Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Pays : Irak

La situation s’est détériorée en Irak

Sa Béatitude Louis Raphaël Ier Sako, ancien archevêque de
Kirkouk, nommé patriarche de Babylone des Chaldéens le 31 janvier 2013,
répond aux questions de l’Aide à l’Eglise en Détresse sur la situation
actuelle des chrétiens d’Irak :

"En Irak, en Syrie et même au Liban et en Jordanie règnent des
tensions et l’insécurité. Le fondamentalisme croissant constitue un
défi. Beaucoup de gens sont dans l’expectative et ont peur. La situation
s’est détériorée en Irak, il y a trop peu de sécurité. Des explosions
tuent des femmes, des hommes et des enfants, des maisons sont détruites.
Il s’agit certes d’un conflit entre sunnites et chiites, mais les
chrétiens doivent craindre les attaques. Certains d’entre eux ont quitté
le pays, d’autres restent et attendent. […]

Il y a un mois, nous avons
rendu visite à des réfugiés en Turquie. Et maintenant, j’ai effectué
une visite pastorale au Liban, où il y a un grand nombre de réfugiés
chrétiens qui n’ont plus aucun espoir, qui ne savent pas où aller
. Nous
essayons de les réconforter et de leur rendre espoir. […]

Les États occidentaux ne devraient pas encourager les chrétiens à
quitter la région
. Ils pourraient plutôt contribuer à travers des
projets à ce que les gens puissent rester, particulièrement en milieu
rural. J’ai visité une quarantaine de villages dans le nord de l’Irak.
Les gens n’ont pas besoin de beaucoup de choses ; des médicaments, des
garderies pour les enfants, des semences, des moyens de transport, du
travail."

Partager cet article

1 commentaire

  1. Ce n’est qu’un détail, mais les patriarches ne sont pas nommés, ils sont élus par les évêques de leur église patriarcale de droit propre, et ensuite ils viennent demander la “communion” au Siège Apostolique, et c’est cette communion qui conditionne leur droit à ordonner des évêques. Mais c’est dès leur élection qu’ils sont patriarches, et Rome ne fait que ratifier.

Publier une réponse