Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Histoire du christianisme / Médias : Désinformation

“La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe”

HCette citation est d'un historien sérieux : Pierre Chaunu. On la retrouve dans le quatrième numéro hors-série de L'Homme Nouveau sur quelques mythes de l'histoire antichrétienne, dont l'Inquisition. Un extrait de cet article documenté est ici. Il permettra de répondre à ceux qui croient encore aux fariboles colportées par de mauvaises séries télévisées, financées par nos impôts.

Extrait :

"La création de l’Inquisition au XIIIe siècle marque de réels progrès en matière de justice.

D’abord en confiant à un tribunal, c’est-à-dire une institution de justice, des hérétiques dont l’impopularité était telle qu’ils étaient l’objet de la violence aveugle des foules ou des autorités politiques : ils étaient ainsi soustraits au lynchage.

Ensuite cette institution de justice, même si elle n’offre pas aux prévenus toutes les garanties de nos procédures modernes et démocratiques, comporte bien des éléments originaux qui la diffèrent des justices ordinaires de l’époque : l’instruction est inquisitoire et secrète (recherche par voie d’enquêtes et de questionnements). Le tribunal de l’Inquisition cherche avant tout à établir la vérité au nom de l’intérêt de la société (comme le ministère public). Il s’écarte de la procédure accusatoire du droit romain où le juge arbitrait les litiges entre deux parties argumentant chacune en sa faveur. De plus le dénonciateur calomnieux subit la peine encourue par celui qu’il a dénoncé. Pour l’historien Bartolomé Bennassar, « l’Inquisition, par ses méthodes d’investigation et le fonctionnement de son tribunal, a contribué à inventer les règles d’une procédure nouvelle », débouchant à terme sur le système juridique contemporain, à cette nuance près que l’accusé y était présumé coupable.

Les enquêtes scrupuleuses offrent cependant des garanties aux prévenus. L’accusé peut réfuter les accusations de l’inquisiteur et récuser certains témoins. Il peut aussi produire des documents ou exposer des faits tendant à prouver l’inanité des charges portées contre lui.

Enfin cette institution est confiée à des professionnels dotés de manuels très codifiés et soucieux du droit. En 1246, le concile régional de Narbonne demande que la condamnation soit portée exclusivement après un aveu formel, ou au vu de preuves irréfutables. Mieux vaut, estime l’assemblée, relâcher un coupable que condamner un innocent. Pour obtenir cet aveu, la contrainte peut être utilisée : soit par la prolongation de l’emprisonnement, soit par la privation de nourriture, soit enfin par la torture. Le recours à la torture est rare et contesté. Longtemps l’Église y a été hostile. En 866, le pape Nicolas Ier déclare que ce moyen « n’était admis ni par les lois humaines ni par les lois divines, car l’aveu doit être spontané ». […]"

Partager cet article

5 commentaires

  1. “même si elle n’offre pas aux prévenus toutes les garanties de nos procédures modernes et démocratiques”. Hem, je félicite l’auteur de l’article de son optimisme que je ne partage pas.
    Pour se faire une idée de l’Inquisition le mieux et d’avoir recours aux documents authentiques d’époque. Le “Manuel de l’inquisiteur” du P. Gui, O.P. (devenu plus tard évêque) pourra donner une juste idée de ce qu’était l’Inquisition. Elle était une institution progressiste luttant effectivement contre le lynchage, l’obscurantisme, en un mot une institution de progrès.

  2. La cruauté de l’Inquisition, c’est comme la richesse du Vatican ou la lubricité des prêtres : du bavardage grossier de pauvres ignorants esclaves du péché. Nous n’avons pas besoin de justifier l’Eglise : Dieu s’en charge, comme Il s’est chargé de justifier Jésus en le faisant asseoir à sa droite dans le Ciel. L’Eglise est sainte à cause de la sainteté du Christ, dont elle est l’unique Epouse, par un mariage à jamais indissoluble. Ceux qui ne respectent pas l’Eglise pèchent contre l’Esprit Saint. Ils n’auront de pardon ni en cette vie, ni en l’autre.

  3. Sans compter les morts spirituels qu’elle continue de faire.

  4. André Frossard avait fait un commentaire du même ton : “…la Terreur a fait cent fois plus de victimes en deux ans que l’Inquisition en deux cents ans” Et il ajoutait: “en réalité, de nos jours, l’intolérance est partout, excepté chez les Chrétiens. Mais on s si bien réussi à les persuader du contraire, qu’ils craignent d’afficher leurs convictions et qu’ils se montrent disposés à tout partager, excepté la vérité”

  5. et elle s’acharne à en faire encore chaque jour qui passe, d’avortement en euthanasie en passant par le dépistage obligatoire, la rééducation nationale , la décérébration permanente par l’orchestre rouge, soit autant d’armes mortelles aux mains de néo-“humanistes” et autres sans-culottes totalitaires.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services