pagaille

  9. Avec les socialo se sont tout les pans de la Doctrine Chrétienne qui sont balayés. Même tonton n’avait pas osé.
    Il est temps de refaire 1789, mais cette fois dans le bon sens.

  10. Plutôt que de défendre le quotient familial, pourquoi ne pas réclamer une baisse générale des impôts, et donc des dépenses publiques ?
    Quant aux familles nombreuses qui sont l’avenir du pays, c’est bien le problème : la plupart des familles nombreuses en France ont une autre religion que le christianisme, si vous voyez à quelle religion je fais allusion.

  11. Le quotient familial, disposition très juste, existait avant-guerre. La fiscalité française est ancienne et prenait en compte la situation de famille, en toute justice. Mais on veut détruire ce qui est juste et équitable.

  12. Soyons logique, si « les riches sont ceux qui ont hérité d’un patrimoine » revenons au système fiscal du XIXème siècle:
     » la contribution foncière, sur les biens fonciers, créée par une loi du 23 novembre 1790 ;
    la contribution mobilière sur le logement, créée par la loi du 18 février 1791 ;
    la contribution des patentes, assise sur l’industrie et le commerce, créée le 17 mars 1791 ;
    la contribution des portes et fenêtres, fondée sur le nombre et la taille des fenêtres des immeubles et instaurée par la loi du 24 novembre 1798.
    La fiscalité du XIXe siècle apparaît donc comme fondamentalement axée sur le patrimoine : faisant abstraction des revenus d’activité, elle se concentre essentiellement sur la fortune. » (wikipedia)
    La contribution sur les portes et fenêtres a produit nombre de logements insalubres, dont les fenêtres étaient murées -on voit toujours de tels édifices- pour limiter le coût de la contribution.

  13. Le quotient familial a été créé quand l’impôt sur le revenu -une idée de gauche- a commencé à devenir très lourd.
    La baisse de la fiscalité et la suppression de cet impôt peu productif et archaïque résoudrait la question du quotient familial.
    La privatisation partielle de l’assurance maladie et des retraites résoudrait également la question de la CSG et CRDS.
    Mais en socialie française, je rêve éveillé : on ‘est pas en Angleterre, Allemagne ou au Japon, pays arriérés et pauvres…….

  14. Terra nova ne serait-elle pas une officine crypto-UMP, chargée de faire du candidat PS un parfait repoussoir, au profit de Sarkozy ?

Publier une réponse