Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La seule chance de l’UMP est de briser le fameux “front républicain”

Lu dans Les 4 Vérités :

"ce que veulent les électeurs de droite
: selon le mot de Jean-François
Copé, ils veulent que la droite revienne
à « ses fondamentaux ».
Les raisons de l’abstention se trouvent
là : les électeurs en général n’ont
aucune confiance dans les partis politiques
dits « de gouvernement » – les
électeurs de droite, en particulier, qui
ont vu leurs représentants faire une
politique de gauche avec des hommes
de gauche.
Le message est donc clair : respectez
vos promesses, ne trahissez pas vos
électeurs.
Mais, après avoir entendu (et compris…)
le message, il reste encore à
s’interroger sur l’avenir.
Personnellement, je doute fort que la
renaissance du Front national soit un
feu de paille. Il me paraît donc évident
que la manoeuvre de Nicolas
Sarkozy en 2007 ne sera pas renouvelable
.
Sa seule chance de rallier à nouveau
toutes les voix de droite dès le premier
tour serait de passer outre au
diktat mitterrandien.
À défaut de
passer lui-même des accords nationaux
avec le FN (dont il n’est
d’ailleurs pas sûr que le FN les accepte…),
il pourrait permettre à certains
élus locaux de l’UMP de le faire
ponctuellement. Typiquement, dans
le cas de la municipale d’Hénin-Beaumont, si, au lieu de cet appel
impolitique au prétendu « front républicain
», l’UMP avait fait appel à
faire barrage à la corruption de l’équipe
socialiste sortante, les électeurs
de droite auraient compris que l’ère
chiraquienne était enfin révolue."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Le conseil général de Vaucluse est en mesure de se libérer de la férule socialo-communiste aux prochaines élections cantonales, la Ligue du Sud et le FN étant en mesure de remporter chacun un canton, à condition que leurs chefs rengainent leurs rancœurs et ne présentent pas de candidats qui viendraient en compétition sur le même siège.
    Et la droite nationale sera alors l’arbitre de l’assemblée départementale, l’UMP étant alors obligée d’accepter de cogérer si elle veut encore exister.
    C’est au niveau local que doivent se faire les vraies réformes, la représentation nationale n’étant plus qu’une utopie.

  2. “les électeurs de droite, en particulier, qui ont vu leurs représentants faire une politique de gauche avec des hommes de gauche”, mais surtout de droite, Nicolas Sarkozy le premier

  3. Ce n’est pas tant le diktat de Mitterrand que l’allégeance au B’naï B’rith qui plombe toute tentative de rapprochement.
    On sera bien obligé un jour de faire taire ces organisations traitres à la patrie.

  4. La meilleure solution pour l’UMP serait plutôt de fusionner complètement avec le front républicain avec lequel il adhère à toutes les idées. L’UMP a été bien punie à ses élections en n’agissant pas ainsi.
    D’ailleurs l’UMP est en avance sur les autres partis puisqu’ils ont compris depuis longtemps que le clivage droite/gauche est dépassé, alors que le FN se bat dans des problèmes de népotisme et au moins l’UMP mettrait sa conscience en conformité avec ses actes.
    ça sert à rien de créer des divisions inutiles : PS + UMP = 10% chacun, alors qu’à eux deux, ils feraient 20 % dès le premier tour ; sans compter l’alliance avec les verts…
    🙂

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]